Enfin, un arrêt-court!

Jesus Merchan a roulé sa bosse un peu... (Al Bello)

Agrandir

Jesus Merchan a roulé sa bosse un peu partout en Amérique du Nord depuis le début de sa carrière. Il a également porté les couleurs du Venezuela lors de la Classique mondiale de baseball.

Al Bello

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La perte de Pedro Lopez a fait mal dans les bureaux de l'équipe, mais les Aigles ont peut-être déniché son digne successeur.

Les champions de la Ligue Can-Am annonceront dans les prochaines heures l'embauche du joueur d'arrêt-court Jesus Merchan, un Vénézuélien ayant roulé sa bosse dans le baseball affilié au cours des 15 dernières années. À l'instar de Lopez, on parle d'un vétéran d'expérience qui pourrait faire une différence non seulement à sa position névralgique en défensive, mais aussi dans le vestiaire.

Les chiffres de Merchan laissent présager de belles choses: en 384 matchs dans le réseau AAA, considéré comme l'antichambre du baseball majeur, l'athlète de 35 ans a affiché une moyenne au bâton de ,315 et un taux de présence sur les buts de ,356. En consultant ses statistiques, il semble incarner le frappeur typique qui pourrait se présenter au deuxième ou au troisième rang de l'alignement offensif des Aigles l'été prochain.

Du Japon à Trois-Rivières

Originaire de l'Amérique du Sud, Merchan a arpenté les quatre coins des États-Unis pour neuf formations différentes: les Twins du Minnesota (2000 à 2005), les Phillies de Philadelphie (2005 à 2007), les Mariners de Seattle (2007), les Diamondbacks de l'Arizona (2008), les Indians de Cleveland (2009), les Blue Jays de Toronto (2010), les Marlins de la Floride (2011), les Rockies du Colorado (2011) et les Padres de San Diego (2012 et 2013).

Après avoir joué au Venezuela, il a traversé l'océan pour tenter son coup au Japon il y a un an. Il souhaitait rentrer au bercail mais peinait à signer une entente aux États-Unis. Puis, le recruteur des Aigles John Harris a entendu parler de lui grâce à un de ses contacts. Quelques heures plus tard, les deux parties en venaient à une entente. «J'ai hâte d'être à Trois-Rivières, je n'ai jamais eu la chance de jouer au Canada pendant ma carrière», témoignait Merchan, jeudi, dans une entrevue téléphonique au Nouvelliste. «J'ai joué trois matchs avec les Lynx d'Ottawa dans le AAA en 2007, mais sur la route! J'ai hâte de découvrir une nouvelle ville et mes coéquipiers.»

Car le principal intéressé arrivera en Mauricie en territoire inconnu. «La seule chose que je sais, c'est que les Aigles sont les champions en titre. Je connais un peu Javier [Herrera, un autre Vénézuélien], on m'a dit que le groupe était soudé et que j'aurais du plaisir.»

Selon le site Baseball reference, Merchan compte 600 matchs derrière la cravate comme joueur d'arrêt-court. Il peut aussi évoluer au deuxième ou au troisième coussin. Il a même agi comme lanceur pendant un peu plus de cinq manches dans le club-école des Padres en 2013!

À 35 ans, le vétéran n'a plus rien à prouver dans le monde du baseball. S'il a frôlé les majeures à quelques reprises, il n'a jamais eu l'opportunité de faire le saut officiellement, contrairement à Pedro Lopez. «Je veux juste continuer à faire des jeux de routine, j'y trouve encore du plaisir. Je considère que je suis en bonne condition physique donc j'espère convaincre les Aigles que je suis leur homme au milieu de l'avant-champ», dit Merchan.

Laforest heureux

Le gérant des Oiseaux Pierre-Luc Laforest semblait soulagé d'avoir enfin déniché celui qui pourrait s'imposer comme le nouveau capitaine de sa défensive, si étanche en 2015 sous l'influence de Lopez.

«On ne pouvait pas passer à côté d'un joueur comme lui. Les négociations n'ont vraiment pas été difficiles, il a dit oui tout de suite! Je pense qu'il va nous donner un solide coup de main avec les plus jeunes ainsi que les joueurs hispanophones.»

Un beau casse-tête

L'ajout de Merchan ajoute toutefois une pièce à un puzzle déjà corsé pour les Aigles, qui miseront désormais sur cinq joueurs vétérans alors que le maximum accepté dans la Ligue Can-Am est de quatre.

L'état-major des Aigles a déjà mentionné au Nouvelliste qu'il n'était pas question de donner son congé à Javier Herrera, lui qui a fait une demande d'asile politique pour demeurer au Canada avec sa famille. Il pourrait cependant devoir passer son tour pour plusieurs matchs en saison car il est confiné au Canada en attente de la décision du juge à l'immigration.

«C'est un beau casse-tête, mais on va le gérer un jour à la fois», conclut Laforest.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer