Herrera encore dans les plans des Aigles

Les Aigles sont prêts à offrir un poste... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les Aigles sont prêts à offrir un poste de joueur vétéran à Javier Herrera pour le début de la saison. Par contre, si ce dernier n'a toujours pas reçu de nouvelles de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada en août, l'organisation devra prendre des décisions difficiles.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La confirmation du retour du vétéran Luis Munoz ne change en rien les plans des Aigles dans le dossier d'un autre vétéran, Javier Herrera celui-là. Le joueur-étoile du Venezuela, qui a fait une demande d'asile politique, est encore dans l'attente d'une réponse de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada.

Au moins, Herrera jouit toujours du soutien de l'organisation dans cette saga. En janvier, le juge de la Commission à l'immigration avait rejeté la cause de la famille Herrera, prétextant que le joueur des Aigles et sa femme n'avaient pas démontré qu'un danger imminent guettait leurs deux enfants dans leur pays d'origine, et ce en dépit d'une tentative d'enlèvement à l'école primaire qu'ils fréquentaient.

Le clan Herrera ne pouvait ainsi recevoir la protection demandée selon la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés. Face à cet échec, les Herrera ainsi que leur principal allié dans l'affaire, l'ancien directeur général des Aigles Bob McDuff, ont engagé un avocat de Montréal, Me Éric Taillefer.

Ce dernier a présenté la cause devant la cour d'appel de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, mais il serait surprenant qu'il obtienne une réponse avant le milieu de l'été. Or, pendant ces démarches, si Herrera quitte le pays avec les Aigles, les douaniers canadiens lui interdiraient de rentrer au bercail. Il se retrouverait donc dans une impasse.

Dans un monde idéal, une décision favorable pour les Herrera serait rendue avant le début de la campagne, le mois prochain. En réalité, il est probable qu'aucun jugement ne soit rendu avant la fin des séries, tard en septembre.

Considérant que les Trifluviens ne disputeront que 16 joutes aux États-Unis d'ici au 3 août, le directeur général René Martin a confirmé que le statut d'Herrera ne poserait pas de problème pour la première portion du calendrier. Cependant, à partir du mois d'août, les Aigles ne joueront aucun match à domicile durant les fins de semaine. Ils seront donc souvent en voyage... de l'autre côté de la frontière.

Sur les 28 matchs au programme en août, 15 sont prévus aux domiciles des Boulders de Rockland, des Jackals du New Jersey et des Miners de Sussex. «On a pris la décision [lundi matin] de l'inclure dans l'alignement pour le début de l'année», affirme René Martin.

«De toute façon, c'est très difficile de dénicher des vétérans en mai et juin. Mais au mois d'août, si nous sommes engagés dans une lutte pour les séries à l'image de l'an dernier, ça va nous prendre de l'expérience au bâton et on ne pourra pas se permettre de jouer à trois vétérans, sans Javier.»

Les Aigles peaufinent déjà un plan au cas où Herrera ne serait pas disponible. «On aviserait les autres équipes de la ligue que Javier pourrait être libéré entre le 4 et le 14 août. On a tellement de respect pour lui que c'est impensable de le laisser partir plus longtemps. Javier offre de son temps dans les cliniques de baseball pour les jeunes, il est impliqué dans la communauté. On a vu que les partisans tiennent à lui, l'élan de solidarité l'automne dernier pour venir en aide à sa famille a été un message puissant.»

Il faut dire que Herrera est aussi un très bon joueur de baseball. Redoutable frappeur de puissance, il change à lui seul la dynamique de l'alignement des frappeurs. Il était le joueur le mieux payé des Aigles l'an passé et un des plus appréciés du public. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il a choisi de fuir son pays pour s'établir à Trois-Rivières, il l'espère, de façon permanente.

Luis Munoz... (Émilie O'Connor) - image 2.0

Agrandir

Luis Munoz

Émilie O'Connor

Munoz comme quatrième vétéran

Les Aigles ont ajouté un deuxième vétéran à leur rotation de lanceurs, lundi, en annonçant le retour de Luis Munoz. Meilleur artilleur des séries 2015, le Dominicain arrivera au camp d'entraînement dans de bonnes dispositions, selon le gérant Pierre-Luc Laforest.

«Il joue dans une ligue d'été en République dominicaine, où le niveau de compétition est assez relevé. C'est un gars avec beaucoup de coeur qui ne veut jamais sortir du match. En plus, il agit à titre de mentor pour tous nos gars originaires des Antilles.»

N'empêche qu'avec Matthew Rusch, c'est un deuxième casier de vétéran occupé par un lanceur partant, qui ne verra de l'action qu'une à deux fois par semaine. Pas nécessairement la situation souhaitée par Laforest. «Nos vétérans, on préférerait qu'ils jouent à tous les jours. Le départ de [l'arrêt-court] Pedro Lopez a changé nos plans à ce chapitre.»

Les voltigeurs Steve Brown et Javier Herrera compléteront l'alignement des vétérans. Laforest a dit au Nouvelliste mardi qu'il s'apprêtait à annoncer l'embauche d'un joueur de deuxième but. Il doit aussi dénicher un arrêt-court avant le début du camp et tenter de convaincre le releveur numéro un Kaohi Downing de poursuivre sa carrière en Mauricie, lui qui a été libéré par les Dodgers de Los Angeles cet hiver. Les dossiers des partants Ryan Bollinger et Charles Gillies demeurent aussi ouverts, à l'instar de celui du premier frappeur Craig Hertler, très utile aux Oiseaux en 2015. Bref, les champions de la Can-Am ont beaucoup de travail devant eux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer