Baseball junior: les Aigles sauvés par leur défensive

Nathan Landry a été généreux vendredi soir face... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Nathan Landry a été généreux vendredi soir face aux Diamants, mais il a tout de même mérité la victoire.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles juniors n'ont eu besoin que d'une toute petite manche pour s'imposer vendredi soir face aux Diamants de Québec dans le premier match de la série quart de finale. Avec quatre points marqués dès le début de la rencontre, ils l'ont emporté 4-2.

Dans les pages du quotidien Le Soleil vendredi, le pilote des Diamants, Dominik Walsh, n'avait pas manqué d'encenser celui qui obtenait le départ pour les Trifluviens, le jeune Nathan Landry. On ne sait pas si ces compliments lui ont ajouté de la pression, mais le Trifluvien a éprouvé des problèmes de contrôle dans cette partie. Dès la première manche, grâce à un but sur balles, un mauvais lancer et un ballon sacrifice, les Diamants se sont emparés d'une avance de 1-0.

Pendant que Landry reprenait ses sens, l'offensive des Trifluviens s'est mise en marche avec l'aide du lanceur Lucas Serafin, qui a atteint les deux premiers frappeurs à lui faire face. La troupe de Jean-Philippe Lemay a répliqué en inscrivant quatre points lors de cette première manche, qui ont tous été non mérités puisque la défensive québécoise a aussi été créditée d'une erreur.

«Je ne sais pas s'il y avait du stress, mais pour nous, c'est une finale avant la finale. Je ne pense pas à dans deux semaines. On y va un match à la fois face à cette machine de baseball. Les quatre points nous ont donné du momentum et par la suite, on a fermé la porte. Il ne faut pas s'attendre à faire 7-8 points contre Québec», a souligné Lemay après la rencontre.

«Je trouvais que Landry avait moins d'étoffe que d'habitude. Il s'est battu, mais il nous a ouvert la porte presque chaque manche. Les Aigles ont trouvé le moyen d'être opportunistes alors que nous avons laissé 13 coureurs sur les buts. Mais il y a énormément de positif à tirer de ce match», a souligné le pilote des Diamants Dominik Walsh, pas du tout inquiet.

Soyons francs, les Aigles ont joué avec le feu dans cette rencontre. Ils ont permis sept buts sur balles, en plus d'atteindre quatre frappeurs. Mais la défensive a fait le travail, particulièrement Jonathan Duforest qui a réussi un attrapé digne de Willie Mays en sixième manche.

«C'est le point tournant de la rencontre parce que c'était tout un catch, analysait Lemay. Contre Québec, on se doit de limiter les passes gratuites. On ne peut pas se permettre ça parce qu'ils vont nous faire mal. Mais nous avons été en mesure de les contrôler par la suite sur les buts.»

Les Aigles se sont payé une nouvelle frousse en septième. Landry, qui était toujours en monticule, a donné une passe gratuite aux deux premiers frappeurs. Ce fut tout pour lui. Les Diamants ont rempli les sentiers, et Francis Désilets a accordé deux buts sur balles, ce qui a réduit l'écart à 4-2. Le releveur numéro un a rebondi pour éteindre le feu quelques minutes plus tard.

Les deux équipes ont rendez-vous samedi et dimanche, au Stade Canac de Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer