Ironman 70.3: Stéphanie Roy prête à affronter les meilleures

Stéphanie Roy n'a pas l'intention de jouer les... (Courtoisie)

Agrandir

Stéphanie Roy n'a pas l'intention de jouer les touristes au Tennessee.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Elle a beau être bien plus jeune que la plupart de ses adversaires, mais samedi, Stéphanie Roy se mesurera pour la première fois aux meilleures de son sport. Et elle ne compte pas agir à titre de figurante au Championnat du monde de triathlon Ironman 70.3 à Chattanooga au Tennessee.

Dans le monde du sport, chaque athlète est à la recherche de la fontaine de jouvence, celle qui le ramènera dans la vingtaine. Pas dans celui du triathlon, où l'endurance développée avec le volume d'entraînement au fil des années est un atout capital à la réussite.

À 22 ans, Roy ne devrait logiquement pas se retrouver au sein d'un groupe où les meilleures sont dans la mi-trentaine. Ses performances en ont décidé autrement, elle qui est catégorisée comme professionnelle depuis mai 2016.

Ce n'est donc pas à titre de touriste que Roy a pris la route du Tennessee. Elle veut se démarquer.

«Je me suis fait des attentes. Il y a beaucoup de filles contre qui j'ai coursé, mais aussi certaines que je n'ai jamais affrontées, et ce sont les meilleures au monde. C'est excitant de les affronter. Je suis prête pour la course et j'ai hâte. Je dois tout donner et réussir mon meilleur résultat. Je ne vais pas à Chattanooga pour prendre de l'expérience. Je veux rivaliser avec ces filles. Mais je sais que je suis jeune et que je vais avoir d'autres belles occasions de les affronter.»

La saison de Roy a été en dents de scie. Elle a connu du succès, dont une victoire à Raleigh en Caroline du Nord et une deuxième place à Porto Rico, mais aussi des déceptions, dont un abandon au Texas après avoir subi une légère blessure, ainsi qu'au Michigan, après une crevaison.

C'est sans oublier l'Ironman de Mont-Tremblant, où elle a souffert d'hypothermie. Une première saison complète chez les professionnelles n'est jamais facile. Imaginez lorsqu'on doit aussi compléter des études en ergothérapie comme elle le fait présentement à l'Université du Québec à Trois-Rivières. C'est donc avec son sac d'école qu'elle s'est déplacée à Chattanooga.

Or, la quatrième ville en importance au Tennessee n'est pas inconnue pour la Trifluvienne d'adoption. Loin de là. C'est à cet endroit qu'elle a disputé son tout premier triathlon 70.3 chez les professionnelles. Elle est donc familière avec le parcours de 1,9 kilomètre de natation, 90 kilomètres de vélo et de 21,1 kilomètres de course à pied.

«Je suis vraiment contente de ce parcours. Il n'est pas facile parce qu'il y a de la nage en rivière. En vélo, il y a une grosse côte qui monte pendant cinq kilomètres. Sur 90 km, il y a 1100 m de dénivelé, et à la course, il y a beaucoup de montée et de virage. J'adore grimper, que ce soit en vélo ou à pied. Nous allons aussi emprunter des ponts, et avec le vent, ça peut m'avantager. Quant au parcours en course à pied, c'est le même que l'an dernier. C'est le fun, parce que je sais à quoi m'attendre», indique-t-elle.

L'autre bonne nouvelle, c'est que Stéphanie Roy n'aura pas à s'en faire avec la météo ce week-end. Un confortable 26 degrés Celsius est prévu samedi. Quant à l'ouragan Irma, il n'aura pas encore atteint l'État de la musique country. «S'il fait froid, je vais prendre mes précautions et porter un chandail à manches longues. Ça va me ralentir et je vais perdre une minute, mais il n'est pas question d'abandonner!»

Outre Roy, il faudra surveiller le parcours de Sarah Casaubon lors du même événement. La Trifluvienne pourrait tirer son épingle du jeu dans sa catégorie d'âge chez les amateurs. Chez les hommes dimanche, Antoine Matteau et Francis Jodoin devraient aussi être en mesure de performer. «Le parcours devrait plaire à tout le monde de la région, parce qu'avec autant de côtes, on a été en mesure de pratiquer dans le parc de la Mauricie », conclut la triathlète.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer