Viviane Tranquille a de grandes visées aux Universiades d'été

Viviane Tranquille a établi son plan de match... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Viviane Tranquille a établi son plan de match pour les Universiades il y a déjà quelques semaines, en compagnie de son entraîneur Tommy Boisvert.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Viviane Tranquille prendra part à ce qu'elle considère être sa plus importante compétition en carrière mercredi, lors des Universiades d'été 2017 présentées à Taipei, en Asie.

Tranquille représentera le Canada en taekwondo, elle qui se battra dans la catégorie des moins de 49 kg.

«Je suis très fébrile, j'ai hâte que ça commence. Les Universiades sont probablement une des plus grosses compétitions multisports outre les Jeux olympiques. Cette date était encerclée sur le calendrier depuis longtemps», évoque-t-elle.

La Trifluvienne d'origine a toutes les raisons de vouloir laisser sa marque en Asie. Après avoir conclu son stage chez les juniors avec une cinquième place au Championnat du monde en 2016, la transition chez les seniors a été plutôt ardue. Tranquille s'est faite soutirer son titre de championne au pays, en plus de perdre sa place sur l'équipe canadienne en vue des Mondiaux.

«Ç'a été un gros ajustement pour moi de changer de classe, le calibre n'est pas le même. Les choses se sont toutefois replacées et je veux prouver que je peux rivaliser avec les meilleures au monde».

La porte-couleurs du club de taekwondo olympique Performance veut acquérir de l'expérience et prendre part au plus grand nombre de matchs, ce qui implique qu'elle devra se rendre en finale. Même si elle est encore jeune, Tranquille ne vise rien de moins que l'or.

«Je sais que j'en suis capable, j'ai l'expérience des compétitions internationales. Je sais aussi ce que je dois faire pour parvenir à mes fins».

Maintenir un bon rythme

Son plan de match, Tranquille l'a déjà établi depuis quelque temps en compagnie de son entraîneur Tommy Boisvert. Selon elle, sa bonne condition physique sera son principal atout pour avoir raison de ses adversaires.

«Mes entraînements avec mon strength coach Jean Boutet m'ont permis d'atteindre une forme splendide. Si j'offre un rythme élevé à mes adversaires, ils ne seront pas en mesure de durer trois rounds avec moi».

Contrer le décalage

Combattre en Chine, ça signifie aussi qu'il faut négocier avec douze heures de décalage horaire. L'athlète de 18 ans s'est donc envolée vers l'Orient la semaine dernière pour amorcer son entraînement à Taipei. 

«On a besoin de quelques jours pour se remettre d'un décalage aussi important. Je voulais être certaine que mon corps allait récupérer afin d'être frais et dispo pour le début du tournoi».

Au cours de ce séjour, l'étudiante en sciences humaines, profil administration, en profite aussi pour visiter Taiwan et échanger avec les autres athlètes du village. Elle passe donc ses derniers moments avant la compétition à se détendre et à en apprendre davantage sur la culture locale avant la pesée officielle qui se tiendra mardi soir. La taekwondoïste fera son entrée en scène mercredi à 9 h, heure de Taipei (mardi 21 h au Québec), pour les combats préliminaires.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer