Un retour argenté pour Alix Renaud-Roy

Alix Renaud-Roy (à droite) a fait partie d'une... (Courtoisie)

Agrandir

Alix Renaud-Roy (à droite) a fait partie d'une récolte de trois médailles pour le Québec aux Jeux de la Francophonie en compagnie d'Émilie Burt et Patrick Cantin.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alix Renaud-Roy a couronné son retour à la compétition de façon éclatante, mercredi, en décrochant la médaille d'argent en judo chez les moins de 70 kg, lors des Jeux de la Francophonie présentés à Abidjan, en Côte d'Ivoire.

Lors des quarts de finale, Renaud-Roy aura eu besoin de quatre minutes pour avoir raison de la Camerounaise Ntuiayak-Ota Arrey-Sophina, à l'aide d'un waza-ari.

La judoka de 24 ans a mis beaucoup moins de temps à se défaire de son adversaire au tour suivant. Après seulement 51 secondes, elle l'a emporté par ippon contre la favorite locale, l'Ivoirienne Fatim Fonana.

Le parcours sans faille de Renaud-Roy a toutefois pris fin lors de la finale. Épuisée, elle n'a pas été en mesure de faire plier la Française Mélissa Heleine, qui a remporté les grands honneurs par hansoku-make.

«Je suis extrêmement contente de ma journée. La finale aurait pu mieux se passer, j'ai relâché vers la fin et elle en a profité pour me contrer. J'ai manqué de jus dans la deuxième moitié du combat car il faisait très chaud, analysait-elle, de l'autre côté de l'Atlantique. 

«Ce fut toute une expérience. Les gens ici étaient vraiment accueillants et l'ambiance était survoltée».

Les derniers mois n'ont pas été faciles pour celle qui a évolué au sein du Sports-études judo à l'Académie les Estacades. Renaud-Roy a subi une déchirure du ligament croisé antérieur et a dû passer sous le bistouri quelques semaines plus tard. Pour elle, cette performance avait une saveur particulière.

«C'était un retour à la compétition pour moi, je ne m'attendais pas à performer de la sorte aussi rapidement. Mon genou va super bien, j'espère que ça va rester ainsi».

Alix Renaud-Roy est considérée comme l'un des meilleurs espoirs du Canada en judo. Au cours des dernières années, deux blessures importantes lui ont mis des bâtons dans les roues, alors qu'elle connaissait de bons moments au plan personnel. Si elle est en mesure d'éviter l'infirmerie pour la suite des choses, il ne faudrait pas se surprendre de la voir aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Un entraîneur comblé

Même s'il n'était pas avec elle pour cette grande compétition, François Noël regardait du coin de l'oeil les performances de sa protégée. L'entraîneur de longue date de Renaud-Roy, au Club de judo Seïkidokan de Trois-Rivières, était aux anges à la suite de cette médaille d'argent.

«Je suis très fier d'elle, ça n'a pas toujours été évident après sa blessure. Elle a travaillé fort pour revenir au sommet de son art. C'est tout à son honneur d'avoir été en mesure de grimper sur le podium après une si longue absence».

Une autre Mauricienne médaillée ?

Carrie-Ann Auger pourrait bien elle aussi se retrouver avec une décoration autour du cou dès vendredi. 

Auger et la formation de basketball Canada-Québec ont survolé la phase préliminaire en terminant au premier rang du groupe A, avec un dossier parfait de trois victoires contre aucun revers, en plus d'afficher un différentiel de +33. 

Lors de leur duel quart de finale, la Trifluvienne et ses coéquipières ont aisément disposé du Mali par la marque de 80-60. Elles affronteront en demi-finale la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a pulvérisé la Guinée 93-24.

L'ancienne meneuse des Diablos pourrait donc s'assurer d'au moins une médaille d'argent si le Canada-Québec réussit à vaincre les représentantes de la Belgique. 

Un peu à court

Malheureusement pour lui, Gabriel Balbinotti rentrera au bercail bredouille. Le Trifluvien d'adoption et la sélection masculine de soccer ont vaincu la formation d'Haïti 2-1 lors de leur match de mercredi, mais ça ne fut pas suffisant pour leur permettre de sortir du groupe D.

Avec des fiches identiques de deux gains et une défaite, le Canada-Québec et le Congo ont dû passer par le bris d'égalité afin de savoir qui allait accéder au carré d'as. Ce sont finalement les Africains qui iront rejoindre le Maroc en demi-finale, puisqu'ils détenaient le meilleur différentiel.

En trois rencontres, Balbinotti s'est retrouvé sur le onze partant à deux reprises. Il a conclu la compétition avec un but et six tirs, dont deux cadrés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer