Les juniors y ont cru!

Les Cubains ont porté un dur coup aux... (François Gervais)

Agrandir

Les Cubains ont porté un dur coup aux Aigles en marquant trois points en cinquième manche pour prendre l'avance 4-2 face aux Aigles.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pendant un peu plus de quatre manches, jeudi soir au Stade Stéréo Plus de Trois-Rivières, les Aigles juniors ont livré une excellente opposition à la cinquième meilleure équipe de baseball junior sur la planète.

Puis, les Cubains ont ouvert les canons. Profitant de quelques largesses de la défensive des locaux, les représentants des Antilles ont inscrit trois points en cinquième manche, puis six autres au tour suivant, pour venir à bout des Aigles au compte de 9-2.

Sur le tableau d'affichage, les statistiques ne laissent aucun doute sur le dénouement du match: trois erreurs contre une en défaveur des Trifluviens, 15 coups sûrs contre quatre pour les Cubains.

Au-delà des chiffres, on a eu droit à un match plus qu'intéressant jusqu'en cinquième. Les Aigles ont d'ailleurs mené pendant la première moitié de ce duel, le partant Joey Toupin limitant les dégâts avec panache. En fait, le seul point accordé par Toupin dans cette première moitié est la conséquence d'un mauvais lancer.

De leur côté, les Oiseaux ont marqué grâce à Francis Désilets (roulant) et Simon Loranger (simple). Ces deux seuls points ont été suffisants jusqu'en cinquième. Oui, plusieurs des 1478 spectateurs présents dans les gradins au parc de l'Exposition y ont cru, au petit miracle. Parions que c'était aussi le cas dans l'abri des joueurs.

Si les hommes de Jean-Philippe Lemay avaient su conserver cette mince avance, ils auraient rejoint les Ducs de Longueuil et les Bisons de Saint-Eustache, qui sont les deux seules formations à s'être imposées devant la redoutable formation cubaine depuis le début de cet échange culturel et sportif, au début du mois de juillet.

«Les erreurs mentales et d'exécution ont fait la différence», relatait Lemay, néanmoins très fier de la besogne accomplie par tous ses joueurs.

«C'est un honneur en soi que d'affronter une équipe nationale. Il régnait une ambiance rafraichissante dans le stade ce soir, on va se souvenir de ça pour le reste de notre vie.»

Le Stade Stéréo Plus a accueilli 1478 spectateurs... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

Le Stade Stéréo Plus a accueilli 1478 spectateurs pour ce match historique.

François Gervais

Brulotte aux anges

Le président de la Ligue de baseball junior élite du Québec, Rodger Brulotte, se frottait les mains de satisfaction alors que la tournée cubaine tire à sa fin. Les joueurs de moins de 18 ans de l'Académie de baseball du Canada seront leurs derniers adversaires, vendredi à Montréal.

«Toutes les équipes de la ligue ont fait de l'argent avec ça», mentionnait le coloré analyste des matchs de baseball à TVA Sports.

«Nous sommes fiers de la réponse du public. On termine le voyage à Trois-Rivières, où se trouve un des plus beaux stades. Les gens ont répondu à l'appel de l'organisation.»

En effet, la foule se comparait à celles observées durant les dernières éditions du Championnat canadien de baseball junior, que Trois-Rivières a accueilli à quelques reprises en dix ans.

Et parions que ces spectateurs n'ont pas regretté leur choix d'activité pour cette soirée. Si les Aigles ont démontré de la combativité face à un rival supérieur, les Cubains ont répondu aux attentes élevées des fans.

Le receveur Alfredo Fadragas a été l'un des joueurs les plus spectaculaires sur le terrain, avec un double et un circuit. Cet athlète de 17 ans a de la graine de Gary Carter, selon Brulotte.

Le joueur d'arrêt-court Michel Triana a aussi épaté la galerie avec ses relais précis et son agilité. À 17 ans, il a l'air d'en avoir 25!

Or, les Cubains ont joué comme des vétérans. Chaque mauvaise décision ou relais imprécis exécuté par les Aigles juniors a été coûteux, notamment en raison de la rapidité des visiteurs antillais sur les buts. En sixième, les Aigles ont commis deux erreurs sur le même jeu alors qu'ils tentaient de prendre en souricière un coureur cubain. La manche s'est poursuivie et les visiteurs ont marqué cinq points.

C'est de cette façon qu'ils ont remporté leur lot de rencontres dans la LBJEQ depuis le 3 juillet. Rien de compliqué, mais un plan de match suivi à la lettre contre des rivaux qui, avouons-le, sont impressionnés par la qualité du jeu offert de l'autre côté.

John Anthony Lantigua a réussi la seule claque de plus d'un but des Aigles - un double - face au partant cubain Alejandro Cedeno, qui avait connu des ennuis le 7 juillet à Granby. «Tous les joueurs ont soutiré le maximum ce soir, je n'ai rien à leur reprocher», concluait Lemay.

Des espions

Des recruteurs des Rangers du Texas, des Blue Jays de Toronto et des Tigers de Detroit ont fait le voyage à Trois-Rivières pour assister à la partie. Ils ont sans doute rédigé de bons bilans à la suite de la sortie des meilleurs joueurs de Cuba, dont Fadragas et Triana.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer