Kean-Braidwood: on devra patienter

Simon Kean... (La Presse)

Agrandir

Simon Kean

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Même si Adam Braidwood (8-1, 7 K.-O.) clame sur tous les toits qu'il a hâte d'en découdre avec Simon Kean (10-0, 9 K.-O.), force est d'admettre que son clan voit les choses d'une manière différente.

Adam Braidwood... (Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Adam Braidwood

Le Soleil

Les Cataractes de Shawinigan et le promoteur de Kean, Camille Estephan de Eye of the Tiger Management, se sont butés à des portes closes dans les négociations visant à attirer Braidwood à Shawinigan cet automne au Centre Gervais Auto.

Malgré une offre jugée «plus que raisonnable» par le président des Cataractes Roger Lavergne, l'agente du pugiliste albertain, Melanie Lubovac, a préféré passer son tour, du moins pour l'instant.

L'organisation de Shawinigan dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec souhaitait présenter ce duel fort attendu dans l'amphithéâtre de la rue Jacques-Plante. La salle peut accueillir entre 4000 et 5000 spectateurs.

«Il n'y a pas eu de zone grise, ce fut un non catégorique, regrette Lavergne. Ça prend deux personnes pour danser, on ne sent pas d'intérêt de l'autre côté. J'ai questionné madame Lubovac à savoir si le combat pourrait les intéresser au printemps, mais encore là, elle hésitait. Ils craignent l'issue d'un tel combat.»

Pour Roger Lavergne, nul doute que le Trifluvien Kean est le «véritable champion canadien», même si le titre appartient pour l'instant à Dillon Carman. 

«C'est Simon l'homme à battre au Canada! Je trouve ça dommage que Braidwood et Carman ne soient pas disposés à l'affronter en ce moment.»

Rejointe par Le Nouvelliste en Alberta, Melanie Lubovac reconnaît l'intérêt manifesté par son protégé pour un choc contre Kean. C'est là que son équipe entre en jeu, selon elle.

«Adam est prêt à prendre n'importe qui, c'est vrai. Mais son entraîneur pense qu'il doit affronter un ou deux autres gars avant de se mesurer à Simon, surtout avec les événements reliés à sa dernière sortie dans le ring», mentionne Lubovac, citant le décès tragique de Tim Hague dans les heures suivant sa mise par K.-O. face à Braidwood le 16 juin, à Edmonton.

«Il a été affecté, ce serait difficile pour lui de retourner dans l'arène pour un duel aussi important dans ces circonstances. Je crois que ce serait mieux que les deux s'affrontent en 2018. Mais c'est certain qu'on veut se battre contre Kean.»

D'ici là, Braidwood sera de retour à l'action le 8 septembre à Victoria, quand il fera face à Raymond Ochieng (26-21-3, 21 K.O.), un type beaucoup plus faible que Kean.

Encore de l'espoir

Il s'agit donc d'un autre refus du clan Braidwood après celui visant un combat potentiel contre Kean à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Carman n'a pas levé la main pour venir à Shawinigan non plus, à l'instar du Néo-Brunswickois Chris Norrad (15-0, 7 K.-O.), classé sixième au pays.

Qu'à cela ne tienne, les Cataractes demeurent très actifs afin d'organiser une soirée de boxe mettant en vedette Kean, le champion intercontinental des poids lourds de l'IBO, quelque part cet automne.

La bonne collaboration entre la franchise de hockey junior et Camille Estephan encouragent les deux parties à poursuivre les discussions.

«On regarde ailleurs, comme aux États-Unis», concède Roger Lavergne. «Dans un monde idéal, nous aurions voulu mettre en jeu une autre ceinture pour Simon, mais où nous en sommes, on recherche d'abord un boxeur de qualité, de calibre égal ou supérieur à Braidwood. Là-dessus, nous serons clairs! Nous respectons trop les amateurs de notre région pour attirer un faire-valoir.»

Tout aussi déçu que Lavergne, Camille Estephan corrobore que tout est mis en place afin d'organiser une soirée d'envergure à Shawinigan.

«J'ai l'impression que Braidwood veut se battre contre Simon, mais on ne contrôle pas les décisions de son clan», a déclaré le grand patron de Eye of the Tiger Management. 

«C'est regrettable, on a déposé un gros budget sur la table, mais ce n'est pas la fin du monde non plus. J'ai promis aux gens de la Mauricie que Simon se battrait chez eux pendant sa carrière et je tiendrai ma parole. Le but ultime c'est d'en faire un champion du monde.»

Simon Kean reprend l'entraînement intensif cette semaine, avec son entraîneur Jimmy Boisvert, en prévision de l'automne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer