• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Canada Man Xtreme Thriatlon: «C'est la course qui m'effraie le plus» 

Canada Man Xtreme Thriatlon: «C'est la course qui m'effraie le plus»

Steeve Carpentier vivra une autre expérience qui sort... (Courtoisie)

Agrandir

Steeve Carpentier vivra une autre expérience qui sort de l'ordinaire en participant au Canada Man Xtreme Triathlon dimanche.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Compléter un Ironman relève de l'impossible pour bien des gens. Dimanche, Steeve Carpentier s'attaquera à un défi encore plus grand que cela.

Carpentier prendra part au Canada Man Xtreme Triathlon à Lac-Mégantic. Il s'agit seulement de la quatrième course du genre à avoir lieu dans le monde après celles d'Écosse, de Norvège et de Suisse. Au cours de cette compétition, les quelque 180 coureurs, provenant du Québec et d'un peu partout sur la planète, en auront pour leur argent.

L'étape initiale s'amorcera au petit matin. Les participants devront compléter 3,8 kilomètres de nage dans la pénombre, avec comme seul allié une lampe frontale. Par la suite, ils devront sauter sur leur vélo pour une distance de 180 kilomètres. Au cours de cette portion, les cyclistes auront à négocier avec 2700 mètres de dénivelé positif. Finalement, les hommes de fer devront courir un marathon de 42 kilomètres avant de croiser le fil d'arrivée. Ceux-ci devront toutefois se frotter à de nombreux sentiers, parsemés de ponts et de roches, en plus de terminer avec l'ascension des trois sommets du mont Mégantic.

C'est donc une lourde commande qui attend Carpentier en Estrie dimanche. Triathlète aguerri, le Shawiniganais en a vu d'autres. Il s'est payé le Ironman du Mont-Tremblant à de multiples occasions, en plus d'avoir participé au Championnat du monde à Hawaï à quatre reprises. Malgré cela, le principal intéressé se dit nerveux de s'attaquer à ce trajet monstre. «C'est la course qui m'effraie le plus depuis que je fais du triathlon. Ce sera beaucoup plus qu'un Ironman, notre corps sera poussé à fond. On va carrément vivre une expérience».

Comme si ce n'était pas assez, aucune bénévole ne sera sur le trajet pour nourrir ou abreuver les participants. Carpentier devra amener avec lui deux ravitailleurs, qui répondront à ses besoins durant le trajet. «Nous avons déjà établi une stratégie, à savoir quand je mange, quand je bois et à quels endroits. Ils seront indispensables pour moi».

Devant l'ampleur d'un tel défi, Carpentier a mis les bouchées doubles à l'entraînement pour arriver fin prêt. L'homme de 48 ans a pédalé maintes et maintes fois sur le circuit du parc de la Mauricie, couru dans des cotes presque tous les jours, en plus de sortir son corps de sa zone de confort à plus d'une occasion.

Carpentier se présentera donc sur la ligne de départ au sommet de sa forme, avec des attentes élevées pour cette course Ironman. Le Mauricien ne vise rien de moins qu'une médaille dans la catégorie des 40 ans et plus, ainsi qu'un top 10 parmi tous les compétiteurs. «Je crois avoir ce qu'il faut pour y arriver. Mon objectif est de terminer en 13 heures et 30 minutes. Nous commençons vers 3 heures du matin, donc je dis toujours à la blague que j'aimerais terminer avant le souper!»

Afin de commémorer les quatre ans de la tragédie du Lac-Mégantic, les triathlètes et les habitants de la ville participeront à une marche symbolique avant la première épreuve de natation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer