Ryan Poehling, toujours en avance

Ryan Poehling a été gâté par la génétique.... (La Presse)

Agrandir

Ryan Poehling a été gâté par la génétique. Le premier choix du Canadien a toujours sauté des étapes, et il veut continuer sur la route qui le mènera à la LNH.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse
La Presse

L'été dernier, les Huskies de l'Université St. Cloud State recevaient toute une infusion de talent de la famille Poehling. Ryan, qui avait alors 17 ans, débarquait dans ce collège du Minnesota avec ses frères Nick et Jack, deux jumeaux de 20 ans.

«La première fois que je l'ai vu, je pensais que Ryan était un des frères aînés !», dit en rigolant Jon Lizotte, un des trois autres joueurs de St. Cloud invités au camp de développement du Canadien, cette semaine à Brossard.

Poehling, c'est le joueur que le Canadien a sélectionné au premier tour (25e au total) au dernier repêchage. Du haut de ses 6 pi 2 po, avec ses larges épaules et son ton assuré en entrevue, il ne fait effectivement pas ses 18 ans. Physiquement, parce qu'il a été gâté par la génétique. Et dans sa personnalité, peut-être parce qu'il a toujours frayé avec ses deux frères.

Qu'importe les causes, Poehling a toujours eu l'habitude de sauter les étapes. Il l'a fait l'an passé en passant dans les rangs universitaires même s'il pouvait jouer une année de plus au secondaire ou dans les rangs juniors, en USHL.

Et maintenant, Poehling entend court-circuiter une autre étape. S'il n'en tient qu'à lui, pas question d'écouler ses trois dernières années d'admissibilité à l'université.

«J'ai toujours voulu décrocher un diplôme, mais mon but n'est pas seulement d'atteindre la LNH, c'est d'avoir une carrière dans la LNH, a-t-il expliqué après un entraînement, hier. Si je suis prêt à franchir cette étape, ça ne me dérangera pas de quitter l'université. Après le hockey, il y aura une vie, et l'école, tu peux toujours y retourner. Mais le hockey, ça se passe maintenant.»

«Je veux pleinement me développer comme joueur avant d'atteindre la LNH, car ce n'est pas une ligue de développement. Je crois avoir besoin d'au moins un an, sinon deux. C'est ma meilleure estimation.»

C'est là une information intéressante, car dans les récents repêchages, le Canadien a souvent eu à se montrer patient envers ses espoirs qui choisissent la NCAA. En 2014, l'équipe a sélectionné trois futurs étudiants: le défenseur Nikolas Koberstein, le gardien Hayden Hawkey et l'attaquant Jake Evans. Les trois retourneront sur les bancs d'école en 2017-2018. Ce sera une dernière saison pour Evans, tandis que Hawkey et Koberstein pourraient y jouer jusqu'en 2019.

Pour Poehling, il importe surtout de gagner du muscle en attendant. Il pèse 189 lb, et aimerait jouer à 200 lb. «J'ai une bonne ossature, mais je dois la remplir. Je ne suis pas un gars qui va vous épater au gymnase en soulevant des poids», admet-il.

Un homme dans un corps d'adolescent

Poehling ne doit pas trop se sentir dépaysé cette semaine à son premier camp de développement à Brossard. Ses coéquipiers de St. Cloud State Robby Jackson, Jon Lizotte et James Schuldt ont tous reçu une invitation pour la semaine. Les trois sont en admiration devant leur jeune coéquipier.

«Il a dépassé nos attentes dès le début, a estimé Jackson. On savait qu'il était plus jeune, donc je m'attendais à un gars de 5 pi 5 po, 128 lb. Il est arrivé à 6 pi, lourd comme moi ! Il m'a épaté dès le début. On s'attendait à une plus longue période d'adaptation, mais après trois ou quatre matchs, il était déjà à l'aise.»

«En fin de saison, il commençait à dominer. Il est très combatif. Sa taille, son talent et son sens du hockey sont assez incroyables. Ça ira seulement en s'améliorant», décrit Schuldt.

Ses coéquipiers s'attendent tous à le voir parmi les meneurs de l'attaque de St. Cloud la saison prochaine, peut-être même dans un rôle de premier centre. Et Poehling souhaite justement développer l'aspect offensif de son jeu. «Je me vois comme un joueur offensif. Je sais que l'équipe apprécie le fait que je puisse jouer défensivement, mais je veux être un joueur offensif pour le Canadien», martèle-t-il.

Poehling était effectivement un joueur offensif au secondaire, où il a amassé 54 points en 25 matchs à sa dernière année. Dans les rangs collégiaux, en tant que plus jeune joueur de la NCAA la saison dernière, il a été limité à 13 points en 35 sorties.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer