• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Accident de rodéo: Zachary Bourgeois devra cesser la compétition pour un an 

Accident de rodéo: Zachary Bourgeois devra cesser la compétition pour un an

Zachary Bourgeois est considéré comme une étoile montante... (Photo: gracieuseté Birtz photographie)

Agrandir

Zachary Bourgeois est considéré comme une étoile montante en rodéo en Amérique du Nord.

Photo: gracieuseté Birtz photographie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les nouvelles sont plutôt encourageantes pour le jeune cow-boy de Saint-Tite, Zachary Bourgeois, qui a été blessé cette fin de semaine lors de la tenue d'un rodéo à Ayer's Cliff, au sud de Sherbrooke.

Le père de Zachary, Sylvain Bourgeois, se dit... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le père de Zachary, Sylvain Bourgeois, se dit encouragé par l'état de santé de son fils, même s'il devra oublier la compétition pour la prochaine année. - Photo: François Gervais

François Gervais, Le Nouvelliste

L'étoile montante de la discipline de la monte des taureaux sauvages a pu quitter l'hôpital mardi soir et ne devrait pas garder de séquelles importantes de l'incident. Seule ombre au tableau pour lui: sa saison de rodéo est terminée pour cette année.

Rappelons que lors de l'événement qui se tenait samedi à Ayer's Cliff, Zachary Bourgeois s'exécutait dans cette discipline lorsqu'il a été éjecté du taureau. En se relevant pour se reculer, le taureau a rué et lui a donné un coup de sabot sur le menton. Malgré le fait qu'il portait une grille de sécurité pour protéger son visage, l'athlète de 17 ans a subi un traumatisme crânien.

Joint par téléphone, son père, le directeur des rodéos au Festival western de Saint-Tite, Sylvain Bourgeois, confie qu'il a eu très peur lorsqu'il a reçu l'appel l'informant de ce qui venait de se produire.

«Nous étions à Saint-Antonin la veille pour une compétition. On a pris l'avion très rapidement pour aller le rejoindre au centre hospitalier à Sherbrooke. On nous a expliqué que lorsqu'il a été frappé, il a perdu conscience et est tombé en convulsions. Il est revenu à lui environ 35 minutes plus tard dans l'ambulance», explique Sylvain Bourgeois.

Zachary a passé plusieurs tests, scan et rayons X. Sa première nuit après l'accident, qui s'annonçait la plus critique, s'est finalement bien déroulée selon les médecins, et il a rapidement pu se remettre à manger, à se lever et n'a perdu aucun de ses repères.

Les examens se sont poursuivis jusqu'à mardi, jour où il a reçu son congé de l'hôpital, non sans d'abord rencontrer les psychologues de l'hôpital. Car pour cet athlète qui aspire à faire partie de l'élite des cow-boys en Amérique du Nord, la période la plus difficile est à venir dans les prochains jours.

«Il ne pourra plus compétitionner pour la prochaine année assurément. Les médecins veulent qu'il évite ce genre de choc pour au moins un an. Il doit prendre le temps de se rétablir et comme à 17 ans, le cerveau n'a pas encore fini de se développer, il faut qu'il puisse mettre toutes les chances de son côté. Mais pour lui, c'est un dur coup. Il pratique ce sport depuis qu'il a 7 ans. Il va devoir mettre de gros efforts pour travailler sa patience», constate son père.

Fait encourageant, il pourra au moins recommencer à s'entraîner à la maison d'ici un mois pour garder la forme, et sera de nouveau éligible pour se qualifier à la finale nationale des écoles secondaires en Amérique du Nord l'an prochain.

Le jeune homme qui compte tout près de 24 championnats à son actif avait déjà été approché par au moins trois collèges américains pour entrer sur les équipes de rodéos, ce qui lui permettrait de se tailler une place importante dans le circuit professionnel américain, en plus de voir ses études être payées en entier s'il s'illustre parmi les meilleurs.

Saint-Tite

Zachary Bourgeois est, pour une seconde année consécutive, l'une des têtes d'affiche du Festival western de Saint-Tite. Son accident ne changera pas son implication pour la 50e édition du festival, mis à part sa non-participation aux compétitions.

«Il aura encore plus de temps pour se consacrer aux activités de relations publiques. Il a l'intention de rester dans l'entourage de l'organisation pour la 50e édition», confirme Sylvain Bourgeois.

Ce dernier signale que malgré l'incident, son fils ne souhaite pas abandonner la compétition, bien au contraire.

«À 17 ans, on se croit invincible. Les blessures font partie de notre sport, comme de tout sport extrême d'ailleurs. Comme parent, on ne recherche pas nécessairement à le pousser là-dedans, mais c'est ce qu'il aime et c'est ce qu'il veut faire alors nous, on l'accompagne. S'il change d'idée un jour, ce sera correct pour nous aussi. On lui enseigne à mettre les efforts et travailler pour atteindre ses objectifs, peu importe ce que sont ses objectifs», souligne Sylvain Bourgeois.

Ce dernier a connu un printemps plutôt mouvementé, lui qui a aussi perdu un cheval lors d'une compétition à Saint-Tite à la fin du mois de mai, un accident qui a fait les manchettes en lien avec la demande d'injonction pour tenter de faire annuler le rodéo urbain de Montréal.

«Il y a des périodes comme ça qui sont plus intenses que d'autres. Je pense que j'ai eu ma dose pour cette année. Mais il n'y a pas que du négatif. On a aussi remporté notre bataille avec la levée de la demande l'injonction. Dans cette discipline, ça fait partie de la game et on retient des leçons de chaque coup dur», constate Sylvain Bourgeois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer