Ben Milot et ses acrobaties au petit écran

L'audace de Ben Milot sera bientôt visible au... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'audace de Ben Milot sera bientôt visible au petit écran.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Lorsqu'on veut voir Ben Milot, il faut habituellement lever la tête vers le ciel. Il y aura une autre façon de voir le motocycliste extrême l'hiver prochain: au petit écran.

Milot sera la vedette d'une série de huit épisodes intitulée Milot Land Tour, le nom du spectacle de motocross qu'il produit depuis 2010 et qui se déplacera dans six provinces cet été pour une quarantaine de prestations. La série suivra donc les acrobates à plusieurs endroits afin de mettre sur pied cette série qui sera diffusée sur les ondes de Z Télé à l'hiver 2018.

«Il n'y avait plus grand-chose qui se faisait au Québec sur la moto. C'est une compagnie de production qui m'a approché. J'étais sceptique. Mais ils ont présenté le projet à Z Télé et ils ont beaucoup aimé», raconte l'athlète de 34 ans.

Les caméras de cette docu-réalité se déplaceront aussi en coulisses. On pourra donc voir le processus créatif et technique de cette tournée. À cela s'ajouteront des scènes tournées à son domicile de Yamachiche, où Milot a son terrain de jeu pour pratiquer plusieurs manoeuvres.

«Quand ils vont voir ce qu'on a pour eux, ils vont être surpris. On a plusieurs idées et on est motivé. Dans mon parc d'entraînement, c'est comme Disneyland. On va préparer des acrobaties avec d'autres machines, qui n'ont rien à voir avec le motocross. C'est inspiré de ma vie, mais on va y ajouter des trucs qui sortent de l'ordinaire.»

Pour les habitués, le concept peut faire penser à Nitro Circus, une production américaine où on pouvait voir la vedette mondiale Travis Pastrana ainsi que plusieurs de ses amis réaliser des cascades plus incroyables les unes que les autres.

«On ne veut pas se comparer à ça, la barre est trop haut et nous n'avons pas le budget pour ça. Mais ce genre n'a jamais vraiment été exploité au Québec. Je pense qu'on a les forces pour se créer quelque chose de cool. Je me suis entouré de gens qui seront parfaits dans ce rôle.»

Les caméras se déplaceront à Trois-Rivières durant les 10 jours de l'Exposition agricole, où Milot et ses partenaires de tournée se produisent depuis six ans. Le Yamachichois promet d'en mettre plein la vue.

«Les gens vont en avoir pour le double de leur argent! On va rajouter beaucoup d'effets spéciaux. Ce n'était pas prévu, mais avec le show de télé, on va rajouter du gaz d'avion dans le feu! Ça va être KISS en motocross! Un tel spectacle, ce n'est pas ce qu'on fait habituellement.»

De retour pour de bon

Lors des cinq dernières années, Milot a fait partie du spectacle The house of dancing water, qui était présenté à Macao, en Chine. Il s'est produit à 2000 reprises dans cette oeuvre aquatique de Franco Dragone - anciennement du Cirque du Soleil. Cette aventure est maintenant terminée et le Canadien errant est maintenant de retour dans ses terres, où il pourra se consacrer à sa tournée.

«C'était dur parce que je vivais deux vies en même temps, dit-il. J'ai beaucoup appris en travaillant avec Franco Dragone, côté mise en scène. Je pensais connaître quelque chose là-dedans, mais j'ai vu ce qu'est une production qui roule au quart de tour. Ça me permet d'amener mon petit spectacle plus loin.»

Ironiquement, d'effectuer des cascades en Chine plutôt qu'un peu partout en Amérique du Nord lui aura permis de reposer son corps. Le monde du cirque est beaucoup plus flexible que celui du motocross aux yeux de celui qui compte une vingtaine d'os fracturés jusqu'à présent dans sa carrière.

«C'est deux mondes complètement différents. En Chine, c'était la Ligue nationale de hockey du motocross, alors qu'ici, c'est comme être sur la patinoire à Yamachiche. Nous avions des physiothérapeutes, des gymnases, des entraîneurs, nous étions très bien encadrés. Quand tu avais un petit bobo, ils te sortaient du spectacle pour travailler là-dessus. J'ai été super chanceux de tomber là-dedans et ç'a peut-être permis de donner trois ou quatre ans de plus à ma carrière.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer