Simon Kean «dans la meilleure forme de sa vie»

Le Trifluvien Simon Kean montera dans le ring... (La Presse)

Agrandir

Le Trifluvien Simon Kean montera dans le ring samedi pour tenter de conquérir le titre de l'IBO et le coeur des Québécois.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Simon Kean va franchir une étape importante à son dixième combat chez les professionnels samedi soir à l'Olympia. Le poids lourd trifluvien à la fiche immaculée pourra mettre la main sur une première ceinture, en plus de se faire connaître du grand public puisque son duel face à Marcelo Luiz Nascimento (23-14, 20 k.-o.) sera retransmis en direct sur les ondes de TVA Sports.

Si ce titre mineur de l'IBO a plus ou moins de valeur, cette visibilité qui vient avec son passage au petit écran vaut de l'or pour un boxeur qui tente de devenir un incontournable dans le marché québécois. Kean assure pourtant ne pas ressentir de pression supplémentaire, à l'aube de se mesurer au Brésilien.

«C'est pareil pour moi. Je suis un peu plus motivé mais sinon, c'est la routine. Ma concentration est uniquement sur le combat», promet l'olympien, qui dit n'avoir aucun mal à composer avec l'attention médiatique plus soutenue de la dernière semaine. «Ça ne change rien à ma préparation. Ça m'en prend plus que ça pour me déstabiliser!»

Pas question pour Kean de modifier non plus son approche sur le ring. Un k.-o. percutant tôt dans le combat ferait du bruit, mais le protégé de Jimmy Boisvert ne fera pas de compromis pour y arriver. «Je boxe contre un gars qui a un style bizarre. Je m'attends donc à avoir besoin d'un ou deux rounds pour bien m'établir dans le combat. Ce serait une erreur de courir après le k.-o. Il va venir tout seul, le k.-o., je n'ai aucun doute à ce sujet. Pas besoin de forcer pour que ça arrive. Je me suis entraîné plus fort qu'à l'habitude, je suis prêt pour ce défi.»

Boisvert confirme que son poulain a trimé dur au cours des dernières semaines. Il n'était pas peu fier de sa silhouette à la pesée vendredi midi, Kean ayant fait osciller le pèse-personne à 247,4 livres. Nascimento, un peu plus grand, a de son côté affiché un poids de 225,6 livres. «Simon est dans la meilleure forme physique de sa vie. Il a montré beaucoup de sérieux au gymnase. Il sait que de belles choses s'en viennent pour lui, il ne veut pas rater son coup.»

Ce combat représente quand même un certain risque, malgré la fiche peu reluisante du Brésilien. C'est que ce vieux routier s'est déjà mesuré à quelques-uns des meilleurs poids lourds au monde. Ce n'est donc pas Kean qui va l'intimider... «Le bon côté d'affronter un gars aussi expérimenté, c'est que nous avons eu accès à beaucoup de matériel pour l'étudier», sourit l'entraîneur du club Performance. «Simon s'embarque donc dans le combat avec un plan de match précis. Ce combat va lui permettre d'avancer.»

Face à Rivas?

Si Nascimento ne stoppe pas la progression de Kean, ce dernier pourrait être impliqué à court terme dans un combat local. Le nom d'Oscar Rivas, lui aussi un olympien qui montre une fiche parfaite de 20 victoires en autant de sorties chez les pros, alimente les rumeurs depuis quelques jours. Kean boxe pour l'écurie Eye of The Tiger Management, Rivas est un poulain d'Yvon Michel, mais les deux clans ne semblent pas fermés à négocier une entente pour les placer tous les deux dans le même ring à court terme. Un scénario qui ne déplaît pas à Kean. «Je laisse toutefois Camille Estephan (son promoteur) prendre les décisions de ce côté. C'est son travail. Je connais bien Oscar, nous sommes partenaires d'entraînement depuis un bout. Mais la boxe a un côté business et si l'opportunité est intéressante, pourquoi pas? Si je dois passer Rivas dans mon cheminement, je vais le faire», lance Kean.

Boisvert est un peu plus prudent. «Je ne veux pas entendre parler de Rivas avant le combat de Simon samedi. Après, on verra. Ils ont des cheminements parallèles, Rivas a aussi des engagements à court terme, alors je doute que ça se matérialise rapidement de toute façon. Mais moi, je ne suis que l'entraîneur, alors si on me dit de préparer Simon pour Rivas, pas de problème! Pour l'instant par contre, toutes nos énergies doivent servir à battre Nascimento. Ce gars-là en a vu d'autres et il a une bonne force de frappe. Le sous-estimer serait une erreur», prévient-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer