Émile Jean règle ses comptes

Derrière son côté bucolique, la première étape du... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Derrière son côté bucolique, la première étape du 32e Tour cycliste de Beauce a fait des ravages parmi le peloton. Pas moins de 73 des concurrents encore en lice se retrouvent à 26 minutes et 32 secondes du meneur, le Trifluvien Émile Jean.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Georges) Émile Jean avait «des comptes à régler» en Beauce. Et le cycliste de Trois-Rivières l'a fait de brillante façon, mercredi, en remportant la première étape du 32e Tour cycliste de Beauce.

Jean s'est «jeté dans le bon groupe. Et après, j'avais confiance en mes capacités de battre les gars avec qui j'étais au sprint», a-t-il résumé, soulignant la part de chance dans le choix de la bonne échappée.

Surtout qu'au terme de cette première de six étapes sur cinq jours, seulement 25 coureurs sont encore à toutes fins utiles dans la course. Le peloton principal a littéralement abdiqué à l'idée de rattraper ce groupe parti autour du 50e kilomètre sur 185.

Distraits par les pâturages bucoliques, la boîte à lettres rouillée dans le sixième rang ou les effluves du casse-croûte Chez Diane dans la côte au village de Saint-Odilon-de-Cranbourne, où ils sont passés huit fois? Toujours est-il que pas moins de 73 concurrents toujours en lice traînent à 26 minutes et 32 secondes du meneur! Et ce, sans compter les six abandons.

«Je blaguais avec Émile, ce matin, et je lui ai dit qu'il avait des comptes à régler sur cette route», a lancé le directeur sportif de l'équipe Silber Pro Cycling, Gord Fraser, pas peu fier de la victoire de son poulain.

Lui-même ancien cycliste de renom, l'Ontarien Fraser raconte comment il y a deux ans, la performance de Jean au critérium des Championnats canadiens, aussi à Saint-Georges, lui avait ouvert les yeux. «Émile avait été le seul à nous causer des problèmes [à l'équipe Silber]. Ce jour-là, il avait démontré quel super bon coureur avec un grand coeur il est et c'est à partir de ce moment que j'ai voulu l'engager», explique Fraser, qui compte sur Jean pour une deuxième saison.

Jamais mieux qu'une 87e place en ouverture

À son cinquième Tour de Beauce, Jean n'avait jamais pourtant fait mieux que 87dans l'étape d'ouverture de la plus ancienne course cycliste par étapes active en Amérique du Nord. Son meilleur classement avait été une 28e position, au contre-la-montre de 2015.

Voilà le cycliste de 23 ans vêtu du maillot jaune du meneur, lui qui avait aussi gagné une étape du Grand Prix de Saguenay, vendredi dernier. «Sans rien enlever à ma victoire de la semaine passée, cette course-ci implique de plus grosses équipes et ça la rend plus spéciale», a admis Jean.

Avec plusieurs favoris largués, le reste de la semaine s'annonce bizarre et imprévisible. Douze des 15 équipes ont au moins un membre parmi les 25 survivants, jusqu'à cinq pour Aevolo. Mais les Robin Carpenter, troisième l'an dernier, Taylor Eisenhart, Robert Britton, Steve Fisher, Francisco Mancebo et autres Serghei Tvetcov sont pour ainsi dire déjà éliminés au cumulatif.

«Il reste peu de gars qui vont aller vite à Mégantic [jeudi] et au contre-la-montre [vendredi matin] et qui visaient le général en partant», analyse Jean.

De son côté, Fraser se demandait encore ce qui s'était passé. «Je ne comprends pas pourquoi les grandes équipes comme Holowesko et United Healthcare ont raté leur chance au classement général juste pour tenter une étape. Je suis très surpris!

«Quant à nous, on n'a que deux sprinteurs dans le groupe de 25, alors on ne fera pas le boulot pour défendre le maillot jaune à Mégantic. Par contre, il y a quelques grimpeurs, je pense à Emerson Oronte de Rally, à Jack Burke d'Aevolo et Ian Garrison d'Aexon, qui deviennent à mon avis les trois favoris pour le classement général», avance Fraser, souhaitant voir son protégé Nigel Ellsay sortir du lot dans la montée.

Au sein d'Aevolo, nouvelle équipe américaine, on trouve le Québécois de 19 ans Laurent Gervais. Le natif de Lorraine a tenté de suivre Jean et Garrison pour le sprint final, échouant à 1:07 du vainqueur, au 21e rang.

Belle surprise pour cet ex-champion québécois cadet au contre-la-montre en 2013, révélation du Tour de l'Abitibi en 2014 et tout juste finissant à la Miller School d'Albemarle, un prep school de Charlottesville, en Virginie, où il était capitaine de l'équipe de cyclisme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer