La LNAH veut ramener Trois-Rivières

Avec la fin des activités du Blizzard, puis... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Avec la fin des activités du Blizzard, puis des Prédateurs de Laval mardi, la survie de la LNAH n'a jamais semblé aussi incertaine. La Ligue tente de ramener à la vie l'équipe trifluvienne pour pour être en mesure de poursuivre ses activités.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'avenir de la LNAH ne tient plus qu'à un fil. Moins d'un an après avoir lancé un processus d'expansion, le circuit Michel Godin a besoin de ressusciter la concession de Trois-Rivières dans les prochains jours sinon, ses activités vont cesser. Autour de la table, personne ne veut continuer à faire du hockey à cinq équipes.

Il y a eu ces dernières semaines des projets qui ont avorté à Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Jérôme et Granby. Les Prédateurs de Laval ont quant à eux fermé les livres mardi soir. Les Prédateurs ont ainsi imité le Blizzard de Trois-Rivières, qui avait avisé la LNAH qu'il ne serait pas de retour, le propriétaire Ronald Lavertu étant fatigué de rédiger des bilans financiers à l'encre rouge.

Lygitsakos impliqué

La concession de Trois-Rivières pourrait toutefois être relancée par les promoteurs qui ont tenté, sans succès de s'implanter à Saint-Jean-sur-Richelieu. Sur les conseils de la LNAH, Le Nouvelliste a appris qu'ils ont approché le Trifluvien Dean Lygitsakos pour orchestrer l'opération sauvetage. Ce dernier vient d'être libéré par la concession de Saint-Georges-de-Beauce après un mandat de deux ans.

Joint au téléphone, Lygitsakos s'est montré prudent, en reconnaissant qu'il y avait des discussions sérieuses en ce moment pour garder ce calibre de jeu dans la cité de Laviolette.

«J'ai la ligue à coeur, je crois sincèrement au marché de Trois-Rivières. Je me tiens proche du dossier et si je peux aider, je vais le faire. C'est tout ce que je peux dire pour le moment», a confié Lygitsakos, qui a mené la concession trifluvienne à un championnat à ses premiers pas dans la Ligue nord-américaine. Depuis, il a aussi dirigé à Jonquière et Saint-Georges-de-Beauce.

Lygitsakos ne veut pas trop commenter le dossier, mais il est plus impliqué qu'il ne le dit. Il a déjà rencontré la Ville de Trois-Rivières, intéressée à garder la LNAH au vieux Colisée. Certains joueurs de l'équipe ont aussi été sondés pour connaître leur intérêt à revenir dans le giron de l'équipe, et les discussions ont été positives.

Il reste bien sûr des choses à attacher mais les acteurs de la LNAH semblent confiants d'en arriver à un dénouement positif. Chose certaine, ils ont convenu de donner un peu de temps à Lygitsakos et aux promoteurs pour bien cerner le milieu avant de prendre une décision.

Du temps qui servira notamment à faire la cour à un ou des hommes d'affaires du milieu pour se joindre au groupe. L'Assemblée générale annuelle de la ligue, prévue ce week-end, a ainsi été repoussée.

Le commissaire de la LNAH, Michel Godin, n'a pas retourné les appels du Nouvelliste.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer