Changement de garde au Réseau du sport étudiant

Sean Cannon prendra la relève de la future... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sean Cannon prendra la relève de la future retraitée Micheline Guillemette à la tête du RSEQ Mauricie.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Réseau du sport étudiant de la Mauricie aura un nouveau directeur général à la mi-août. Puisque Micheline Guillemette quitte pour la retraite après 15 ans à la tête de l'organisme, c'est Sean Cannon qui prendra la relève.

Cannon connaît déjà bien le monde du sport scolaire puisqu'il a travaillé de concert avec les gens du RSEQ, alors qu'il agissait à titre de directeur général du Centre régional d'entraînement et d'événements de la Mauricie (CREEM).

«Il est non seulement un bon gestionnaire, c'est aussi un gars de terrain. Il est en mesure d'assumer les tâches de l'administrateur en ayant les réflexes de l'entraîneur près de ses athlètes», mentionne Micheline Guillemette, qui passera ainsi le flambeau avec le coeur léger et la tête reposée.

«Je suis très confiante qu'il saura poursuivre la tradition que nous avons implantée.»

Aujourd'hui, le RSEQ gère 17 sports étudiants alors qu'au début du millénaire, on parlait de cinq à sept disciplines.

«On a plus que doublé le nombre d'équipes et nous avons accueilli 51 championnats provinciaux depuis 2004», rappelle fièrement l'actuelle directrice générale, qui en a fait du chemin depuis qu'elle campe ce rôle. 

«Au départ, nous étions deux, André Gervais et moi. Il n'y avait plus de gala de fin d'année et les ligues du primaire étaient inexistantes. En 2017, nous sommes la région au Québec qui organisons le plus d'activités sportives avec les enfants du primaire.»

Mais ça n'a pas toujours été facile. En tant que gestionnaire, Micheline Guillemette a parfois essuyé des critiques, que ce soit pour les règlements ou des demandes particulières visant certains jeunes. «Il n'y a rien de nouveau, c'est comme ça dans toutes les organisations. On a surtout réalisé des bons coups.»

Elle se félicite entre autres de la façon que le RSEQ, en collaboration avec d'autres acteurs du milieu, ont réagi à la controverse entourant les commotions cérébrales dans le sport. 

«Je pense que nous sommes allés au devant dans ce dossier. Ce n'est pas le dossier qui m'a le plus secouée, honnêtement, et je pense qu'on a tous proposé de bonnes pistes de solutions.»

Et maintenant, quels sont les défis du sport étudiant en région pour les années à venir? «De continuer à dynamiser le sport autant au primaire qu'au secondaire. De s'assurer que toutes les écoles ont les ressources pour accueillir un maximum d'équipes et que les étudiants soient en mesure de pratiquer deux ou trois sports pendant l'année.»

Un mandat taillé sur mesure pour Sean Cannon, croit la directrice générale. D'ailleurs, c'est Cannon lui-même qui a envoyé son C.V. aux dirigeants du RSEQ.

«J'ai hâte de travailler avec les responsables des sports, partage le principal intéressé. Si j'ai quitté le monde de la physiothérapie pour rejoindre le CREEM il y a quelques années, c'est que le rôle de gestionnaire m'a toujours plu. J'espère pouvoir accomplir autant que Micheline pour la cause du RSEQ.»

De toute façon, la dame du sport étudiant dans la région ne sera jamais bien loin, elle qui promet déjà d'offrir de son temps pour diriger ses petits-enfants au basketball et au soccer.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer