Les Aigles perdent leur match d'ouverture 3-2

L'intention y était pour les Aigles, mais ils... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'intention y était pour les Aigles, mais ils ont quand même perdu 3-2 contre les Boulders.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un triple jeu, des circuits, de beaux jeux défensifs: on a vu des matchs d'ouverture plus ennuyants que celui de mardi soir! Seul hic, l'attaque des Aigles ne s'est pas manifestée comme les 1450 amateurs l'anticipaient.

Le partant des Aigles, Matthew Rusch, n'a pas... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le partant des Aigles, Matthew Rusch, n'a pas joué un vilain match, mais il n'a pas été à la hauteur de sa réputation non plus.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Pendant que les Boulders de Rockland claquaient deux circuits, les bâtons des Trifluviens sont demeurés plutôt timides, si bien qu'ils ont perdu leur match d'ouverture par la marque de 3-2, au Stade Stéréo Plus.

Les hommes de T.J. Stanton encaissent du coup une quatrième défaite en cinq sorties. Le genre de départ que les Oiseaux craignaient et qui rappellera peut-être des souvenirs amers aux partisans.

Sauf pour 2015, les Aigles ne sont jamais parvenus à entamer une saison sous les feux de la rampe. Mardi, c'est en raison de leur incapacité à déjouer l'as lanceur des Boulders, Richard Salazar, qu'ils ont ajouté un autre revers à leur lent départ.

Seul Trevor Gretzky, avec un simple de deux points frappé vers le joueur de deuxième but en quatrième, a pu secouer le gaucher Salazar.

Avant lui, les Boulders avaient amorcé la partie avec un circuit de deux points, la signature du troisième frappeur de l'alignement Mike Fransoso. À égalité 2-2 en début de sixième, Joe Maloney l'a imité avec une longue claque en solo, qui allait s'avérer la claque de la victoire.

Le partant des Aigles, Matthew Rusch, n'a pas joué un vilain match, mais il n'a pas été à la hauteur de sa réputation non plus. En ce sens, le vétéran de 34 ans a concédé dix coups sûrs en près de six manches, y compris les circuits. Il a aussi retiré sur des prises huit adversaires.

«On se plaît dans ce stade, je pense qu'il convient bien à notre attaque. Les gars ont du plaisir, ils voient bien la balle», souriait le gérant des Boulders, Jaimie Keefe. «Un duel Rusch-Salazar est rarement décevant, nous en avons encore eu la preuve ce soir.»

Dans l'autre camp, T.J. Stanton reconnaissait que son club avait manqué de punch, particulièrement au milieu de l'alignement. Daniel Mateo, Brenden Webb, Javier Herrera et Connor Crane n'ont été incapables de placer la balle en lieu sûr.

Le Cubain Alexander Ayala a pour sa part obtenu deux simples à l'instar de Gretzky, dont le nom a déjà commencé à résonner dans le stade!

«Ce sont des choses qui arrivent dans une saison, parfois ça prend du temps à s'ajuster aux lanceurs, mentionnait Stanton. Le problème, c'est que tout le milieu de l'alignement est dans cette situation présentement. J'ai aimé les présences de Webb à la fin, il a été en mesure d'aller chercher deux buts sur balles. On doit continuer comme ça en étant patients.»

Triple jeu!

En troisième manche, alors que les Boulders menaçaient avec deux hommes sur les buts, Joe Maloney a frappé une balle vers le joueur de deuxième but Ryan Brockett, qui a ensuite remis à Ayala pour entamer le double jeu.

Ayala a lancé la balle vers Zach Mathieu au premier coussin pour retirer Maloney, puis Mathieu s'est retourné vers le marbre et son receveur Kyle Lafrenz. Voyant que le coureur Mike Fransoso fonçait vers la plaque, Mathieu n'a pas hésité à lancer la balle à Lafrenz, qui a ainsi complété un triple jeu 4-6-3-2!

La foule a évidemment apprécié ce superbe effort collectif en défensive. Une défensive qui n'avait pas grand chose à se reprocher mardi. «C'est le genre de jeu qui donne du momentum à un lanceur. Nous avons créé l'égalité par la suite et on aurait même pu prendre les devants en cinquième avec des coureurs sur les buts. Les petits détails ont fait la différence», concluait Stanton, qui enverra le gaucher Guillaume Blanchette sur la butte, mercredi. Il sera opposé à Justin Topa pour les Boulders.

Carnet de notes

Jon Smith se fait plaisir

Un départ canon, voilà qui résume la première semaine de Jon Smith à son retour avec les Boulders. L'ancien cogneur des Aigles compte déjà trois circuits en six parties et hier soir, il a claqué trois fois la balle en lieu sûr contre Matthew Rusch.

Belle présentation

Les Aigles ont utilisé leur écran géant afin de présenter leur alignement 2017 aux partisans, alors que chacun des joueurs a pris la parole. Javier Herrera, Matthew Rusch et Guillaume Blanchette ont reçu les plus belles ovations... en compagnie de la préposée au bâton, la jeune Frédérique Plouffe, fidèle au poste depuis plusieurs saisons.

Petit embouteillage

Un problème informatique à la billetterie a causé un petit embouteillage devant le Stade Stéréo Plus dans les minutes précédant la rencontre.

Taillon fidèle au poste

La marqueuse Annie-Pier Taillon entreprend sa cinquième campagne dans le baseball professionnel à Trois-Rivières et sa 25e dans le domaine.

Lévesque s'améliore!

Les élèves de l'école Saint-François-d'Assise ont interprété les hymnes nationaux avec succès tandis que le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, s'est chargé du lancer protocolaire. Le premier magistrat a amélioré sa technique depuis son premier lancer en 2013!

Autre victoire des juniors

Les Aigles juniors complétaient mardi leur série aller-retour contre les Alouettes, du côté de Charlesbourg. Les hommes de Jean-Philippe Lemay ont de nouveau battu leurs rivaux, cette fois par la marque de 1-0.

Jonathan Duforest a claqué un double en début de huitième manche pour pousser Joey Toupin à la plaque, ce qui a constitué le seul point de la rencontre. Toupin a d'ailleurs lancé pendant sept manches, espaçant cinq coups sûrs et deux buts sur balles.

Son vis-à-vis, Olivier Mailloux, a été tout aussi dominant en n'offrant que deux coups sûrs en sept manches aux Trifluviens, qui ont eu plus de succès avec Samuel Lizotte par la suite.

Chez les Aigles, cette cinquième victoire en six sorties appartient à Francis Désilets. Malgré deux coups sûrs accordés en fin de huitième, il a été en mesure d'obtenir le retrait décisif.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer