Après la pluie... la victoire pour les Aigles?

T.J. Stanton espère obtenir davantage de la part... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

T.J. Stanton espère obtenir davantage de la part de son offensive. Ce sera toutefois difficile pour Connor Crane de faire mieux, lui qui montre une moyenne au bâton de ,357, bonne pour le premier rang des frappeurs des Aigles ayant pris part à tous les matchs de l'équipe.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après un lent départ où ils n'ont pas goûté à la victoire en trois matchs, les Aigles ont enfin pu célébrer dimanche face aux Champions d'Ottawa. Ils auraient aimé faire de même lundi, jusqu'à ce que la météo s'en mêle.

C'est ainsi que les Oiseaux sont revenus au Stade Stéréo Plus plus rapidement que prévu, puisque la partie prévue lundi après-midi contre la formation ontarienne a été annulée. Un scénario décevant pour le gérant T.J. Stanton, qui voyait enfin la lumière apparaître au bout du tunnel après trois défaites en lever de rideau et qui espérait revenir en Mauricie avec deux victoires au compteur.

«Je suis déçu parce qu'on commençait à montrer de belles choses et à obtenir du momentum, note le gérant. Lors des deux premiers matchs, j'ai demandé aux entraîneurs de faire des évaluations, et qu'à partir du troisième, il fallait commencer à faire des ajustements. Il fallait que les entraîneurs donnent le ton, parce que ce n'est pas qu'aux joueurs à trouver ce qu'il faut ajuster.»

Les Aigles semblaient être en voie d'obtenir un premier gain lors de ce troisième match de la saison, avec une avance de 4-3 en huitième manche, jusqu'à ce que Nick Sarinanides vienne bousiller l'effort de ses coéquipiers en accordant trois points.

Mais dimanche, tout est enfin tombé en place. Menés par Edilson Alvarez au monticule, les Trifluviens l'ont emporté 3-2.

«Alvarez a été en contrôle durant tout le match et il a été un exemple pour les autres lanceurs en ce qui a trait à trouver le bon endroit dans la zone des prises. Ce n'est pas ce qui s'était passé lors des premiers matchs, et la Ligue Can-Am, c'est un circuit difficile si tu n'es pas précis.»

Première sortie à domicile

Les Aigles tenteront de surfer sur cette vague d'optimisme alors qu'ils accueilleront les Boulders de Rockland mardi soir au Stade Stéréo Plus pour lancer leur campagne à domicile. Un soir de première pour Stanton à titre de gérant d'une équipe professionnelle. Entre 1500 et 2000 personnes sont attendues sur l'avenue Gilles-Villeneuve.

«Je suis tellement excité pour toute l'équipe, pas seulement moi. J'espère qu'il y aura du monde dans le Stade et qu'on sera en mesure d'offrir ce dont on est capable.»

Pour ce faire, les Aigles devront être encore plus efficaces en offensive. Certes, ils ont frappé 32 coups sûrs en quatre rencontres, soit seulement deux de moins en moyenne par rencontre que l'adversaire.

Mais cette vague de succès au bâton est trop souvent venue alors que les Champions détenaient l'avance. «Nous n'avons pas produit beaucoup de points parce qu'au bâton, ça ne cliquait pas encore. Mais nous sommes tellement proches. On a eu beaucoup de coureurs sur les buts, mais il nous manquait le coup sûr important. Je ne suis pas content de l'attaque pour l'instant, mais je suis patient», indique Stanton.

Les Cubains en adaptation

Arrivés à Trois-Rivières avec tambours et trompettes, l'apport des deux joueurs d'origine cubaine, Miguel Lahera et Alexander Ayala, a tardé à se faire sentir lors de cette première série. Utilisé deux fois en fin de match, Lahera affiche une moyenne de points mérités de 13,50 en quatre manches de travail. Quant à Ayala, il a frappé pour ,158 en 19 apparitions à la plaque.

Le gérant ne s'en fait pas et ajoute qu'il n'est pas surpris d'un tel départ. «J'ai eu des expériences avec les joueurs cubains à Québec et je sais qu'il faut faire preuve d'un peu de patience. C'est tellement un gros ajustement pour eux, mais aussi pour les entraîneurs.

Ils ne jouent pas du tout le même style de baseball, et je ne parle pas des célébrations après un circuit, mais de l'approche complète du jeu. La mentalité n'est pas la même. C'est donc une grosse période d'ajustement, mais je suis très confiant pour les deux.»

C'est Matthew Rusch qui sera envoyé au monticule mardi soir. Le vétéran devra offrir une bonne performance puisque les Boulders connaissent un début de saison parfait avec une fiche de cinq gains en autant de rencontres.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer