Vettel reste confiant

Sebastian Vettel détient désormais une avance de six... (AFP PHOTO / LLUIS GENE)

Agrandir

Sebastian Vettel détient désormais une avance de six points, au sommet du classement des pilotes.

AFP PHOTO / LLUIS GENE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Sebastian Vettel a perdu une bataille, mais pas le championnat.

Malgré son excellent départ dans son duel avec Mercedes, le pilote no 1 de Ferrari a terminé le Grand Prix d'Espagne, dimanche, exactement là où il l'a commencé: en deuxième place derrière Lewis Hamilton.

Vettel peut toutefois s'encourager du fait que la différence entre le vainqueur et le deuxième se résume à un choix de stratégie d'équipe qui a favorisé Mercedes. Hamilton a terminé la course avec un train de pneus plus rapide que Vettel, ce qui lui a permis de doubler l'Allemand au 43e des 66 tours et de ménager ses pneus alors qu'il filait vers la victoire.

«Je pense que nous pouvons être très heureux mais, nous ne sommes pas entièrement satisfait parce que la victoire était à notre portée, a déclaré Vettel. La voiture était assez rapide mais de la façon dont la course s'est déroulée, ça ne s'est pas concrétisé. La chose la plus importante, c'est que nous étions dans la lutte. Il n'en manquait pas beaucoup à la fin.»

Vettel est demeuré en tête du championnat mais son avance est désormais réduite à six points au lieu de 13 devant Hamilton, en vertu d'une troisième deuxième place en plus de ses deux victoires en cinq courses.

Tout aussi important, Ferrari a démontré qu'elle peut faire jeu égal avec Mercedes.

La Ferrari de Vettel a concédé seulement 51 millièmes de seconde à Hamilton lors des qualifications, samedi. Il a terminé la course à moins de quatre secondes derrière Hamilton, et le pilote de l'écurie Red Bull, Daniel Ricciardo, a terminé à une distante troisième position. Vettel a constaté que la victoire était à sa portée.

«La voiture est bien, l'équipe est en grande forme. Nous sommes très heureux quand nous avons l'opportunité de défier Mercedes. Ils ont prouvé à maintes reprises au cours des dernières années qu'ils forment l'équipe à battre. Nous leur donnons du fil à retorde jusqu'à présent.»

Hamilton apprécie

Après avoir passé trois ans à se bagarrer pour le titre avec son coéquipier aujourd'hui à la retraite Nico Rosberg, Hamilton a révélé qu'il appréciait d'avoir à relever le défi provenant d'une autre équipe.

«De livrer cette bataille serrée avec lui, un quadruple champion, c'est génial, a déclaré Hamilton, lui-même trois fois champion, en parlant de Vettel. Je pense que c'est la plus grande rivalité dont je me souvienne ces dernières années et j'ai adoré. C'est la raison pour laquelle je cours.»

Hamilton aura une autre occasion d'en découdre avec Vettel dans deux semaines au Grand Prix de Monaco.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer