Le petit miracle de Léa Renaud

Avec ses partenaires des Flyers All-Starz, la Trifluvienne... (Courtoisie)

Agrandir

Avec ses partenaires des Flyers All-Starz, la Trifluvienne Léa Renaud est parvenue à impressionner les juges aux Championnats mondiaux de cheerleading. La troupe montréalaise a remporté la médaille d'or dans une catégorie internationale.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est un petit miracle qu'a réalisé une équipe montréalaise en cheerleading, il y a une dizaine de jours à Orlando, en enlevant la médaille d'or de l'une des catégories parmi les plus prestigieuses des Championnats mondiaux. Au sein de ce groupe de 23 athlètes se retrouvait une Trifluvienne de 16 ans, Léa Renaud, qui peine encore à croire l'aventure qu'elle a vécue.

«Je vais peut-être le réaliser plus tard, mais je ne suis pas là encore», sourit l'adolescente, une étudiante de l'école Chavigny qui carbure au cheerleading depuis plusieurs années. 

Pas plus tard qu'en 2016, avec cette même équipe des Flyers All-Starz, elle avait conclu son numéro en cinquième place.

Personne ne se doutait, avant d'arriver en Floride, que ce groupe pouvait aspirer à la première position. Il y avait des clubs de partout sur la planète dans leur catégorie. La Chine, l'Australie, le Royaume-Uni et, bien sûr, les États-Unis avaient délégué des représentants. 

Pas moins de 44 équipes se livraient la compétition. Au final, la troupe de Montréal aura eu le dessus.

«On a exécuté une routine parfaite! Ça prend un peu de chance, c'est sûr, mais nous méritions la victoire. Notre club est le plus important au Québec. Quand tu regardes le nombre de trophées remportés par les équipes canadiennes, c'est nous qui arrivons en tête. C'est un bel honneur!»

L'étudiante de cinquième secondaire à l'école Chavigny fait plusieurs sacrifices pour vivre sa passion. Trois fois par semaine, elle se rend dans l'ouest de Montréal pour s'entraîner avec les autres membres de l'équipe, qui proviennent de partout en province.

C'est sans compter les compétitions organisées durant les fins de semaine.

«Il faut aimer ça, surtout quand on est pris dans le trafic! Mais ça vaut la peine. La médaille d'or, je vais la chérir longtemps», sourit celle qui détient de bonnes aptitudes en gymnastique et qui se débrouille aussi bien avec les stunts, qui consiste à supporter une voltige au-dessus de la surface de performance. Non, elle n'a pas volé sa médaille!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer