Mûr pour les ligues majeures

Martin Mondou n'a pas l'intention de diriger les... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Martin Mondou n'a pas l'intention de diriger les Cataractes. Il a déjà rencontré six candidats pour préparer la succession à Claude Bouchard.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) CHRONIQUE / Au challenge Gatorade le week-end dernier, un agent est venu saluer Martin Mondou, et prendre des nouvelles du processus d'embauche relié à la recherche d'un nouveau pilote chez les Cataractes. La conversation a duré quelques minutes, puis l'agent lui a fait une suggestion: «C'est toi qui devrait diriger l'équipe!»

Mondou a souri. S'il avait quelques années de moins, peut-être qu'il envisagerait cette option. Après tout, c'est un directeur-gérant qui s'implique activement dans les activités quotidiennes de son équipe. Un ou deux crans au-dessus, tu te retrouves avec un tableau dans les mains, à faire des «x» et des «o»!

Mais cet homme de hockey n'a pas l'intention de franchir cette étape. Sa passion, c'est de bâtir l'équipe, et c'est la raison pour laquelle il a commencé à rencontrer des candidats à la succession de Claude Bouchard à la fin de la dernière semaine. Six entraîneurs ont été convoqués - dont Mario Duhamel, Guillaume Latendresse, Bruce Richardson et Steve Larouche - pour une première vague, une deuxième vague devrait parader dans son bureau à court terme. À partir de là, les choses pourraient débouler assez vite si Mondou et Mario Carrière dénichent la perle rare qui va se marier à merveille avec leur style de gestion. Reste à savoir si le nouveau pilote va travailler longtemps avec Mondou...

Car ce n'est un secret pour personne, le directeur-gérant shawiniganais espère graduer chez les pros. Ça fait une décennie qu'il est à la barre de l'équipe qui a bercé son enfance et dont il a assuré la survie avec ses partenaires, et son tableau de chasse est fort garni. Deux finales, une coupe Memorial, trois championnats de division, cinq fois dans le top 5 de la ligue. Le hockey junior étant éprouvé par des cycles, et Shawinigan n'ayant pas les moyens des plus gros marchés du circuit, c'est du stock en titi! D'ailleurs, quand on compare sa feuille de route avec celle des autres directeurs généraux qui ont travaillé à la même époque que lui, c'est certainement la plus glorieuse. 

Ce n'est donc pas un hasard si quelques équipes de la LNH ont commencé à s'informer à son sujet, à propos de son plan de carrière. Il a eu des discussions informelles avec deux d'entre elles, qui n'ont pas abouti. Faut dire que Mondou ne fera pas ses valises pour n'importe quel poste. Il est prêt à commencer au bas de l'échelle, à condition de faire partie de l'équipe d'administrateurs qui veille aux opérations de l'équipe. En clair, un poste de dépisteur ne l'intéresse pas. Mais si un directeur général lui propose de se faire les dents comme adjoint, ou encore de s'occuper de la filiale dans la Ligue américaine, il ne réfléchira pas longtemps avant d'accepter ce nouveau défi. 

Une telle proposition finira-t-elle par aboutir sur son bureau? Dur à dire. Ce n'est pas un ancien joueur, un profil - souvent un peu trop - glorifié dans cet univers. Soyons honnêtes, le fait qu'il soit francophone ne l'aide pas non plus. Les opportunités sont souvent véhiculées par contact dans cet univers et comme les hommes de hockey du Québec sont peu nombreux à des positions-clés, ça met des bâtons dans les roues de ceux qui aspirent à rejoindre ce cercle fermé. 

Le haut dirigeant qui prendra vraiment le temps d'étudier la candidature de Mondou risque toutefois d'être séduit. Car au-delà des résultats de son équipe, le Shawiniganais traîne un bagage de gestionnaire et d'hommes d'affaires, très utile dans la nouvelle réalité de la LNH. Il se sert aussi de certaines statistiques avancées en appui à son travail, un élément prisé en 2017. Bref, c'est un gars mûr pour les ligues majeures. Et en attendant d'être invité à y accéder, ce sont les Cataractes qui sont gagnants au change car ils sont pilotés par un gars qui a montré des dons étonnants pour rebâtir rapidement une formation. À l'aube d'un nouveau cycle, c'est très rassurant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer