• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Avenir de l'aréna Jean-Guy-Talbot: «La mairie doit prendre position» 

Avenir de l'aréna Jean-Guy-Talbot: «La mairie doit prendre position»

Yves Tremblay garde le cap sur son projet... (François Gervais)

Agrandir

Yves Tremblay garde le cap sur son projet de 14 millions $ pour la réfection de l'aréna Jean-Guy-Talbot.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Même s'il a discuté avec le promoteur du projet de vélodrome Michel Jean au cours des dernières semaines, l'homme d'affaires Yves Tremblay persiste et signe: l'avenir de l'aréna Jean-Guy-Talbot passe par un plan de préservation de sa patinoire. À ses yeux, le hockey doit demeurer la principale vocation du bâtiment érigé en 1968.

En novembre, le propriétaire de l'entreprise Plante Sports avait dévoilé dans Le Nouvelliste les grandes lignes d'un projet de 14 millions $ qui prévoyait une importante cure de rajeunissement pour l'aréna. Tremblay planchait entre autres sur la construction de nouvelles chambres pour les joueurs, l'ajout de services de concessions ainsi qu'une transformation afin de revamper le terrain de baseball du parc Martin-Bergeron.

Tremblay amenait l'idée d'un partenariat public privé dans lequel le Complexe sportif Alphonse-Desjardins gérerait les opérations de l'aréna. Il a reçu cet automne l'appui du directeur général du CSAD David Labrecque. Plusieurs membres de la classe politique, ont aussi manifesté leur intérêt à sauver la glace de Jean-Guy-Talbot, dont le député de Champlain Pierre-Michel Auger.

Le hic, c'est qu'un autre promoteur, Michel Jean celui-là, tente de rallier des investisseurs à son projet de vélodrome couvert. Comme on le sait, une course contre la montre est enclenchée depuis un certain temps déjà entre Bromont, Trois-Rivières et la région de Montréal pour se doter d'une telle infrastructure. 

Les différents architectes à la tête de ces trois dossiers sont persuadés du bien-fondé de leur démarche respective puisqu'il n'y a aucun vélodrome couvert à l'est de Toronto au pays. Par sa position géographique, Jean croit que Trois-Rivières serait le choix idéal, mais le Centre national de Bromont mise sur la faveur de la communauté du cyclisme.

«Au moins, les choses bougent, on parle de projets pour l'aréna et non de sa destruction», fait remarquer Yves Tremblay, néanmoins peu allumé par l'idée du vélodrome. «Je ne connais pas beaucoup le cyclisme, je dois l'admettre. J'ai reçu les documents de Michel Jean, mais je continue à penser que l'aréna doit rester un aréna. Aucun bâtiment en ville n'est mieux bâti pour accueillir du hockey senior et, potentiellement, du collégial ou du midget AAA.»

Fin renard, Yves Tremblay sait bien que la question ressurgira pendant la prochaine campagne électorale. Dans l'est de la ville, des candidats aux divers postes de conseillers ont déjà commencé à parler de l'aréna Jean-Guy-Talbot. Les citoyens de ce secteur y sont aussi conscientisés, à commencer par les parents de jeunes hockeyeurs. «La mairie doit prendre position sur le sujet. Ça revient à eux de porter le dossier.»

Encore du temps

Pas question de démolir l'aréna Jean-Guy-Talbot avant 2020, répond le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque. «Ça va rester un aréna. On a du temps devant nous pour réfléchir à savoir si on le garde en fonction ou si on le transforme. Mais on ne veut pas détruire un bâtiment et ne plus rien reconstruire.»

Le premier magistrat rappelle que les données ont changé pour le mieux depuis 15 ans. «Nous avons déjoué les statistiques. En 2002, une étude nous apprenait qu'il y avait deux arénas de trop sur le territoire selon la démographie. On a changé cette tendance de décroissance. À l'époque, nos arénas étaient désuets et nous avions besoin d'investissements. Aujourd'hui, on manque d'heures de glace!»

Et l'ajout de deux nouvelles surfaces avec le prochain colisée au District 55 devrait aider, avance le maire. Il y a présentement huit glaces pour le hockey , si on compte les deux glaces de Saint-Louis-de-France. «Avec le nouveau colisée, on passera à 9 glaces. Il y aura possibilité d'en avoir une dixième si l'aréna Jean-Guy-Talbot garde sa vocation . Si nous sommes encore en croissance en 2020, nous prendrons les décisions qui s'imposeront.»

Yves Lévesque a aussi entendu parler du projet de Michel Jean, mais n'a pas eu la chance de s'entretenir avec lui. «C'est un beau projet, mais c'est encore un peu prématuré. Les choses progressent de manière positive, j'aime voir des équipements se démarquer par rapport aux autres.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer