Stanton a trouvé son homme

Jeremy Kehrt devrait être l'un des piliers de... (Courtoisie)

Agrandir

Jeremy Kehrt devrait être l'un des piliers de la rotation des Aigles de Trois-Rivières cet été.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Depuis la fin de la dernière saison, le gérant des Aigles T.J. Stanton rêve d'une chose: ajouter un autre vétéran de qualité à sa rotation de lanceurs. Il peut enfin célébrer. Les Trifluviens ont mis sous contrat Jeremy Kehrt, un ancien de l'organisation des Red Sox de Boston et des Dodgers de Los Angeles.

Avec 718 manches lancées au niveau AAA et AA, l'Américain sera le joueur le plus expérimenté dans les vestiaire des Aigles à l'ouverture du camp d'entraînement, la semaine prochaine.

À vrai dire, avec autant de matchs disputés à ce niveau, on peut dire que le droitier a frôlé les Ligues majeures. Il avait même été nommé sur l'équipe d'étoiles AA de la Ligue du Texas en 2015 avec une moyenne de points mérités de 3,46 en 119 manches et deux tiers de travail, mais n'a jamais obtenu l'appel tant attendu.

«C'est le type de lanceur partant qui est vraiment rare dans la Ligue Can-Am ou l'American Association. Normalement, quand tu as un lanceur de la sorte dans ta formation, c'est que tu l'as signé alors qu'il était LS-3 ou LS-4 et qu'il vieillit. Ces lanceurs, vétérans, ne sont pas libres d'habitude», mentionne le gérant des Aigles.

En plus de son séjour chez les Dodgers et les Red Sox, Kehrt a aussi évolué pendant cinq saisons au Mexique et au Venezuela. Il avait d'ailleurs tenté sa chance avec les Vaqueros de Laguna plus tôt cette année, mais avec une moyenne de points mérités de 8,27, l'aventure s'est terminée rapidement. 

«Il a une rapide qui oscille entre 89 et 93 mph, ce qui est très bien pour la Can-Am. Il a aussi une balle fronde et une courbe. À 31 ans, sa meilleure chance d'avoir l'appel d'une organisation du AAA, qui a beaucoup de blessés ou qui a fait plusieurs échanges, c'est en jouant dans le baseball indépendant, pas d'être dans un camp d'entraînement», ajoute le pilote des Oiseaux.

Une équipe à son image

Avec l'ajout de Kehrt, la rotation dont rêvait Stanton commence à se matérialiser. Il faut y ajouter l'autre vétéran Matthew Rusch, Edilson Alvarez, Chris Murphy et Guillaume Blanchette. 

«Je commence à avoir le style d'équipe que j'aime. Chaque jour, nous allons pouvoir envoyer un lanceur de qualité au monticule. C'est fatigant pour les autres équipes ça. L'an passé, les gens arrivaient dans le stade en deuxième manche avec leur bière et leur hot dog et c'était déjà 8-1 pour le New Jersey. C'est fini ce scénario!», s'exclame l'ancien lanceur de relève.

L'épicerie de Stanton n'est pas terminée, puisqu'il lui reste quatre joueurs à ajouter à son vestiaire. Quatre? Pas vraiment. Stanton partira jeudi en direction de Cuba afin d'aller chercher deux joueurs qui devraient drastiquement changer le visage de l'équipe, le lanceur Miguel Lahera et l'inter Alexander Ayala. 

«C'est le secret le moins bien gardé de toute la ligue, rigole Stanton. On est chanceux, parce que sur ma liste, c'était les deux meilleurs joueurs que j'avais identifié et nous avons été en mesure de les obtenir», raconte-t-il, visiblement anxieux que tout se déroule comme prévu avec les autorités frontalières canadiennes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer