Combat Joshua-Klitschko: la jeunesse veut prendre le pouvoir

Anthony Joshua (à gauche) et Wladimir Klitschko s'affronteront... (Photo Daniel Leal-Olivas, Agence France-Presse)

Agrandir

Anthony Joshua (à gauche) et Wladimir Klitschko s'affronteront samedi soir, au stade Wembley de Londres.

Photo Daniel Leal-Olivas, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nick Parkinson
Agence France-Presse
Londres

D'un côté, la fougue de la jeunesse; de l'autre, la ruse et l'expérience: tel est le programme du combat poids lourds entre Anthony Joshua et l'ancien champion du monde Wladimir Klitschko, samedi au stade Wembley, pour les titres IBF et WBA.

L'évènement, qui va se dérouler devant 90 000 spectateurs, est le plus important jamais organisé sur le territoire britannique. Il devrait battre le record de fréquentation établi en 1939 pour le combat entre Len Harvey et Jock McAvoy et rapporter 10 millions de livres (environ 17,6 millions CDN) à ses deux protagonistes.

Le combat sera en plus retransmis sur 140 chaînes de télévision dans le monde. Une pression qui ne semble pas perturber Joshua outre mesure.

«C'est un état d'esprit militaire, a déclaré le boxeur de 27 ans, médaillé d'or aux JO de Londres en 2012. Je suis un combattant. Je ne me laisse pas distraire par le spectacle.»

Joshua assure au contraire que la pression sera sur son adversaire: «s'il se fait battre, ça pourrait être la fin pour lui».

Le Britannique est catégorique, il sera trop jeune et affuté pour son adversaire de 41 ans, qui n'a pas boxé depuis 17 mois.

«Il commencera sûrement fort parce qu'il n'aura pas les moyens de garder le rythme», avance Joshua. «Le temps qui passe est quelque chose que personne ne peut combattre. C'est génétique», a complété celui qui a jusqu'ici remporté ses 18 combats professionnels, tous avant la limite.

«Aussi gros que Schwarzenegger»

Klitschko, (64 victoires, 4 défaites) combat pour montrer qu'il n'est pas fini. Devenu professionnel en 1996 après sa médaille d'or olympique, son dernier combat remonte à novembre 2015 et une défaite face à Tyson Fury qui l'a dépossédé de son titre de champion du monde poids lourds après près de 10 ans de règne.

L'Ukrainien, qui a vu son bourreau annuler à deux reprises la revanche, veut tabler sur sa plus grande expérience pour faire la différence. Alors que Joshua n'a jamais combattu au-delà de sept rounds, Klitschko a combattu douze rounds à neuf reprises.

«L'expérience est quelque chose qui ne s'achète pas, tu la gagnes au fur et à mesure des années», a déclaré Klitschko.

«Dans le combat, on peut s'être très bien préparé physiquement et mentalement et s'effondrer comme un château de carte avant la fin de la première reprise», a-t-il ajouté.

Klitschko espère décrocher une troisième fois le titre de champion du monde poids lourds comme son frère Vitali mais aussi Evander Hoyfield, Lennox Lewis et Muhammad Ali.

Il sait cependant que la tâche s'annonce difficile: «je n'ai jamais vu AJ [Joshua] aussi fort qu'aujourd'hui. Il est aussi gros que Arnold Schwarzenegger à son meilleur».

Mais Klitschko a tenu à rappeler les fondamentaux: «je suis le patron, c'est mon combat et je suis le vainqueur. C'est mon évènement, même s'il est à la maison».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer