Jean-Phillipe Parr: comme chez lui aux États-Unis

En consultant le classement du circuit américain Hurricane... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

En consultant le classement du circuit américain Hurricane Junior Golf Tour, le nom de Jean-Philippe Parr, 12 ans de Saint-Célestin, apparaît au dixième rang sur plus de 250 inscrits.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ça fait quelques années déjà que Jean-Philippe Parr fait parler de lui dans l'univers du golf en région. Il risque de continuer à provoquer des discussions, et ce, pour les bonnes raisons!

Le golfeur de Saint-Célestin est revenu emballé d'un camp d'entraînement aux États-Unis, où il a continué à peaufiner son jeu en compagnie de quelques uns des bons espoirs de sa discipline. Si le fait de s'exiler loin de la maison pendant sept semaines pouvait s'avérer un bon défi mental pour lui, cela n'a pas trop paru dans les allées et sur les verts des différents clubs qu'il a fréquentés.

Au terme de ce stage intensif, Parr a enfilé trois bons résultats en autant de tournois, se payant même une victoire sur le circuit Hurricane Junior Golf Tour, le 16 avril en Caroline du Sud. Une semaine plus tard, il terminait au deuxième rang du Northern Virginia Junior Open, en banlieue de Washington, et ce en dépit de conditions très difficiles. À ce moment, le circuit Hurricane Junior portait bien son nom!

Son papa Jean-Sébastien l'a suivi pendant une partie de ce voyage au sud de la frontière. Le jeune garçon participait aux activités de l'Académie Fred Colgan de Québec, à laquelle il est associé depuis un certain temps. «À Washington, ce n'était pas drôle. Le mélange de vent, de froid et de pluie a forcé une quinzaine de golfeurs à abandonner, ç'a pris environ six heures pour compléter la ronde», relate Jean-Sébastien Parr, dont le fils a été en mesure de prendre le quatrième échelon dans ces «conditions extrêmes» en jouant 83.

Le lendemain, il remettait une carte de 72 pour conclure la compétition au deuxième échelon. Pas si mal pour un petit Québécois! «Il frappe en moyenne 280 verges sur ses coups de départ. Je ne pensais pas qu'il pourrait se rendre aussi loin à son âge. Il pèse 105 livres!»

En consultant le classement du Hurricane Junior Golf Tour, le nom de Jean-Philippe Parr apparaît au dixième rang sur plus de 250 inscrits.

«Il démontre de belles aptitudes. Au Québec, on parle d'un talent particulier. Aux États-Unis, il est classé comme un bon talent», explique son entraîneur Frédéric Colgan, qui pèse ses mots quand vient le temps de vendre les mérites de son poulain. «Il faut être prudent, il est encore très jeune et le golf est un sport à développement tardif. Pour lui, les compétitions nationales n'arriveront pas avant l'âge de 14 ou 15 ans.»

Or, Parr entamera la prochaine année en tant que joueur bantam de première année. Il a 12 ans et figure, sans surprise, parmi les plus jeunes membres du Ki-8-Eb à Trois-Rivières. «Pour son âge, sa distance de frappe est plus qu'intéressante malgré son physique, poursuit Colgan. Il n'a pas vraiment de faiblesse. D'ailleurs, c'est extrêmement rare de voir un jeune exceller à ce niveau alors que les parents n'ont jamais joué au golf.»

L'étudiant au Collège Notre-Dame-de-l'Assomption amorcera sa saison au Québec sous peu. Il risque encore de faire tourner les têtes!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer