Ironben: pour la recherche... et l'espoir

Les parents du petit Benjamin Pérusse (à gauche),... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les parents du petit Benjamin Pérusse (à gauche), Isabelle Hallé et Sylvain Pérusse, invitent les coureurs au sixième Ironben le 20 mai à Shawinigan. L'événement permet d'amasser des fonds pour Fibrose Kystique Québec. La Course du bonheur s'ajoute aussi à la programmation pour 2017, au grand plaisir de Vincent Gervais, 15 ans, atteint de dystrophie musculaire. Vincent est accompagné de son chien Lexique.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Sylvain Pérusse aime le rappeler: les rêves sont plus forts que la maladie. C'est avec cette mentalité que l'organisateur du sixième Ironben invite de nouveau la population à se rendre au parc Saint-Maurice de Shawinigan, le 20 mai, pour ce défi de courses qui est devenu une tradition porteuse d'espoir.

Propulsé par des centaines de coureurs, le Ironben permet d'amasser des milliers de dollars redistribués ensuite à Fibrose kystique Québec. En 2016, 350 personnes avaient répondu à l'appel de Sylvain Pérusse pour des dons dépassant 11 500 $. Et du côté du comité, on se montre confiant d'améliorer ces résultats puisque la Course du bonheur s'ajoute à la programmation.

Présentée dans le cadre du Demi-marathon des pompiers de Shawinigan, on savait déjà depuis février que la Course du bonheur reviendrait en dépit de l'annulation de l'événement pour la saison 2017. Moment fort du Demi-marathon des pompiers, l'épreuve de 16 km en fauteuil roulant implique des personnes à mobilité réduite, qui sont propulsées par des coéquipiers appelés Les Anges. 

«C'est un beau mariage», sourit l'homme derrière le Ironben dont le fils âgé de 7 ans, Benjamin, est atteint de la fibrose kystique. Diagnostiqué de la maladie à quatre mois, le petit garçon est suivi périodiquement, comme tous les gens affligés par cette maladie qui touche l'appareil digestif ainsi que les poumons.

«Sa santé va bien! L'espérance de vie augmente. Il y a 20 ans, une personne atteinte vivait jusqu'à 30 ans. Aujourd'hui, on parle d'environ 51 ans. Les gènes de la maladie sont identifiés, il y a 11 projets de recherche en ce moment au pays. Nous sommes en avance sur les États-Unis.

À l'époque, le pneumologue ayant traité Benjamin à Québec était lui aussi atteint de la fibrose kystique. Il avait autour de 40 ans et est encore vivant aujourd'hui. Nous sommes rendus au stade où les adultes atteints de la maladie sont plus nombreux que les enfants qui composent avec elle. C'est très encourageant et c'est pour cette raison qu'on amasse des dons.»

Cinq courses figurent à l'horaire de ce sixième Ironben: 1 km, 2 km, 5 km, 8 km de même que la Course du bonheur. «Nous avions intégré le duathlon il y a quelques années, mais on s'est aperçu que notre événement est d'abord familial et moins axé sur la performance sportive pure. L'invitation est donc lancée à tout le monde.»

Pour plus de détails: ironben.ca.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer