12 Heures de La Tuque: dur lendemain de veille

La Haute-Mauricie et le monde des véhicules hors... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

La Haute-Mauricie et le monde des véhicules hors route au Québec ont encaissé la nouvelle de l'annulation des 12 Heures de La Tuque avec amertume, mercredi.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Haute-Mauricie et le monde des véhicules hors route au Québec ont encaissé la nouvelle de l'annulation des 12 Heures de La Tuque avec amertume, mercredi.

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, se... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, se dit attristé par la disparition des 12 Heures de La Tuque.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Autant les dirigeants municipaux que les leaders économiques ainsi que ceux du milieu du quad regrettent de voir disparaître, au moins pour cette année, un événement qui ralliait entre 20 000 et 30 000 spectateurs.

«Ça m'attriste énormément. On perd un bel événement», soupire le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

«J'espère que l'organisation ne fermera pas définitivement les livres. J'ai toujours espoir qu'il y ait une relance l'an prochain. Pour le moment, on accepte la décision du comité avec tristesse.»

Le premier magistrat rappelle que la Ville de La Tuque était un partenaire de premier plan des 12 Heures. Bon an mal an, elle investissait 250 000 $ par édition dans l'aventure et cette entente venait à échéance en 2017, après quoi il aurait fallu entamer de nouvelles négociations.

Au total, la Ville accordait 180 000 $ par année à Événement La Tuque, l'organisme à but non lucratif chargé d'opérer le festival. À cette somme s'ajoutaient 70 000 $ en machinerie de même qu'en disponibilités de certains employés de la Ville.

Cette portion du financement ne sera pas accordée pour l'édition inexistante de 2017. Par contre, les 180 000 $ promis pour le budget d'opération, eux, seront honorés, même s'il n'y aura pas de courses sur le circuit Gilles-Brabant.

«L'important, c'est qu'aucun fournisseur n'a été lésé. Mais oui, la Ville aura perdu un peu d'argent là-dedans.»

Le comité organisateur des 12 Heures avait demandé au conseil municipal, il y a plusieurs semaines, s'il lui était possible de dégager 60 000 $ de plus afin d'assurer la pérennité de l'événement. Le conseil avait refusé cette demande comme le confirme Normand Beaudoin. «On ne pouvait pas aller plus haut que ça. Injecter 250 000 $ pour une activité de trois jours, aussi grosse soit-elle, c'est quand même beaucoup d'argent.»

Le directeur général des 12 Heures de La Tuque, David Duchesneau, prenait tout le monde par surprise en janvier en annonçant une importante refonte de la programmation pour la 16e édition. Celle-ci ne se matérialisera pas, du moins pas cette année, et ce malgré l'enthousiasme affiché par Duchesneau à l'époque.

Plusieurs quadistes avaient décrié la décision du directeur général de retirer l'épreuve reine d'une durée de 12 heures et répartie sur trois manches, dont une de nuit. Ces derniers ont désormais des munitions pour critiquer le travail des décideurs dans ce dossier.

Le maire Normand Beaudoin refuse toutefois de jeter la pierre à quelqu'un. 

«Ils ont perdu des commanditaires pour toutes sortes de raisons. Je ne suis pas assez connaisseur pour m'avancer à savoir si les changements de catégories auraient eu des effets positifs. Ce que je sais, c'est que les 150 bénévoles ont travaillé très fort pour que les 12 Heures soient un succès.»

Un autre deuil

Membre fondateur de l'événement en 2002, Sylvain Arseneault s'y connaît dans le domaine. Les annonces relatives à l'arrivée de courses de drag en VTT, de flat track et d'enduroquad le laissait perplexe, bien qu'il gardait ça pour lui. Mais il reconnaît que les temps sont durs pour les sports motorisés.

«J'ai vécu plusieurs belles choses en 35 ans, mais également des fins malheureuses. Après la disparition des courses sur glace de Shawinigan et du Supercross de Montréal, je vis un autre deuil. À moins que quelqu'un ne trouve un sac rempli de billets verts, ça m'étonnerait qu'on puisse revoir les 12 Heures un jour. Pourquoi y aura-t-il davantage de partenaires l'an prochain?»

Ceci dit, Arseneault n'en veut pas au comité piloté par Duchesneau. «Je crois qu'ils ont voulu dévoiler un nouvel événement pour ne pas tout perdre. Mais pour être franc, j'y croyais plus ou moins à la nouvelle formule. Il y aura eu moins de monde au drag. Ça aurait été difficile d'égaler la popularité du quad en endurance.»

Justement, les 12 Heures de La Tuque avaient peut-être un peu perdu de leur lustre ces dernières années, avance prudemment Sylvain Arseneault.

«L'événement n'a jamais réellement pris l'envergure mondiale qu'on aurait souhaité au tout début de l'aventure. En faire un rassemblement comme celui de Pont-de-Vaux en France aurait été incroyable, mais nous n'avons pas réussi à acquérir cette notoriété. Malgré tout, c'était un rendez-vous très apprécié des pilotes et des spectateurs. Ça va nous manquer.»

À la Chambre de commerce et d'industrie du Haut-Saint-Maurice, Manon Côté se disait tout aussi déçue d'apprendre la nouvelle. «Les 12 Heures, c'est mon bébé. J'ai oeuvré comme responsable des bénévoles pendant huit ans dans l'organisation», rappelle la directrice générale, qui salue au passage la besogne accomplie par tous ces bénévoles au fil du temps.

Même si les retombées économiques n'ont jamais été officiellement mesurées, la disparition de ce championnat hors route risque d'avoir des conséquences dans le milieu touristique et économique.

«Certains de nos membres disent que oui, d'autres non. Nous à la Chambre, ce qu'on dit à nos membres, c'est de continuer à faire de La Tuque une ville unique pour les villégiateurs. Il faut saisir les opportunités reliées à la chasse et la pêche. Les 12 Heures n'existent plus, mais nous avons encore plusieurs touristes et l'offre est excellente.»




À lire aussi

  • Les 12 Heures de La Tuque annulées

    Sports

    Les 12 Heures de La Tuque annulées

    Le comité organisateur des 12 Heures de La Tuque annule son édition 2017. Le directeur général David Duchesneau a confirmé au Nouvelliste,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer