Kean-Braidwood, ce sera pour 2018

Simon Kean devra se tourner vers un autre... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Simon Kean devra se tourner vers un autre adversaire qu'Adam Braidwood pour son prochain combat. La gérante du boxeur de 32 ans a fermé la porte à cette possibilité.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Camille Estephan peut plancher activement sur un plan B. Adam Braidwood (7-1, 6 K.-O.) ne sera pas l'adversaire de Simon Kean (9-0, 8 K.-O.) lors de la finale qu'Eye of the Tiger Management a programmée pour le 16 juin à Trois-Rivières.

Sa gérante Melanie Lubovac a complètement fermé la porte pour un tel duel, du moins à court terme. «Notre plan, c'est de bâtir la crédibilité d'Adam ici, à Edmonton, d'abord et avant tout. Pour y arriver, c'est ici qu'il doit boxer», a-t-elle expliqué en entrevue au Nouvelliste mardi après-midi.

Lubovac sait qu'un choc Braidwood-Kean fait déjà saliver. Et que les deux boxeurs aimeraient régler leurs comptes dès juin, après s'être lancé des flèches mutuellement sur les réseaux sociaux. Mais ces deux colosses devront vraisemblablement attendre jusqu'en 2018 avant de se retrouver sur le même ring.

«Adam est un boxeur, il est prêt à se battre avec n'importe qui. Il voulait prendre le combat. Mais mon travail à moi, c'est de veiller à ses intérêts. Il va éventuellement se battre avec Simon et Dillon Carman (champion canadien) mais on veut faire les choses dans le bon ordre», poursuit Lubovac. 

«Le plan est de le faire boxer sur nos cartes en juin, septembre et décembre. Nous seront prêts pour d'autres opportunités par la suite. Si Camille (Estephan) veut toujours mettre sur pied ce combat entre janvier et mars, nous serons à l'écoute. La communication est bonne avec Camille», ajoute-t-elle, en confirmant qu'elle ne tourne pas le dos à la proposition d'Estephan pour des motifs financiers.

«Ce n'était pas une question d'argent. On a simplement d'autres priorités pour l'instant.»

Tout ce que Lubovac espère, c'est que son poulain sera prêt à reprendre le boulot en juin. Lorsqu'il a battu Éric Martel à Québec pour s'emparer du titre mondial de la World Boxing Union - une association mineure - Braidwood a été victime d'une sévère coupure tout près d'un oeil qui l'a obligé à passer sous le bistouri.

«On ne peut pas garantir en ce moment qu'il sera prêt pour juin. C'est évidemment un dossier que nous suivons de près.»

D'une façon ou d'une autre, si Braidwood se bat en juin, ce sera à Edmonton et non à l'Amphithéâtre Cogeco. L'entraîneur de Kean, Jimmy Boisvert, épluche donc actuellement quelques candidatures. Estephan voulait être en mesure de dévoiler l'identité du rival du poids lourd trifluvien d'ici vendredi. 

«Celui qu'on voulait, c'était Braidwood. On n'est pas en mesure de l'amener ici, alors on doit trouver une solution de rechange. On veut amener quelqu'un qui sera en mesure de défier Simon», explique Boisvert. 

Il est toutefois possible que cette carte de boxe ne soit pas présentée à l'Amphithéâtre Cogeco, mais à la Bâtisse industrielle. 

«Pour aller à l'Amphithéâtre, ça prend un nom. Quelque chose de vendeur. On verra comment vont se terminer nos démarches...», a conclu Boisvert.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer