Un revenant dans l'enclos des Aigles

Nick Sarianides a enregistré 24 sauvetages avec les... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Nick Sarianides a enregistré 24 sauvetages avec les Aigles de Trois-Rivières en 2013 et 2014, avant de quitter pour le baseball affilié.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le premier releveur numéro un de l'histoire des Aigles, Nick Sarianides, est de retour à Trois-Rivières.

Après avoir baigné dans le baseball affilié entre 2014 et 2016, le lanceur droitier a été libéré par l'organisation des Cubs de Chicago. En quête d'un nouveau défi, l'athlète de 27 ans ne s'est pas fait prier pour accepter l'offre du gérant trifluvien T.J. Stanton.

«On vient de trouver un des meilleurs releveurs disponibles sur le marché», s'est exclamé l'entraîneur, lundi soir en entrevue téléphonique. Chose certaine, les chiffres de Sarianides lui donnent des munitions pour défendre son point.

Quand il a quitté les Aigles en juin 2014, Sarianides a rejoint le club-école des Diamondbacks de l'Arizona dans la Ligue du Midwest. Là-bas, il avait été fumant en enchaînant les sauvetages. 

Puis, l'année suivante, le Géorgien s'était faufilé au niveau A fort, dans la Ligue de la Californie, où il continuait à démontrer tout son talent, entre autres avec une saison de 28 sauvetages et, plus important encore, une moyenne de coups sûrs et de buts sur balles accordés par manche inférieure à 1!

Sans surprise, Sarianides a entamé la campagne 2016 dans le réseau AA, le circuit réservé aux meilleurs espoirs du Baseball majeur. Il a toutefois été échangé des Diamondbacks aux Cubs de Chicago. 

Il a terminé la saison dans les rangs affiliés des Cubs, au Tennessee. Il n'endossait pas le maillot du releveur numéro un, mais en 25 manches, il a néanmoins affiché de bons chiffres pour une première saison au sein du très compétitif AA.

«Avec un C.V. comme celui-là, tabarnouche, on ne pouvait pas passer à côté», a lancé Stanton, dans un français de plus en plus fluide.

Grâce à Lafrenz

Mis au courant de la libération de Sarianides par les Cubs, le pilote et son adjoint, l'entraîneur des lanceurs Matthew Rusch, ont donc entamé les discussions avec le principal concerné. 

«Il avait beaucoup apprécié son passage à Trois-Rivières et ça cliquait avec Pierre-Luc Laforest. Je lui ai dit que ça pourrait cliquer avec moi aussi. En tout cas, quand nous l'affrontions à l'époque où j'étais à Québec, on avait du respect pour lui.»

Avec une balle rapide atteignant les 93 à 95 miles à l'heure, Sarianides misait effectivement sur une réputation enviable dans la Can-Am, un circuit qu'il fréquentera de nouveau cet été avec plus de maturité dans son coffre à outils.

«Il est déçu de quitter les Cubs, ça se comprend. Chicago n'avait pas vraiment d'ouverture pour lui autant dans les majeures que du côté de l'affilié. Ils ont beaucoup de bons joueurs, malheureusement. Sauf qu'il aura sa chance à Trois-Rivières. Nick mise sur la vulcan changeup, un lancer que peu de lanceurs maîtrisent. S'il l'utilise plus souvent, il peut avoir beaucoup de succès et, qui sait, retourner dans l'affilié un jour.»

Sarianides renouera avec Kyle Lafrenz, qu'il a brièvement connu en 2014 lors de la première saison du receveur. «Il nous a dit que l'une des raisons pourquoi il accepte de revenir, c'est la présence de Lafrenz! Il joue chez les pros depuis 2009 et selon lui, aucun receveur n'est meilleur que Kyle pour diriger ses lanceurs.»

Nick Sarianides détient le record pour le nombre de sauvetages dans l'histoire des Aigles de Trois-Rivières, avec 24 réussites.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer