Désastre évité

Alexander Radulov a marqué le but de la... (La Presse canadienne)

Agrandir

Alexander Radulov a marqué le but de la victoire en prolongation contre les Rangers.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) ANALYSE / Le Canadien a flirté avec le désastre vendredi soir. Les hommes de Claude Julien étaient à 17 secondes de partir pour la Grosse Pomme en déficit 0-2 dans la série qui les oppose aux Rangers. Pas besoin de trop vous expliquer à quel point la commande aurait été lourde pour renverser la vapeur.

Qui a sauvé les Glorieux? Tomas Plekanec, le plus improbable des héros. Notre ami au col roulé n'est pas le plus confortable en séries. Je soupçonne d'ailleurs plusieurs d'entre vous d'avoir poussé quelques jurons quand vous l'avez vu sur la glace dans la dernière minute de jeu. Qu'est-ce qu'il faisait là? La seule explication possible, c'est un feeling d'entraîneur. Julien peut bomber le torse un peu, son pif ne lui a pas menti sur cette séquence-là, Plekanec a marqué l'un de ses buts les plus importants en carrière!

L'autre héros de la soirée, c'est Max Pacioretty. Je sais, c'est Alexander Radulov qui a mis le feu au Centre Bell avec le but gagnant. Mais tout le travail a été fait par le capitaine. Il a volé la rondelle à un Rangers en zone neutre, il a foncé au travers de trois autres pour réussir une entrée de zone en contrôle de la rondelle. Et dix secondes plus tard, il a réussi la passe magique qui a permis à Radulov d'envoyer le Québec se coucher avec le sourire aux lèvres. Espérons que Pacioretty va être inspiré par ce jeu-clé.

Soyons honnêtes, ce n'est pas monsieur hargne, Pacioretty. Il était très discret depuis le début de la série. Pendant 15 secondes, il s'est transformé en un Mark Messier des temps modernes, un court segment très payant puisqu'il permet à son club de pousser un énorme soupir de soulagement.

On a donc une série sur les bras, mes amis. Les Rangers sont impressionnants en unité de cinq, mais le beau Henrik Lundqvist semble vulnérable avec tous ces retours qu'il accorde. Si Claude Julien peut trouver une façon de réanimer son jeu de puissance, le Canadien sera en voiture.

Dernier truc, en terminant. Il serait temps de mettre fin à l'expérience Dwight King. Il traîne deux pianos, King. Même sur un quatrième trio, il est en retard sur les autres. Torrey Mitchell pourrait certainement être plus utile...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer