Le fils de Wayne Gretzky avec les Aigles

Si son père Wayne a eu un succès... (Le Soleil)

Agrandir

Si son père Wayne a eu un succès immense sur la glace, Trevor Gretzky a su tirer son épingle du jeu au baseball. ­

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Sur le plan du baseball, c'est une bonne acquisition qui amènera une certaine profondeur au sein de l'équipe. Sur le plan du marketing, il s'agit d'un coup de circuit.

Le Nouvelliste a appris mercredi que Trevor Gretzky, le fils de Wayne, se rapportera aux Aigles de Trois-Rivières dans quelques semaines, à l'aube de la cinquième saison de la concession dans la Ligue Can-Am de baseball.

Il y a donc fort à parier que le célèbre numéro 99, considéré comme le meilleur joueur de l'histoire du hockey, deviendra un partisan de la franchise trifluvienne et qu'il visitera la Mauricie dans les mois à venir.

«Ça fait longtemps que j'ai disputé mon dernier match de baseball. J'ai hâte de revenir sur le terrain et de rencontrer les partisans des Aigles», a partagé le principal intéressé, tard mercredi en entrevue téléphonique.

Ayant bien du mal à contenir sa joie, le gérant des Aigles T.J. Stanton a vanté les mérites de l'athlète de 24 ans, un frappeur gaucher capable de chausser les crampons autant comme voltigeur que joueur de premier but. «C'est un pro, les gens vont l'adorer», confiait le pilote des Oiseaux au bout du fil. 

«Il a grandi sous les projecteurs à Hollywood, mais dans l'abri avec ses coéquipiers, ça ne paraît pas. C'est juste un jeune homme qui veut continuer à cheminer dans le monde du baseball. Il a tous les outils pour réussir.»

Pas un inconnu

Oui, Stanton est convaincu de la qualité de sa plus récente prise. Il faut dire qu'il a bien connu Gretzky au début de la dernière saison, alors qu'il occupait le poste d'entraîneur des lanceurs chez les Capitales.

La formation de Québec avait annoncé, il y a un an presque jour pour jour, une entente avec le troisième des cinq enfants de la famille Gretzky. La nouvelle avait bien sûr entraîné un cirque médiatique.

Repêché par les Cubs de Chicago en septième ronde en 2011, Gretzky a maintenu une moyenne au bâton de ,259 dans le baseball affilié avant de rejoindre les Capitales. Mais son expérience aura été éphémère.

Dès le troisième match de la campagne à Trois-Rivières, Gretzky a plongé au champ gauche pour tenter d'attraper une balle qui semblait alors impossible à gober. La veille à Québec, devant des milliers de personnes dont ses parents, venus l'encourager au Stade municipal, il avait pourtant joué les héros contre les Aigles en 11e manche.

Victime d'une dislocation à l'épaule gauche, il a dû patienter plus d'une trentaine de parties avant de revenir au jeu, en juillet. Ce retour n'a cependant pas été concluant, si bien qu'il a dû quitter Québec peu de temps après. Il a subi une opération en septembre et a poursuivi sa rémission par la suite.

«Je me sens mieux aujourd'hui, assure Gretzky, qui est aussi le beau-frère du golfeur Dustin Johnson, actuel numéro un mondial. La réhabilitation a duré environ cinq mois. J'étais très triste l'an passé après être tombé à Trois-Rivières, mais je laisse ça derrière moi. Je veux arriver fin prêt au camp des Aigles dans un mois.»

«C'est au niveau de ses réflexes et de son élan qu'on devra travailler au camp d'entraînement et peut-être aussi en tout début de saison. La glissante et les autres balles à effet, quand tu es rouillé, c'est plus difficile», témoigne Stanton, nullement inquiété de la motivation de son nouveau poulain.

«Ses plus belles années sont devant lui. Et en plus, c'est un gars dédié à son équipe. Au cours de ma carrière, je n'ai pas souvent vu un joueur se faire autant d'amis dans un vestiaire en deux ou trois jours! J'ai vu ça avec Trevor l'année dernière.»

Chose certaine, en se fiant à l'enthousiasme qu'il dégageait pendant l'entrevue avec Le Nouvelliste, Trevor Gretzky semblait effectivement emballé à l'idée de rejoindre les Aigles.

«J'ai le sentiment que T.J. peut aider à me développer, à faire de moi un meilleur joueur. Il m'a appelé il y a deux semaines. Je ne vois pas comment j'aurais pu refuser. Les Aigles n'ont pas eu une bonne saison mais je veux les aider à redevenir une bonne équipe.»

Chose certaine, sa seule présence dans l'alignement donnera un solide coup de pouce au département du marketing... surtout lorsque son célèbre père visitera le stade Stéréo Plus!

«Je ne sais pas s'il sera là, on verra», sourit Trevor Gretzky, qui se rapportera aux Aigles au début du camp d'entraînement, en mai.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer