Zewski se rapproche de GYM

Mikaël Zewski pourrait retrouver le ring pour la... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mikaël Zewski pourrait retrouver le ring pour la première fois depuis octobre 2015 s'il s'entend avec le Groupe Yvon Michel.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Mikaël Zewski peut enfin espérer faire un retour dans le ring très prochainement. Jeudi, le boxeur a rencontré le président de GYM, Yvon Michel, et, à la lumière de cette réunion, il ne reste plus que quelques formalités à compléter avant que le Trifluvien rentre officiellement au pays.

Courtisé par GYM, mais aussi par InterBox, Zewski tenait à une telle rencontre afin d'exprimer sa vision des choses au promoteur. Les deux s'étaient rencontrés lors du gala de boxe impliquant Lucian Bute et Eleider Alvarez à Québec le mois dernier, mais un vrai tête-à-tête s'imposait. Zewski en est sorti comblé, et une future union ne semble être qu'une question de chiffres, qui sera réglée par son gérant Cameron Dunkin

«Cameron et Yvon se sont déjà parlés et ça avait bien été. Ce sera à Cameron de gérer le tout. Il est capable de lire entre les lignes et il a travaillé avec les plus grands promoteurs de la planète. GYM avait déjà fait une première offre et je pense qu'on peut travailler autour d'elle», mentionne Zewski.

«Je voulais qu'il (Yvon Michel) connaisse ma vision du futur et savoir quel scénario il avait en tête pour moi. On se rejoignait sur pas mal tout. Je ne veux pas attendre. Si je ne suis pas capable de battre des boxeurs du top-15 mondial maintenant, ce n'est pas dans cinq ans que je vais pouvoir le faire, même si on apprend tout le temps», ajoute-t-il à propos de son intention de disputer un ou deux combats préparatoires avant de tenter de reconquérir un titre mineur.

À Trois-Rivières

L'une des demandes de Zewski a été que GYM organise un gala à Trois-Rivières, où il a toujours rêvé de se battre. C'est aussi ce qu'il avait demandé à son ancienne organisation, Top Rank, qui n'avait pas livré la marchandise.

Or, le scénario s'annonce bien différent s'il s'entend avec l'organisation montréalaise. Yvon Michel a non seulement étudié en Mauricie, mais il y a organisé les chocs entre les poids lourds Patrice L'Heureux et David Cadieux. De plus, il est très familier avec le monde des affaires trifluvien, lui qui était membre du groupe qui a tenté sans succès de faire revivre le football à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

«Je voulais retrouver de l'intérêt à me battre. Aux États-Unis, chaque combat était comme un autre. Je ne sentais pas de fébrilité et je ne sentais pas l'énergie de me battre chez nous. C'est comme une équipe de sport qui joue à domicile», rappelle l'athlète de 28 ans.

Avec son père

Un autre aspect que cette rencontre tenue à Montréal a permis d'éclaircir est celui de son entraîneur s'il fait le saut chez GYM. Depuis le début de sa carrière, le Trifluvien a évolué sous la direction de son père Jean, autant chez les amateurs que chez les pros. Yvon Michel a confirmé au clan Zewski qu'il n'avait aucunement l'intention de modifier cette recette.

«Il m'a dit qu'il ne voyait pas pourquoi il me demanderait de changer d'entraîneur, que quand ça va bien, ça va bien. Il a plus l'habitude de faire venir des entraîneurs pendant quelques semaines ou encore d'aller à l'extérieur afin de s'enrichir. Je suis super ouvert à ça et mon père aussi.

Je pense que la fondation est bonne et qu'on peut y ajouter des éléments. Je suis prêt à faire ça. Ça fait 20 ans que je suis avec mon père et que je dis que je vais être champion du monde avec lui. Je ne me vois pas aller avec quelqu'un d'autre et qu'il ne récolte pas le fruit des efforts déployés.»

Le promoteur s'est aussi informé au sujet de la décevante défaite subie par Zewski face à Konstantin Ponomarev le 1er mai 2015. «Il était sur place. Il a vu que c'était une erreur de parcours et on en a parlé.»

Une planification des prochains combats de Zewski a aussi été mise de l'avant par Michel, mais rien n'est coulé dans le béton pour l'instant. Une chose semble toutefois certaine, c'est que la disette de 17 mois hors du ring est à la veille de se terminer.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer