Les Cataractes en quête du déclic

Claude Bouchard espère que la visite des Huskies... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude Bouchard espère que la visite des Huskies mercredi soir au Centre Gervais Auto va aider son équipe à repartir la machine qui était si bien huilée jusqu'à la mi-février.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La période de turbulences enregistrée dans l'univers des Cataractes depuis quelques semaines aura permis de faire tomber quelques barrières.

C'est ensemble qu'entraîneurs et joueurs ont cherché des solutions en fin de semaine pour sortir l'équipe du pétrin. Le duel face à l'Armada - qui s'est quand même terminé par une défaite de 5-2 - a permis de jeter les bases sur un nouveau départ.

Maintenant, Claude Bouchard espère que la visite des Huskies mercredi soir au Centre Gervais Auto va aider son équipe à repartir la machine qui était si bien huilée jusqu'à la mi-février. 

«La ligne est mince entre une victoire et une défaite dans notre ligue. Ça ne prend pas grand-chose pour qu'il y ait un déclic du mauvais bord. L'inverse est aussi vrai. On a un bon test demain, on veut s'en servir de la bonne façon», propose le pilote des Cataractes, lucide sur cette période noire.

«Pour la première fois de la saison, on a touché le fond du baril. Par contre, on sent que nous sommes sur le bord de s'en sortir. L'ambiance est positive à l'intérieur de l'équipe, on voit tous la lumière qui est au bout du tunnel. Personne n'est content de ce qui nous arrive. Mais ça ne donne rien d'avoir la tête dans le jockstrap, il faut être en mode solution et on sent que c'est le cas.»

Espérons que Bouchard a raison. Car les champions en titre débarquent en Mauricie sur une séquence irrésistible de 10 victoires d'affilée. Durant cette séquence, ils ont marqué 56 buts, et n'en ont accordé que 17.

L'adversité sera au maximum mercredi soir. «On a développé une belle rivalité avec les Huskies avec la finale de l'an dernier. Pas de doute qu'ils seront prêts pour ce match. Nous aussi, on vient de tenir deux bonnes séances d'entraînement», promet le pilote.

C'est aussi le sentiment de Samuel Girard. «On le sait qu'ils sont en feu. Et on sait aussi qu'ils nous ont sortis des séries l'an dernier. Je ne suis pas inquiet que nous serons prêts», confie la Tornade de Roberval.

«Tout le monde panique un peu avec nos insuccès actuels mais sur papier, nous formons toujours une bonne équipe. On s'est parlé, c'est ce qu'il faut faire quand tu as des pépins et que tu formes une famille. Les séries s'en viennent, il est temps de hausser notre jeu d'un cran et se préparer à aller chercher ce qui nous a échappé l'an dernier.»

«Ce fut un bon point de départ»

Mathieu Olivier relevait également les vertus thérapeutiques de ces réunions des derniers jours.

«On s'est assis tout le monde ensemble et tout le monde a pu donner son point de vue. Certaines choses ont été mises au clair et on a commencé à voir des résultats face à l'Armada. On contrôlait ce match-là à 2-2. Ce sont deux mauvais buts, que nous n'aurions jamais dû accorder en fin de deuxième, qui ont fait la différence.

Mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu de positif, bien au contraire. Ce fut un bon point de départ, et c'est clair pour moi qu'on s'en va dans la bonne direction.»

Les Huskies peuvent servir de test pour une équipe qui se cherche, reconnaît le gros attaquant de 19 ans. Le duel de mercredi peut aussi aider à passer un message...

«C'est un gros match, pas de doute là-dessus. Les Huskies pourraient être sur notre route en troisième ronde des séries, et c'est la dernière fois qu'on les voit. Le match de demain, c'est certainement un avant-goût de ce qui se pourrait se passer à ce moment-là.»

Si les Cataractes cherchent des solutions sur la glace, le secteur marketing semble en excellente position pour fracasser le record d'assistance de l'organisation établi en 2011-12. 

Avec trois matchs locaux à disputer, 11 916 personnes doivent franchir les tourniquets pour établir une nouvelle marque. Or, 9226 billets ont déjà été écoulés, ce qui en laisse 2690 à vendre pour y arriver. 

Mercredi soir face aux Huskies, les Cataractes s'attendent à annoncer une salle comble.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer