Dans les pas de Patrick Charlebois

En terminant l'épreuve de Tokyo, Manon Jobin a... (Courtoisie)

Agrandir

En terminant l'épreuve de Tokyo, Manon Jobin a complété les six marathons les plus prestigieux de la planète.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Manon Jobin semble marcher dans les pas de Patrick Charlebois. Il y a quelques jours, elle est devenue la première Mauricienne à compléter les six plus prestigieux marathons sur la planète en s'offrant celui de Tokyo.

Habituée de défier les chronos, Jobin a cette fois déjoué une vilaine blessure qui l'a obligée à se tenir loin de ses souliers de course d'août à décembre. Son entraîneur, Pascal Dufresne, a quand même réussi à lui concocter un plan afin qu'elle puisse terminer cette quête entreprise depuis six ans. «J'étais inscrite avant ma blessure, tout était payé. C'est quand même un bon investissement, je voulais en profiter. J'ai eu peu de temps pour me préparer, mais le plan a fonctionné, je l'ai couru du début à la fin. Je suis très satisfaite», souriait-elle depuis le Japon, où elle fait du tourisme pendant quelques jours avec son amoureux avant de rentrer au pays.

Jobin fait de la course à pied depuis 2011. Depuis, le coup de foudre ne s'est pas estompé. «Je suis tombée en amour, littéralement. Tout a commencé par un demi-marathon à Ottawa. J'ai tout de suite voulu en faire plus. J'ai engagé un entraîneur pour m'aider là-dedans et de fil en aiguille, j'ai relevé de nouveaux défis.»

Celui de se mesurer aux six plus gros marathons la séduisait. Une façon de frayer avec l'élite de son sport... et de visiter la planète. «C'est différent comme expérience, ces marathons-là. L'organisation, les départs, l'accueil, la foule, les parcours, tout est supérieur. Mon coup de coeur a été Berlin. Il faut dire que la température était idéale quand je l'ai fait. Boston, c'est Boston, c'est tellement mythique, tu le ressens. Celui que j'ai moins aimé, c'est New York en raison des conditions qui n'étaient vraiment pas favorables. Mais chaque expérience a été très enrichissante.» Les marathons de Chicago et Londres s'ajoutent à cette liste.

Jobin vient à peine de réaliser cet exploit que déjà, elle se cherche une nouvelle cible prestigieuse. Comme Charlebois, elle reluque une compétition réunissant sept marathons sur autant de continents. Mais pour l'instant, elle n'a pas l'intention de s'inscrire à celui qui exige des participants qu'ils y participent en sept jours! «Il y a une autre organisation qui permet de les faire dans un délai plus long. Je suis en train d'y réfléchir. À première vue, ça m'intéresse beaucoup.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer