Bergeron s'entend avec les Blue Jackets

Le passage de Marc-André Bergeron chez les Monsters... (Ted Sandeen, Monsters de Cleveland)

Agrandir

Le passage de Marc-André Bergeron chez les Monsters de Cleveland lui aura permis de décrocher un contrat avec les Blue Jackets de Columbus.

Ted Sandeen, Monsters de Cleveland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le défenseur Marc-André Bergeron n'a peut-être pas encore réussi son défi de revenir dans la Ligue nationale de hockey, mais il a fait un grand bond en ce sens mardi. Le Trifluvien s'est entendu avec les Blue Jackets de Columbus jusqu'à la fin de la saison.

Bergeron a paraphé un contrat à deux volets, mais devra toutefois passer par le ballottage, comme le veut la procédure de la LNH.

«Les règles du jeu sont que pour qu'un joueur qui est externe à la LNH soit éligible pour jouer en séries éliminatoires, il doit être soumis au ballotage avant la date limite des transactions. Mardi midi était donc la dernière journée avant le 1er mars», explique l'agent de Bergeron, Paul Corbeil.

Il s'agit de la conclusion d'un long processus pour le défenseur qui a évolué pour sept équipes du circuit Bettman. À 36 ans, Bergeron avait pris le pari de tenter de revenir dans la LNH en obtenant un essai de 25 matchs avec les Monsters de Cleveland, club-école des Blue Jackets, le 13 décembre dernier. En 13 rencontres, il a amassé neuf points, dont trois buts.

Il a toutefois raté la majeure partie du mois de janvier après avoir été blessé à une épaule. Une malchance qui a ralenti la prise de décision de l'équipe de l'Ohio à son endroit. Bergeron avait amassé six points à ses six premiers matchs dans la Ligue américaine. Depuis son retour, le 15 février, il en a ajouté trois en sept parties.

«Les Blue Jackets voulaient savoir la suite des choses avec son épaule. Ils voulaient voir s'il n'était pas inconfortable. Mais Marc-André a fait une bonne réhabilitation. Nous avons toujours été en mode: jusqu'au bout! Marc-André a fait tout ce qu'il pouvait et il n'a jamais cessé d'y croire», souligne Corbeil.

Le chemin emprunté par Bergeron pour effectuer son retour n'est certainement pas le plus commun. Après avoir conclu sa carrière dans la LNH en 2013 avec les Hurricanes de la Caroline, il a pris la route de l'Europe où il a évolué pendant trois saisons avec les Lions de Zurich de la Ligue nationale A de Suisse. Il y a connu du succès en obtenant 78 points en 135 matchs, en plus de décrocher des titres de la Ligue nationale, de la Coupe Suisse et de la Coupe Spengler. 

Puis, cet été, alors qu'il occupait le poste de président des Aigles de Trois-Rivières, Bergeron a accepté une invitation afin de participer au camp des Blue Jackets. L'équipe ne lui a pas soumis de contrat immédiatement, mais est revenue à la charge à quelques occasions afin de lui offrir cet essai professionnel.

Et s'il est réclamé?

Le Trifluvien sera fixé sur son sort mercredi midi à savoir si une autre concession de la LNH lui fera signe. 

«Les 29 autres équipes pourraient le réclamer, mais si c'est le cas, elles devront le garder dans la LNH. Mais avec son salaire de base, il y a peu de contraintes. Si un joueur d'une équipe a subi une blessure (mardi soir) et qu'elle n'est pas en position pour faire un échange, ça pourrait être intéressant.»

Si aucune formation n'appelle son nom, Bergeron poursuivra son périple à Cleveland, mais pourrait être rappelé à tout moment. Si ce n'est pas le cas, les Blue Jackets ont assuré le défenseur qu'il serait parmi les joueurs rappelés une fois les séries éliminatoires amorcées.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer