Braidwood-Kean en juin à l'Amphithéâtre Cogeco?

Adam Braidwood (à droite), un ancien joueur de... (Le Soleil)

Agrandir

Adam Braidwood (à droite), un ancien joueur de football professionnel, a une fiche de sept victoires en huit sorties chez les pros. Il a vaincu, vendredi à Québec, le favori local Éric Martel-Baoehli.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À la chasse pour se dénicher une première ceinture chez les pros, Simon Kean croit avoir déniché celui qui acceptera de mettre la sienne à l'enjeu dans un combat contre lui. Il s'agit d'Adam Braidwood, une brute de 6'4'' et 250 livres qui a assommé son ami Éric Martel-Baoehli, vendredi au Centre Vidéotron, pour s'emparer du titre mineur WBU.

Braidwood, un ancien joueur de football professionnel, a récolté sa septième victoire en huit sorties chez les pros, et un sixième k.-o. dans la Vieille capitale. Ce coloré personnage a dit dans le ring du Centre Vidéotron être impatient de revenir se battre au Québec, tellement il avait aimé l'accueil des amateurs de boxe. S'il était sincère, Eye of the Tiger Management est prêt à exaucer son souhait d'ici quelques mois.

«J'ai parlé à sa gérante, il semble que l'intérêt soit mutuel. Par contre, Braidwood doit présentement soigner une vilaine coupure (au-dessus d'un oeil), il n'est pas disponible pour les deux prochains mois. L'objectif, c'est de mettre sur pied ce combat avant la fin de l'année, et on regarde actuellement pour juin ou septembre. Notre intention est d'impliquer un autre titre mineur vacant dans ce duel», explique Camille Estephan, grand manitou d'EOTM.

Voilà un scénario qui fait saliver Kean, qui ne demande pas mieux que de se retrouver en face de Braidwood. «Pour dire la vérité, j'ai été très surpris de sa victoire vendredi. Mais ça ne veut pas dire qu'il m'a impressionné, bien au contraire. Si on se bat ensemble, Braidwood ne toucherait même pas mes gants! J'ai beaucoup trop de technique pour être menacé par un gars comme lui», lance le poids lourd trifluvien. 

«Par contre, sa ceinture m'intéresse. Je l'ai vue, j'aime bien sa couleur. Elle m'ira à merveille autour de la taille!», ajoute celui qui est invaincu chez les pros en huit sorties et qui a collectionné sept k.-o.

Son entraîneur Jimmy Boisvert espère lui aussi que ce combat se matérialisera, de préférence en juin à l'Amphithéâtre Cogeco. Mais d'ici là, il veut que son poulain soit impliqué dans au moins un autre affrontement. Kean en avait un programmé le 11 mars à New York, mais Estephan a préféré l'annuler parce que le Trifluvien ne faisait pas partie des plans de HBO. 

«C'était moins intéressant car son combat n'aurait pas été télédiffusé. Or nous planifions de tenir un gala bientôt à Montréal, alors Simon ne sera pas perdant au change. On veut augmenter sa popularité au Québec, donc on veut le voir à l'oeuvre le plus possible ici», indique Estephan.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer