Lemay-Thivierge défiera la forêt latuquoise

L'organisateur du Challenge Blanc, Patrick Trahan, est heureux... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'organisateur du Challenge Blanc, Patrick Trahan, est heureux d'enrôler Guillaume Lemay-Thivierge dans l'équipe de participants pour cette troisième édition.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maître d'oeuvre du Challenge Blanc depuis trois ans, Patrick Trahan a réalisé un bon coup en enrôlant Guillaume Lemay-Thivierge pour la troisième édition de son rallye de navigation hors-piste en motoneige, prévu vendredi et samedi sur le vaste territoire de La Tuque.

On connaissait déjà ses talents d'acrobate et de parachutiste, mais peu de gens savaient que l'acteur se passionne aussi pour les épreuves d'endurance en sports motorisés. Il y a une quinzaine d'années, Trahan et Lemay-Thivierge s'étaient rencontrés pendant le Raid Harricana.

«Il était deux heures du matin, Guillaume était perdu, se souvient Trahan. En fait, on s'est croisé, car une fois reparti, il a pris ses distances. Il était très fort!»

Les deux hommes sont demeurés en contact par la suite. Il faut dire que Trahan est une figure bien connue dans le milieu, ayant participé au Rallye Dakar trois fois en plus d'agir à titre de guide moto au Maroc.

Il organise plusieurs événements de navigation au Canada et en Europe, par l'entremise de sa compagnie Touareg Aventures. Le Challenge Blanc en fait désormais partie et la popularité du hors-piste semble indiquer que ce sera pour plusieurs années encore.

«Je trouve que la formule sur deux jours est très intéressante. Ça me manque, ce sentiment de savoir qu'on est dans le trouble», lance Guillaume Lemay-Thivierge en rigolant. «Dans ce type d'épreuves, il y a souvent de l'entraide. J'avais adoré mon expérience au Harricana, mais c'était trop long. Le Challenge Blanc va nous replonger dans ce trip

Deux autres pilotes compléteront l'équipe du célèbre comédien, qui n'a pas mis de temps à accepter l'invitation de Trahan, et ce, malgré le tournage d'une série et la naissance de son quatrième enfant. «Je trouve Patrick très courageux d'orchestrer tout ça.»

En effet, Trahan n'a pas ménagé les efforts pour rendre un produit final «meilleur que l'an passé» aux quelque 50 participants. Durant la première journée, les motoneigistes parcourront 275 kilomètres dans les sous-bois et 160 autres pour la dernière.

«Je me promène dans la forêt à La Tuque depuis le début du mois de janvier. En raison du verglas du mois de novembre, il a fallu que je crée un peu d'espace», confie Patrick Trahan, peu inquiet par le réchauffement prévu à la fin de la semaine. 

«Les lacs sont gelés et puisque nous sommes dans les bois, de la neige, il va y en avoir en masse! Par contre, c'est vrai que les conditions ne seront pas idéales.»

Trahan mise bien sûr sur plusieurs partenaires dans cette aventure, une aide appréciable puisque le Challenge Blanc est disputé loin des regards de la population, à l'instar de la majorité des épreuves de rallye. «Sans la Ville de La Tuque, il n'y en aurait pas de Challenge Blanc. On se fie aussi sur la présence d'un gars comme Guillaume pour mousser notre notoriété.»

Le pire, c'est que le cascadeur a bien failli ne jamais se pointer à La Tuque. «L'un de nos partenaires, Motosport 4 saisons, lui a fourni des motoneiges mardi matin car les plans avaient changé à la dernière minute avec un autre fournisseur.»

Au Challenge Blanc, les équipes doivent parcourir un chemin tracé par Patrick Trahan sur un livre de route (roadbook). Le gagnant de la compétition est celui qui aura complété l'épreuve le plus rapidement possible, tout en se trompant le moins souvent.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer