Les Patriotes déjà au bord du précipice

Le gardien des Patriotes Sébastien Auger n'a pas... (Marc Lafleur)

Agrandir

Le gardien des Patriotes Sébastien Auger n'a pas connu une soirée facile, mercredi au Ice House d'Ottawa, dans une défaite de 5-2 face aux Ravens de Carleton.

Marc Lafleur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le premier duel de la série entre les Patriotes de l'UQTR et les Ravens de Carleton a été à la hauteur des attentes mercredi soir, avec du jeu intense et un match qui se décide aux petits détails. Les Patriotes, eux, n'ont toutefois pas été à la hauteur de leurs propres attentes. Ils se sont inclinés par la marque de 5-2 et feront face à l'élimination samedi.

Les deux formations ne se sont pas laissé beaucoup d'espace sur la patinoire du Ice House d'Ottawa. Les coups d'épaule étaient nombreux et les Patriotes naviguaient bien dans ces conditions en début de rencontre. Après trois minutes, les locaux n'avaient toujours pas de lancer. Leur premier, celui de Evan de Haan de la ligne bleue, a battu le gardien Sébastien Auger qui avait la vue voilée.

Les Ravens en ont ajouté à la 11e minute de l'engagement, l'oeuvre de Nathan Todd avec un tir d'un angle faible qu'Auger aimerait assurément revoir.

Les Patriotes avaient besoin d'un filet rapide pour s'en remettre, et il est venu de la palette de Guillaume Asselin à peine 30 secondes plus tard. Un but qui a remis l'équipe sur les rails et qui l'a lancée pour la deuxième période, où les Trifluviens ont été dominants. Carl-Antoine Delisle en a profité pour retourner les deux équipes à la case départ.

Les Patriotes étaient en voie de réussir un sans-faute dans ce deuxième engagement, jusqu'à ce qu'Asselin, sans y être contraint, frappe le gardien François Brassard, de dos, avec 49 secondes à faire. Les conséquences de cette punition, les visiteurs les ont ressenties dès le début de la troisième période. Michael McNamee a complété une belle construction pour battre Auger et redonner l'avance aux siens 3-2. Un but qui a semblé fouetter les Ottaviens, qui ont doublé leur avance à 4-2 moins de trois minutes plus tard sur une belle pièce de jeu de David Weckworth, qui a débordé la défensive trifluvienne avant de se payer Auger, qui aurait encore une fois pu faire mieux.

«On a joué 40 bonnes minutes de hockey. On était dans le siège du conducteur. C'est une punition qu'on peut éviter. Par la suite, ils ont exécuté un jeu en avantage numérique et ça leur a donné du momentum», a analysé Marc-Étienne Hubert.

Le quatrième meilleur avantage numérique du circuit ontarien a connu une dure soirée mercredi. L'UQTR a été blanchie en cinq occasions, récoltant bien peu de chances de marquer.

«Il faut rendre crédit à nos joueurs, qui ont mené la charge et qui ont limité les chances de marquer. Et quand nous en avons eu besoin, notre gardien a fait le boulot. Avec des défenseurs comme Martin Lefebvre, il faut limiter les chances de marquer», a souligné le pilote des Ravens, Marty Johnston.

«Ils ont bien fait, ils ont été agressifs et nous avons manqué d'exécution par rapport à cette agressivité», a répondu Hubert.

En plus de ne céder que deux fois, Brassard a même tenté le grand coup en fin de match. Avec Auger au banc, le portier a dégagé une rondelle qui est passée à quelques centimètres du but des Patriotes. Il faut dire que Brassard est un habitué, lui qui a marqué deux fois en 2014-2015 dans la LHJMQ.

Les deux équipes se sont assurées de mettre la table pour le match de samedi soir en fin de rencontre. Pierre-Olivier Morin a été victime d'une charge de dos de deux joueurs, avant que les dix patineurs sur la surface glacée n'en viennent aux coups. Visiblement, les dix joueurs des deux équipes qui étaient coéquipiers lors des Universiades pendant les quatre dernières semaines sont rapidement passés à autre chose.

«On s'attendait à ce genre de match. Je pense que nous avons quand même montré du caractère. À 2-2, ç'a viré de bord, mais si nous avions fait preuve de plus d'opportunisme, ça aurait pu être différent. Mais nous n'étions pas frustrés», a conclu Morin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer