Coupe Davis: Shapovalov disqualifié, le Canada s'incline

Denis Shapovalov avait la mine déconfite après la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Denis Shapovalov avait la mine déconfite après la défaite du Canada.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lisa Wallace
La Presse Canadienne
Ottawa

La sensation canadienne de 17 ans Denis Shapovalov a appris une dure leçon dimanche, alors qu'il a atteint involontairement l'arbitre en chef avec une balle dans un geste de frustration, ce qui a mené à sa disqualification. Le Canada a donc perdu 3-2 son barrage de premier tour du Groupe mondial de la Coupe Davis face à la Grande-Bretagne.

Après avoir perdu les deux premières manches face à Kyle Edmund dans le match décisif, Shapovalov a été victime d'un bris de service dès le troisième jeu du troisième set. Souhaitant évacuer sa frustration, Shapovalov a sorti une balle de sa poche et l'a violemment frappée directement au visage de l'arbitre en chef Arnaud Gamas.

Après avoir placé un sac de glace contre son oeil gauche, Gamas a disqualifié Shapovalov, ce qui a jeté une douche d'eau froide sur les 7497 spectateurs au TD Place, en plus de mettre fin à la confrontation du week-end.

Shapovalov était plein de remords quand il a rencontré les journalistes.

«C'est bien sûr un geste inacceptable de ma part, a-t-il dit. Je me sens mal d'avoir laissé tomber l'équipe, d'avoir laissé tomber mon pays, pour avoir agi d'une manière que je ne voudrais jamais agir.

«Je peux vous promettre que c'était la dernière fois que je faisais quelque chose comme ça.»

Les organisateurs ont indiqué par le biais du compte Twitter de la Coupe Davis que Gamas souffrait d'ecchymoses et d'enflures autour de l'oeil gauche et qu'il avait été transporté à l'hôpital général d'Ottawa par mesure préventive. Ils ont ajouté que Shapovalov s'était rendu dans le bureau des arbitres pour s'excuser auprès de Gamas.

Edmund menait 6-3, 6-4, 2-1 lors de l'incident.

Le capitaine du Canada, Martin Laurendeau, a déclaré n'avoir jamais vu une situation semblable, mais il a fait preuve de compassion envers son poulain.

«Il n'est pas un gars comme ça. Sa carrière est encore très jeune et il va en tirer une importante leçon, a déclaré Laurendeau. Le contrôle des émotions sur le terrain est quelque chose dont il va avoir besoin s'il veut gagner sa vie dans ce sport. Vous ne pouvez pas être compétitif si vous ne contrôlez pas vos émotions et il s'agit d'une leçon qui va lui servir pour le reste de sa carrière, pour le reste de sa vie.»

> La vidéo de l'incident :

La Grande-Bretagne accède aux quarts de finale du Groupe mondial et affrontera la France, qui a vaincu le Japon. Le Canada devra disputer un barrage éliminatoire pour conserver sa place dans le Groupe mondial en 2018.

Plus tôt dimanche, le Vancouvérois Vasek Pospisil avait défait Daniel Evans 7-6 (3), 6-4, 3-6, 7-6 (5) pour créer l'égalité 2-2.

La participation de Pospisil au match était incertaine puisqu'il a été ennuyé par un problème à un genou tout au long du week-end.

Evans, 45e au monde, a eu de la difficulté à maîtriser le service de Pospisil et c'est ce qui a fait la différence dans le match.

Pospisil, 133e au monde, a réussi 25 as contre sept pour Evans dans un duel qui a duré trois heures et 23 minutes.

Evans a semblé trouver un deuxième souffle en quatrième manche. Il a pris les devants 2-0, mais Pospisil a réussi quatre as pour remporter le troisième jeu. Tout s'est finalement joué au bris d'égalité.

Accusant un retard de 4-2, Pospisil a marqué quatre points consécutifs pour prendre les devants 6-4. Evans est revenu à 6-5 grâce à un as, mais Pospisil a répliqué avec un service gagnant pour fermer les livres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer