Prêts pour la consécration

L'emblématique duo de Tom Brady et Bill Belichick... (Associated Press)

Agrandir

L'emblématique duo de Tom Brady et Bill Belichick pourrait s'offrir une importante page d'histoire dans la NFL en remportant la 51e édition du Super Bowl, dimanche face aux Falcons d'Atlanta.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) CHRONIQUE // Depuis 15 ans, le duo Bill Belichick et Tom Brady bâtit sa légende à la tête des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Avec six participations et quatre titres du Super Bowl à son actif, le tandem possédait déjà une place avantageuse dans l'histoire de la NFL. Dimanche, les quadruples vainqueurs du trophée Vince-Lombardi auront l'occasion auront l'occasion de devenir les plus grands champions de l'histoire du circuit Goodell, avec une victoire face aux Falcons d'Atlanta. À première vue, ils devraient y parvenir.

Pendant que Tom Brady aura l'occasion de se détacher de Joe Montana, avec les 49ers de San Francisco, et Terry Bradshaw, avec les Steelers de Pittsburgh, avec un cinquième sacre, Bill Belichick tentera pour sa part de devancer Chuck Noll, des Steelers, et ses quatre triomphes des années 70. 

Seulement qu'en disputant le match, les deux complices établissent de nouvelles marques pour le nombre de participations au match ultime. Si Brady ne fait qu'améliorer le record qu'il détient déjà (7), Belichick devancera désormais Don Shula, avec son septième match du Super Bowl.

Il faut dire que Brady, Belichick et l'ensemble des Patriots ont rarement été aussi motivés que cette saison à remporter le dernier match de l'année. Embourbés dans le scandale du Deflategate depuis la finale d'Association 2014 - alors qu'ils avaient corrigé les Colts d'Indianapolis - les chouchous de la Nouvelle-Angleterre sont en guerre ouverte avec le commissaire Roger Goodell.

Le propriétaire des Patriots, Robert Kraft, n'a pas apprécié les sanctions découlant de ce scandale, dont une suspension de quatre matchs pour son légendaire quart-arrière. Jadis de connivence, Kraft et Goodell ne sont plus à inviter au même party.

Il sera intéressant de voir dans quelle atmosphère se déroulera la remise du trophée Vince-Lombardi dimanche soir, si ce sont les Patriots qui ont à défiler sur l'estrade des vainqueurs.

La défense contre l'attaque

Par ailleurs, il s'agira de la septième fois que l'offensive la plus productive se frottera à la défensive la moins généreuse de la NFL pour l'obtention de l'emblématique trophée.

Jusqu'à maintenant, la défense a fait honneur à sa réputation avec cinq victoires en six occasions. Seuls les 49ers de San Francisco de 1989 ont fait mentir la tendance, en renversant les Broncos de Denver 55-10.

Par ailleurs, la dernière fois où ce genre d'affrontement a eu lieu, c'était lors du 48e Super Bowl. À cette occasion, le 2 février 2014, les Seahawks de Seatle avaient servi une dégelée de 43-8 aux Broncos de Peyton Manning.

Dimanche, la meilleure défensive risque à nouveau de célébrer sous les confettis. Non seulement les Patriots se montrent avares envers leurs adversaires, leur attaque est loin d'être piquée des vers, au troisième échelon des plus dévastatrices du circuit. Leur rendement serait possiblement encore meilleur, n'eut été de l'absence de Brady pendant quatre matchs.

Semaine après semaine, l'offensive menée par le coordonnateur Josh McDaniels parvient à mystifier ses rivaux avec des plans de match ingénieux. Tantôt, Deion Lewis volera la vedette, tantôt, ce sera au tour de l'obscur Chris Hogan de faire ce qu'il veut sur le terrain. C'est sans compter sur tout le dommage que peuvent causer Julian Edelman, Martellus Bennett, LeGarrette Blount ou encore Danny Amendola.

La menace peut venir d'à peu près partout. Imaginez, même l'absence de Rob Gronkowski n'a pratiquement pas ralenti leur cadence!

À l'opposé, si les Falcons peuvent très bien tenir leur bout offensivement avec Matt Ryan qui distribue brillamment le ballon à qui le veut bien sur le terrain, ça risque d'être un véritable casse-tête en défensive.

Les Falcons ont beau représenter un véritable vent de fraîcheur dans la NFL avec leur attaque explosive, il n'en demeure pas moins que leur défensive, véritable talon d'Achille, causera vraisemblablement leur perte au Super Bowl.

Pendant que la Nouvelle-Angleterre célébrera un cinquième championnat en 15 ans, Atlanta continuera de ronger son frein, dans l'attente d'un premier trophée Vince-Lombardi.

Prédiction: Patriots 31 Falcons 24

Après avoir vécu la défaite crève-coeur du Super... (Agence France-Presse) - image 3.0

Agrandir

Après avoir vécu la défaite crève-coeur du Super Bowl 49 avec les Seahawks aux mains des Patriots, Dan Quinn aimerait évidemment prendre sa revanche sur la bande de Bill Belichick et Tom Brady.

Agence France-Presse

Dan Quinn, méconnu mais chevronné

Lorsqu'on pense au Super Bowl 49, ce fameux match que les Seahawks ont perdu sur le dernier jeu du match alors qu'ils cognaient à la porte des buts face aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, on pense au visage stupéfait de Pete Carroll qui encaisse la défaite. Ou encore à Marshawn Lynch, incrédule de ne pas avoir hérité du ballon pour inscrire le touché gagnant.  

Mais non loin de tous ces airs abattus, un coordonnateur défensif ruminait aussi cet échec. Dan Quinn. Après avoir servi une correction à la puissante attaque des Broncos de Denver l'année précédente, Dan Quinn était sur le point de se payer le légendaire duo Bill Belichick-Tom Brady. Son exploit a cependant été freiné à court, par une crampe au cerveau de son patron Pete Carroll.

Cette semaine, Quinn a évidemment été plongé dans ces souvenirs du Super Bowl, avec un peu d'amertume. Aujourd'hui entraîneur-chef des Falcons d'Atlanta, c'est une merveilleuse occasion qui s'offre à lui de racheter le pénible revers du 1er février 2015.

Sans surprise, il a déclaré aux médias ne pas se faire de mauvais sang avec les résultats passés. Mais dans son for intérieur, on peut croire que ça bouillonne. Juste un peu.

Cette fois, ce n'est pas avec la défensive la plus étanche de la NFL qu'il se présente au prestigieux rendez-vous de fin d'année, mais plutôt avec l'attaque la plus dévastatrice du circuit Goodell. Face à des Patriots qui peuvent vous faire payer tant par leur brio en défensive qu'avec le ballon, c'est une énorme commande qui attend les Falcons, dont la présence au Super Bowl représente déjà un exploit en soi.

Peu importe le résultat du match final de cette saison 2016, Quinn et les Falcons d'Atlanta sont déjà gagnants. Leur brio leur a permis de sortir de l'anonymat et assurément gagner plusieurs nouveaux partisans aux quatre coins de l'Amérique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer