La Québécoise devenue Trifluvienne

À sa troisième saison chez les Diablos, Juliette... (Archives, Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

À sa troisième saison chez les Diablos, Juliette Harpin joue un rôle important au sein de l'alignement de Faisal Docter.

Archives, Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À force de persévérance et d'ardeur à l'entraînement, Juliette Harpin est devenue une incontournable dans le vestiaire des Diablos du Cégep de Trois-Rivières.

Rejetée par les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy de son Québec natal, il y a trois ans, l'ailier de 19 ans s'est contentée d'un rôle de soutien à ses deux premières campagnes dans la cité de Laviolette avant de connaître sa grande éclosion cette saison.

Pour la principale intéressée, sa patience sur le banc et son assiduité au gymnase ont définitivement valu le coup!

«Ça s'est avéré un choix payant. Toutes ces heures passées à l'entraînement, ça me fait encore plus apprécier chaque moment sur le terrain. Je profite de chaque instant», indique Harpin, deuxième joueuse la plus utilisée chez les Diablos, avec une moyenne de 29 minutes par match, derrière Carrie-Ann Auger.

En plus de son temps de jeu, la co-capitaine occupe le troisième rang des marqueuses chez les Rouges, avec une moyenne de 9,4 points par match. Son taux de réussite de 39,1 % ravit également au plus haut point son entraîneur Faisal Docter.

Malgré son rôle accru au fil des ans, Harpin se retrouve inévitablement dans l'ombre de Carrie-Ann Auger, meneuse du programme trifluvien depuis trois ans.

«Avec Carrie-Ann qui est tellement spectaculaire et spéciale, c'est normal. Mais Juliette se comporte en meneuse incroyable. Elle a tout d'une gagnante, tant sur le terrain, dans le gymnase qu'à l'école», vante son entraîneur, incroyablement reconnaissant d'avoir pu l'attirer chez les Diablos.

«Dès le premier contact, j'ai adoré son attitude. Même si quelqu'un lui a dit non dans son parcours, elle n'a jamais cessé de travailler. Ensuite, même si ses deux premières années n'ont pas été faciles - elle se trouvait à jouer derrière des all-star - elle n'a jamais lâché. C'est tout à son honneur.»

Le match de l'année

Vendredi soir, Juliette Harpin n'aura pas besoin de chercher bien longtemps pour trouver la motivation. Pour l'occasion, les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy seront en visite au gymnase du pavillon des Sciences du Cégep de Trois-Rivières, dès 19 h.

Déjà que les Québécoises ont vaincu les Trifluviennes sur le dernier jeu du match au printemps dernier, en demi-finale du Championnat provincial, les deux formations sont impliquées dans une lutte à finir pour l'obtention du troisième rang du classement général. Les Diablos (8-3) possèdent deux matchs en main sur les Dynamiques (9-4) mais Sainte-Foy a remporté le premier affrontement de la saison, 70-67 en prolongation.

«C'est toujours un peu plus émotif contre Sainte-Foy, mais les deux seules filles que je connaissais dans l'autre équipe ont maintenant quitté le programme. Il y a donc encore une plus grande séparation entre moi et cette équipe, indique Harpin. Elles jouent très bien depuis les Fêtes et ça va être à nous de freiner leur séquence.»

L'entraîneur des Diablos convient que l'enjeu pourrait difficilement être plus grand à ce stade-ci de la saison. «Il y a beaucoup sur la ligne pour ce match, que ce soit notre orgueil ou encore la position au classement. Sainte-Foy a une énergie spéciale en ce moment et c'est à nous de réussir à égaler ça», souligne Docter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer