Marcel Jobin à la conquête de nouveaux records

Marcel Jobin veut aller à la conquête de... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Marcel Jobin veut aller à la conquête de nouveaux records.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Marcel Jobin a décidé de s'offrir tout un cadeau d'anniversaire pour ses 75 ans. Le marcheur partira à la conquête de nouveaux titres mondiaux dans la catégorie des maîtres. Loin d'accrocher ses espadrilles, le «fou en pyjama» continue de rêver. D'ailleurs, une campagne de sociofinancement sera mise sur pied dans les prochaines semaines pour l'aider à poursuivre ses rêves.

«J'avais arrêté, mais j'ai vu les temps accomplis au national et à l'international et je pense que j'ai encore de bonnes chances de gagner des médailles», lance-t-il d'entrée de jeu.

Marcel Jobin a commencé en 1958 à faire de la course à pied. Il a depuis participé à plusieurs Jeux olympiques et aussi multiplié les médailles et battu des records. L'athlète veut atteindre de nouveaux sommets.

«Il y a beaucoup de personnes qui s'entraînent pour rester en forme, mais qui n'ont aucun but. Moi, ça me prend un objectif», affirme-t-il. 

D'ailleurs, il parcourt encore une soixantaine de kilomètres par semaine à l'entraînement.

«Ce ne sont pas des grosses épreuves à la marche. Quand je m'entraînais pour les Olympiques, j'en faisais 160. Maintenant, c'est 60 kilomètres», note l'athlète.

Dans le but d'atteindre ses objectifs, Marcel prendra part à plusieurs compétitions autant en salle qu'à l'extérieur. Il participera à diverses épreuves au Canada et aux États-Unis. Le point culminant de cette aventure sera le World Master Athletic Championship qui aura lieu à Toronto en 2020.

«Je ne m'en vais pas là en vacances, je m'en vais là parce que j'ai des chances de gagner des médailles», insiste-t-il.

Marcel Jobin s'est également inscrit pour un demi-marathon à Ottawa en mai et au marathon de Montréal.

«Ça va être mon dernier marathon», assure-t-il.

Il participera à deux activités dans le prochain mois, une épreuve au New Hampshire le 8 janvier, et aux Relais Vaudreuil-Dorion. L'athlète est particulièrement confiant de battre des records.

«Le record canadien est de 14 minutes, je vais battre le record par presque 3 minutes en fin de semaine. Ce sont des vieux records», lance-t-il.

C'est plus qu'une expérience personnelle pour Marcel Jobin. En relevant ce défi, il veut démontrer qu'avec du travail, il est toujours possible d'aller au bout de ses projets et de ses ambitions.

«Ce n'est pas toujours du plaisir, il faut que je me botte le derrière des fois. C'est ça la vie, il y a des hauts et des bas. Je veux montrer l'exemple», a-t-il mentionné.

D'ailleurs, c'est en courant six kilomètres qu'il a souligné son 75e anniversaire, mardi.

Financement

Pour l'accompagner dans la poursuite de ses rêves, une campagne de socio-financement sera mise sur pied dans les prochaines semaines. 

Les fonds amassés lui permettront de couvrir les frais de déplacement et d'inscription aux différentes compétitions auxquelles il prendra part. 

Triste constat

Même s'il croit que son sport se porte bien dans la région et que la relève est au rendez-vous, Marcel Jobin se désole de voir les pistes d'athlétisme se détériorer, notamment celle qui porte son nom à Shawinigan.

«C'était une piste qui était réellement rapide. Il y a plusieurs records aux Jeux du Québec qui ont été battus là-bas. C'est une piste qui aurait pu servir pour faire des compétitions nationales ou même internationales, mais ç'a été négligé. Je suis déçu des gens qui ont dirigé ça».

«On a beaucoup d'athlètes et il y a beaucoup de relève comparativement à dans mon temps», s'est-il réjoui en terminant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer