Top 10 de l'année sportive régionale

Guillaume Asselin... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Guillaume Asselin

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

C'est devenu une tradition de fin d'année, Le Nouvelliste vous présente les dix événements et individus qui ont façonné l'univers du sport dans notre région au cours de la dernière année. L'équipe des sports a épluché une vingtaine de candidatures d'une cuvée 2016 qui aura été tout sauf banale. Il y a eu des victoires émotives, des défaites difficiles à encaisser et d'autres moments dont on se souviendra longtemps. On vous propose aujourd'hui les positions 10 à 6 de notre classement. Bonne lecture... et bonne année 2017.

10: l'explosion d'Asselin chez les Patriotes

À sa troisième saison chez les Patriotes de l'UQTR, l'attaquant Guillaume Asselin se devait de rebondir après une saison 2014-2015 décevante. Il aurait difficilement pu mieux répondre à ce défi. Asselin a explosé en 2015-2016, terminant l'année avec 27 buts et 47 points en 28 matchs, ce qui a fait de lui le meilleur marqueur et le meilleur pointeur de tout le réseau universitaire de hockey au Canada. Le droitier a été nommé le joueur par excellence au pays grâce à cette production, et a été finaliste au titre d'athlète universitaire par excellence du Sport interuniversitaire canadien, toutes disciplines confondues.

Tout ce qui aura manqué à Asselin lors de cette saison aura été le titre de champion canadien, puisque la troupe de Marc-Étienne Hubert, après avoir levé la coupe Queen en Ontario, s'est inclinée dès le premier match lors du Championnat national.

L'ailier droit de 24 ans a même obtenu une invitation au camp d'entraînement des recrues du Canadien de Montréal en septembre et, à sa dernière saison universitaire, il tentera de décrocher un poste au sein d'Équipe Canada en vue des Universiades 2017 à Almaty au Kazakhstan.

Marie-Ève Nault... - image 2.0

Agrandir

Marie-Ève Nault

9: le chant du cygne

Douze ans après avoir fait ses premiers pas avec l'équipe nationale du Canada, la Trifluvienne Marie-Ève Nault a accroché ses crampons cet automne, après 70 sélections, deux participations à la Coupe du monde et deux médailles de bronze aux Jeux olympiques. 

Au même moment où sa carrière prend fin avec Soccer Canada, l'ancienne porte-couleurs des Lady Volunteers de l'Université du Tennessee a également tiré un trait sur son parcours dans les rangs professionnels. Au cours des quatre dernières années, la défenseure a défendu les couleurs du KIF Örebro dans la Ligue de Suède. Elle a notamment aidé l'équipe à se qualifier pour la première fois de son histoire pour la Ligue des Champions. Chez les professionnels, elle aura disputé 12 saisons, dont quatre en Suède, une en deuxième division en France ainsi que sept dans la W-League.

À 34 ans, Marie-Ève Nault laisse un riche héritage à la région avec le parcours le plus étoffé en soccer féminin à l'international. Maintenant rentrée au bercail, elle consacrera ses énergies à la cause du sport amateur en tant que directrice générale du Centre régional d'entraînement et d'événements de la Mauricie (CREEM).

Michaël Bournival... (Photo Karl B DeBlaker, archives AP) - image 3.0

Agrandir

Michaël Bournival

Photo Karl B DeBlaker, archives AP

8: la renaissance de Bournival

Après un puissant orage, le soleil est revenu dans le paysage de Michaël Bournival, enfin remis de ses pépins avec les commotions cérébrales. Non, le Shawiniganais n'est plus à l'emploi du Canadien, qui n'a pas daigné lui soumettre une offre après une association de trois ans. C'est le Lightning qui a saisi la balle au bond et qui lui a offert un pacte à deux volets. Son camp d'entraînement a été solide, puisque le directeur général adjoint Julien Brisebois a révélé qu'il aurait très bien pu rester à Tampa Bay si l'équipe n'avait pas un surplus de personnel à l'attaque.

C'est donc à Syracuse, sous les ordres de Benoît Groulx, que Michael Bournival poursuit son développement. Il a amassé sept points dont quatre buts en 13 matchs depuis le début de la saison. Ces premiers mois passés dans la Ligue américaine pourraient d'ailleurs lui permettre de reprendre confiance au plan offensif. À ses débuts chez les pros, il a été catalogué rapidement joueur d'énergie, utile surtout pour des missions défensives. Partout où il était passé avant, l'ex-capitaine des Cataractes avait aussi été en mesure de noircir la feuille de pointage régulièrement.

Alex Bellemare... (Archives Le Nouvelliste) - image 4.0

Agrandir

Alex Bellemare

Archives Le Nouvelliste

7: Alex Bellemare en or à la Coupe du monde

Le skieur acrobatique Alex Bellemare a connu une année 2016 avec des bas, mais aussi un très grand hauts en fin de sa saison. Il n'avait pas été en mesure de se faire justice lors du Dew Tour, tandis qu'aux X Games, en janvier, il avait pris le huitième rang en slopestyle. Ce n'était pas une mauvaise performance, mais c'était en-deçà de ce qu'il avait fait en 2015, quand il avait remporté la médaille de bronze lors de la grande messe des sports extrêmes hivernaux.

La bonne nouvelle, c'est qu'au cours de cette compétition, ses performances s'étaient améliorées. C'est donc avec davantage de confiance qu'il s'est présenté à l'épreuve de la Coupe du monde de PyeongChang, en Corée du Sud, le 20 février. Sa troisième descente en slopestyle a été sa meilleure de l'année. Il a enregistré 93,60 points et a ainsi remporté la médaille d'or lors de l'épreuve. L'athlète de Saint-Boniface avait devancé le Suédois Henrik Harlaut et le Néo-Zélandais Josiah Wells pour obtenir une première médaille d'or en Coupe du monde.

Non seulement s'agit-il d'un excellent résultat, mais surtout, le parcours de PyeongChang sera celui utilisé lors des prochains Jeux olympiques, en 2018. Un prélude intéressant pour celui qui tentera de se qualifier pour ce grand rendez-vous en 2017.

Mary-Sophie Harvey... (La Presse) - image 5.0

Agrandir

Mary-Sophie Harvey

La Presse

6: une nageuse en pleine ascension

À son dernier droit chez les juniors, Mary-Sophie Harvey s'est assurée de laisser une bonne impression. Au printemps, l'ancienne nageuse des Mégophias de Trois-Rivières a d'abord participé à une finale A au 400 mètres quatre nages lors des essais olympiques. Puis, cet été à Hawaï, la protégée de Tom Ruhston a brillé aux Championnats pan-paficiques juniors en décrochant trois médailles, dont une d'or au 200 m quatre nages, en plus d'améliorer quatre records provinciaux.

Harvey était loin d'être rassasiée et en a rajouté à l'Ontario junior International à la mi-décembre en fracassant deux records canadiens seniors. En plus d'établir une nouvelle marque au 400 m libre, elle a abaissé le meilleur chrono jamais réalisé au pays en petit bassin au 400 m quatre nages en 4:26:42. Ce temps lui aurait d'ailleurs octroyé le deuxième lors des plus récents Championnats du monde seniors!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer