La perfection en jeu

Toujours invaincu après trois combats chez les professionnels,... (François Gervais)

Agrandir

Toujours invaincu après trois combats chez les professionnels, le Trifluvien François Pratte tentera de conserver sa fiche immaculée vendredi soir à l'Amphithéâtre Cogeco.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Vendredi soir, après leur combat, il y aura un boxeur entre François Pratte (3-0) et Emmanuel Villamar (6-0, 1 K.-O.) qui aura une première tache à sa fiche professionnelle. La perfection sera en jeu lors de cet affrontement prévu pour quatre rounds.

Le boxeur Trifluvien en sera à une quatrième sortie en carrière chez les professionnels, dont trois devant son public. Il fera les frais de la demi-finale de la soirée, une situation qu'il voit davantage comme une motivation que comme une pression supplémentaire.

«Je suis moins stressé que je ne l'étais. Je suis plus calme parce que je suis chez moi. J'aime le fait que le gala est dans le nouvel amphithéâtre. Je trouve ça bien de faire ça à cet endroit et la soirée sera un peu historique. C'est la première fois qu'on présente un événement sportif là-bas et je suis content d'en faire partie et d'être en demi-finale d'un gala impliquant Jean Pascal. C'est encore meilleur pour ma motivation.»

Jeudi, les deux pugilistes ont respecté la limite de poids de 123 lbs, la balance affichant 121,9 pour le Trifluvien et 122,3 lbs pour le Mexicain. Pratte s'attend à un défi relevé, mais se montre confiant.

«Il est loin d'être parfait, mais il n'a pas perdu. Je trouve ça le fun d'avoir un adversaire coriace en début de carrière. Plus il y a du défi, mieux je performe. Avec lui, ça devrait aller comme d'habitude! Je marche sous la pression.»

Pratte s'attend à un combat explosif et à la suite de l'étude de vidéos, il estime que son style dans le ring fait de Villamar un adversaire taillé sur mesure pour lui.

«C'est le type de boxeur qui est tout le temps dans ta face. Ils sont là pour frapper, mais aussi pour recevoir. S'il veut me prendre au dépourvu et me frapper, je vais me déplacer, éviter le coup, contre-attaquer et lui faire mal. C'est une de mes forces. Mais il ne vient pas pour perdre, c'est sûr qu'il va se battre. Il a un style agressif, mais je ne suis pas là pour perdre. Il va retourner chez lui avec une défaite!»

Le froid complique la tâche

Pour Villamar, il s'agit d'une première sortie hors de son pays. Imaginez le choc qu'il a eu dans les derniers jours en voyant le mercure osciller sous la barre des -10 degrés. D'ailleurs, son camp n'avait pas prévu une telle situation, si bien que toute la planification de sa perte de poids a dû être revue afin d'éviter l'entraînement extérieur. Malgré quelques difficultés, le Mexicain a répondu aux critères de la catégorie super plumes jeudi.

«C'est intéressant d'être en dehors du pays pour la première fois, mais aussi me retrouver contre le boxeur local. Il est rapide avec un bon jeu de pieds. J'ai aussi vu dans ses combats qu'il frappe dur et je devrai faire attention.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer