Cataractes: «C'est une prise de conscience»

Les Cataractes sont revenus de l'Abitibi-Témiscamingue avec le... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les Cataractes sont revenus de l'Abitibi-Témiscamingue avec le sourire et quatre points en banque.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au beau milieu d'une séquence catastrophique de cinq défaites consécutives et avec une infirmerie qui déborde, les Cataractes ont surpris le monde du hockey junior en connaissant une fin de semaine parfaite en Abitibi-Témiscamingue, là où les victoires ne sont jamais aisément obtenues.

Après avoir signé un gain de 5-1 vendredi à Val-d'Or, les Cataractes ont récidivé par le même pointage le lendemain, contre les champions en titre du circuit Courteau, les Huskies de Rouyn-Noranda. Tout ça privé des services d'Alexis D'Aoust, Cavan Fitzgerald, Mathieu Olivier, Brandon et William Gignac ainsi que de Samuel Girard, suspendu.

C'est donc Dennis Yan qui a pris la relève en connaissant une soirée de deux buts et deux passes face aux Huskies. Samuel Asselin et Nicolas Welsh ont quant à eux obtenu trois points alors que Mikhail Denisov a effectué 33 arrêts, 54 pour le week-end.

L'entraîneur-chef Claude Bouchard soulignait le caractère dont avaient fait preuve ses protégés lors de ce week-end, le tout combiné avec un changement d'attitude complet.

«Vendredi, contre Val-d'Or, je crois que nous avons bloqué plus de tirs que depuis le début de l'année. Oui, ç'a pris des sacs de glace, oui des gars étaient coupés, ont reçu des rondelles dans la face et ont eu des dents cassées. Oui, il y en a qui avaient mal à l'épaule ou à la cheville, mais c'est ça payer le prix pour gagner. Tu ne peux pas espérer gagner dans cette ligue avec une telle parité sans payer le prix.»

Bouchard donne en exemple Samuel Blier, revenu au jeu après avoir été atteint d'une rondelle au visage, ainsi que Yann, récipiendaire de quelques points de suture après avoir été coupé au visage.

«Je pense que c'est une prise de conscience. De la manière dont nous sommes sortis ce week-end, c'est la preuve que peu importe qui est habillé, on peut gagner si on donne un deuxième effort. Dans les prochaines parties, nous allons retrouver, 1-2-3 ou peut-être 4 joueurs sur les 6 manquants, mais c'est la preuve qu'on ne peut pas jouer uniquement sur notre talent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer