Bergeron dit oui aux Blue Jackets

Marc-André Bergeron participera aux prochaines rencontres des Monsters...

Agrandir

Marc-André Bergeron participera aux prochaines rencontres des Monsters de Cleveland, le club-école de Columbus dans la Ligue américaine.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La carrière de Marc-André Bergeron se poursuivra dans la Ligue américaine de hockey, à Cleveland plus précisément.

Le défenseur de Trois-Rivières en est venu à une entente avec les Blue Jackets de Columbus, qui lui accordent un essai professionnel de 25 matchs avec leur club-école des Monsters. L'athlète de 36 ans est donc de retour dans l'organisation qui lui avait donné une chance lors du dernier camp d'entraînement, en septembre.

Après avoir disputé quelques parties hors-concours avec Columbus, l'entraîneur-chef John Tortorella avait mis fin à son séjour dans les heures précédant le début de la saison.

Les Blue Jackets proposaient alors à Bergeron de s'installer plus au nord, à Cleveland, mais le président des Aigles Can-Am avait finalement opté pour rentrer à la maison. Il a eu amplement le temps de discuter de son avenir avec les membres de sa famille et son agent Paul Corbeil depuis.

«La raison pour laquelle Marc-André avait refusé l'offre de la Ligue américaine, c'était pour se garder les portes ouvertes à un éventuel retour en Europe», rappelle Corbeil, joint dimanche par Le Nouvelliste.

«Nous étions toujours en contact avec la direction des Blue Jackets et voyant que l'équipe connaissait beaucoup de succès, c'est certain que nous restions intéressés à tout ce qu'ils pouvaient suggérer.»

Ce que les Jackets présentent au clan Bergeron, c'est un essai chez les Monsters de Cleveland. Si celui-ci s'avère concluant, l'ancien porte-couleurs du Canadien pourrait être rappelé dans le circuit Bettman avant longtemps.

«Marc-André a été clair avec les dirigeants de l'équipe, il souhaite jouer dans la LNH de nouveau. Peut-être pas dans une semaine, un mois ou six semaines, mais il veut y parvenir et j'ai confiance qu'il gagne son pari.»

Tortorella avait d'ailleurs encensé le vétéran défenseur à la suite de son court séjour dans la capitale de l'Ohio, vantant notamment sa forme physique.

«Plusieurs joueurs ont parlé du dernier camp des Blue Jackets comme l'un des plus difficiles des dernières années à travers toute la LNH. De voir un gars dans la mi-trentaine se démarquer autant face à des jeunes du début de la vingtaine, c'est impressionnant. Il est dans une excellence condition physique en ce moment», assure Paul Corbeil, conscient qu'il existe des atomes crochus entre son client et l'état-major de Columbus.

Le directeur général Jarmo Kekalainen et son président John Davidson, à l'époque avec les Blues de St. Louis, avaient manifesté un certain intérêt à engager Bergeron.

«L'année où le Canadien est entré dans le portrait, nous avions de sérieuses discussions avec les Blues. Il y a des gens comme ça dans le hockey avec qui ça clique et c'est le cas pour ces deux hommes avec nous.»

Et c'est d'autant plus motivant pour Bergeron que tout baigne dans l'huile chez les Blue Jackets, qui épatent la planète LNH depuis le début du mois d'octobre. Cette jeune équipe semble enfin voir la lumière au bout d'un très long tunnel.

«Ils ont une excellence campagne jusqu'à maintenant, mais ils cherchent à améliorer leur profondeur sur le jeu de puissance [qui pointe au deuxième rang dans la ligue pour le taux d'efficacité à 24,6 %]. Je pense que Marc-André n'est qu'à une blessure d'un rappel. Ils vont vraiment le chercher pour son jeu à cinq contre quatre, pour son expérience aussi. C'est le genre de joueur qui est apprécié dans un vestiaire.»

Au début de l'année 2011, Paul Corbeil avait satisfait son client en lui dénichant un contrat avec le Lightning de Tampa Bay. Au terme d'une remise en forme à Norfolk dans la Ligue américaine, Bergeron s'était joint au Lightning de Guy Boucher. Il est demeuré dans le giron du club jusqu'en 2012-13, avant d'être échangé aux Hurricanes.

Il a disputé une quinzaine de rencontres en Caroline, ses dernières dans la LNH puisque dès l'année suivante (2013-14), il acceptait une offre des Lions de Zurich en Suisse. Une aventure qui aura duré trois ans. La suite de l'histoire, Marc-André Bergeron espère l'écrire avec les Blue Jackets de Columbus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer