Des louanges de Wade Redden pour Girard

Samuel Girard... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Samuel Girard

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À Nashville, un consensus se dégageait au terme du camp d'entraînement des Predators: malgré ses 18 ans, Samuel Girard avait épaté la galerie. L'entraîneur Peter Laviolette n'avait pas hésité à lui offrir deux matchs hors concours tandis que le directeur général David Poile s'est empressé de lui faire apposer sa signature au bas d'un contrat de trois ans avant son renvoi dans les rangs juniors.

Cet enthousiasme semblait généralisé dans l'entourage de l'équipe et a été confirmé par Wade Redden cette semaine. Aujourd'hui responsable du développement des joueurs chez les Predators, l'ex-défenseur s'est déplacé en Mauricie pour observer le joyau de l'organisation dans l'uniforme des Cataractes de Shawinigan.

Visiblement, Redden n'avait pas oublié les prouesses de la Tornade de Roberval au camp d'entraînement. «Il a vraiment impressionné les gens. Plusieurs ne l'avaient jamais vu jouer, dont les entraîneurs. J'ai eu la chance de le rencontrer cet été et en plus d'être un patineur explosif, c'est un excellent jeune homme aussi. Il a mérité un contrat et l'organisation a de gros plans pour lui», mentionne le bras droit de Scott Nichol à Nashville, bien conscient que le choix de Girard pourrait s'avérer un coup de circuit.

«Il a été le meilleur défenseur de la ligue l'an passé et c'est probablement en raison de son gabarit qu'il a glissé jusqu'en deuxième ronde du repêchage. Il a prouvé qu'il compensait avec sa vitesse et son niveau de compétitivité. Il n'a pas peur d'aller jouer dans le trafic. En plus, il est un joueur extrêmement intelligent qui lit le jeu à merveille. Et il est aussi capable de très bien jouer défensivement», a-t-il complimenté.

Plus tôt cette année, le dépisteur des Predators Jean-Philippe Glaude avait avantageusement comparé Girard à Ryan Ellis, un défenseur à petite stature qui a néanmoins réussi à se forger une place dans le top-4 de l'équipe grâce à une excellente mobilité et une vision du jeu au-delà de la moyenne.

Redden n'a pas hésité une seconde à corroborer la comparaison de son collègue Glaude... avant de la bonifier d'un solide cran!

«Dès que je l'ai vu jouer, j'ai vu des similitudes avec Duncan Keith. Sam est bon avec la rondelle, il patine très bien et il est capable de se détacher de l'adversaire grâce à sa vitesse. Duncan est un des meilleurs défenseurs de la LNH alors si Sam peut atteindre ce niveau, ça sera génial pour nous!»

Sa place parmi l'élite

De retour dans la LHJMQ, Girard s'amuse comme un petit fou comme en témoigne sa récolte de 34 points en 21 matchs avant l'affrontement de vendredi face aux Remparts de Québec. Son prochain défi sera maintenant de percer la formation d'Équipe Canada junior, ce qui ne sera pas une mince tâche compte tenu de la qualité des défenseurs retenus pour le camp final d'évaluation.

«C'est une merveilleuse opportunité qui s'offre à lui, de pouvoir jouer avec les meilleurs juniors au monde. Il fait assurément partie de ce groupe élite. Reste à voir s'il peut obtenir une place dans l'alignement. Il n'a que 18 ans alors il lui restera une autre année ensuite», indique Redden, qui a remporté deux fois l'or avec Équipe Canada junior en 1995 et 1996.

Girard a beau dominer dans la LHJMQ, Redden promet de lui rendre visite à quelques occasions au cours de la saison afin de s'assurer que le choix de deuxième ronde des Predators au repêchage de 2016 conserve son ardeur au travail, peu importe le niveau d'opposition. «Je suis ici pour m'assurer qu'il continue de mettre en application tous les petits détails qui vont lui permettre d'atteindre le niveau supérieur. Il y a certaines choses qu'il doit apprendre par lui-même, mais je veille à ce qu'il se développe au maximum de son potentiel à long terme.»

Wade Redden dans le vestiaire des Estacades midget... (Stéphane Lessard) - image 3.0

Agrandir

Wade Redden dans le vestiaire des Estacades midget AAA.

Stéphane Lessard

Wade Redden a rendu visite aux Estacades midget AAA

À 15 ans, lorsqu'un type qui compte plus de 1000 matchs et 14 saisons dans la Ligue nationale de hockey vient vous rencontrer pour vous donner quelques conseils afin de devenir hockeyeur professionnel, vous avez tendance à prêter une oreille attentive. Ça devient encore plus vrai lorsque le type en question est responsable du développement des joueurs d'une équipe du circuit Bettman!

Jeudi après-midi, on pouvait entendre une mouche voler dans le vestiaire des Estacades de Trois-Rivières midget AAA au terme de l'entraînement quotidien. De passage dans la région pour venir épier le défenseur Samuel Girard des Cataractes de Shawinigan, Wade Redden a rendu visite aux protégés de Frédéric Lavoie.

L'ex-défenseur vedette des Sénateurs d'Ottawa est venu offrir quelques conseils afin de guider les joueurs dans leur cheminement vers les plus hautes sphères de la planète hockey. Avant de tomber dans l'importance d'être assidu à l'entraînement, il a insisté sur un principe de base souvent relégué au second plan. «Au-delà de tout, amusez-vous! Aimez le hockey et apprécié chaque moment que vous passez sur la patinoire.»

Si l'aspect plaisir doit primer, l'olympien de Turin 2006 admet qu'il faut aussi être prêt à mettre les efforts nécessaires pour accéder au prochain niveau. «Il faut être dédié à l'entraînement et prendre soin de sa forme physique. Il faut aussi toujours garder en tête qu'il est toujours possible d'en faire plus. Au bout du compte, ça en vaudra la peine.»

Après avoir accroché ses patins au terme de la saison 2012-13, partagée entre les Blues de St.Louis et les Bruins de Boston, Redden a accepté l'offre de son ami Scott Nichol qui lui a demandé de l'épauler pour veiller au développement des joueurs chez les Predators de Nashville.

L'ancien défenseur étoile est bien placé pour indiquer à des jeunes joueurs de 15 ans comment se comporter s'ils espèrent un jour avoir la chance de patiner sur la même surface que les Sidney Crosby, Carey Price, Connor McDavid et autres Alexander Ovechkin.

En plus d'afficher une condition physique exemplaire, les joueurs doivent désormais réagir à la vitesse de l'éclair dans le circuit Bettman, une qualité devenue nécessaire avec l'augmentation de la rapidité du jeu.

«Tu dois absolument être capable d'assimiler chaque séquence rapidement pour bien réagir. C'est rendu primordial de choisir le jeu simple et ne pas conserver la rondelle trop longtemps pour ne pas mettre l'équipe dans le pétrin», a indiqué Redden, avant d'insister sur l'importance d'être un bon coéquipier.

À ce sujet, l'homme de hockey de 39 ans avait un exemple bien précis en tête : son capitaine de longue date, Daniel Alfredsson, avec qui il a disputé 11 campagnes.

«Il était le coéquipier exemplaire, tant sur la patinoire qu'à l'extérieur. Lorsque je traversais des périodes plus difficiles, je n'hésitais pas à lui parler pour obtenir des conseils. En plus je lui dois beaucoup, car il m'a permis d'amasser plein de points sur l'avantage numérique!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer