Blizzard: quand tout va de travers...

Cette mise en échec d'Olivier Dallaire, pour laquelle... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Cette mise en échec d'Olivier Dallaire, pour laquelle aucune pénalité n'a été décernée, a mis le feu aux poudres en troisième période dans le match entre le Blizzard et les 3L.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Blizzard de Trois-Rivières devra attendre avant de vivre une première séquence victorieuse cette saison.

La troupe de Bob Desjardins a connu une autre sortie difficile devant ses partisans, dimanche au Colisée de Trois-Rivières, pour encaisser une huitième défaite en autant de matchs à domicile, cette fois au compte de 6-3 devant les 3L de Rivière-du-Loup.

«Ça commence à me tomber sur les nerfs», a lancé l'entraîneur du Blizzard à propos de la disette de sa troupe en sol trifluvien.

Rapidement, on a compris que l'affrontement allait être pénible pour les locaux. Dès la 31e seconde, les visiteurs ont profité d'un revirement pour s'inscrire à la marque, gracieuseté d'Étienne Archambault.

Avant la fin de l'engagement, Benjamin Lecomte s'est à son tour fait plaisir contre ses anciens coéquipiers en doublant l'avance des siens. Sur la séquence ayant précédé le but, la confusion régnait au banc du Blizzard qui s'est défendu à quatre contre cinq pendant une quinzaine de secondes... sans pourtant avoir de joueur au banc des pénalités!

Un but en avantage numérique plus tard des 3L, le Blizzard s'est vu offrir une belle occasion de renverser la tendance et s'inscrire à la marque avec une supériorité numérique, à mi-chemin de l'engagement médian.

Cependant, une sortie hasardeuse de Marco Cousineau, qui a remis la rondelle directement au capitaine adverse Sylvain Deschâtelets, a fait déchanter les plus optimistes. Le vétéran n'a pas raté l'occasion de creuser davantage l'écart dans une cage déserte, mettant du même coup fin à la soirée de travail de l'homme masqué du Blizzard.

Le tableau indicateur avait beau indiquer 4-0 en faveur des 3L, le Blizzard ne jouait pourtant pas du vilain hockey. Il aurait même mérité un meilleur sort. Cependant, pendant que Cousineau cédait quatre fois sur 11 lancers, Derick Roy - une recrue qui obtenait son premier départ en carrière dans la Ligue nord-américaine de hockey - multipliait les acrobaties devant sa cage.

Aux yeux de l'entraîneur du Blizzard, la qualité du jeu entre les poteaux, de part et d'autre, a justement fait basculer le match. Desjardins ne s'est d'ailleurs pas gêné pour écorcher le jeu de son homme masqué.

«Je n'aime pas lancer la pierre à un de mes joueurs, mais... c'était 5-0 et on avait 25 lancers contre 12. Est-ce que j'ai besoin d'en dire plus que ça?», a-t-il lancé, avant d'élaborer sur la manie de son équipe à se faire couper l'herbe sous le pied après des débuts de matchs intéressants.

«Je pense qu'à nos quatre dernières parties, le premier lancer de l'adversaire a été un but. Tu as beau avoir le speech que tu veux, sortir la fanfare, faire passer des F-18 dans la chambre pour motiver les gars, avec la musique dans le tapis, si on se fait marquer sur le premier tir au filet, c'est une claque sur la gueule.»

En troisième période, à travers quelques échauffourées, le Blizzard a bien tenté une remontée avec trois buts. Mais malgré les filets de Toby Lafrance, Jonathan Bellemare et Nicolas Corbeil, la cause était déjà entendue depuis un bon moment. 

«On a fait preuve de caractère encore. Mais dans cette ligue-là, ça prend pas trois buts et moins pour gagner. Et si tu tires de l'arrière tout le temps, c'est dur de courir après ta queue», a laissé tomber Desjardins.

Chez les 3L, Archambault a particulièrement aimé sa visite à Trois-Rivières avec trois buts tandis que Deschâtelets a aussi brillé avec un but et quatre passes.

Le comité de discipline occupé?

Par ailleurs, le match de dimanche devrait tenir le comité de discipline bien occupé au cours des prochaines heures. Quelques séquences risquent d'atterrir dans les quartiers généraux de la LNAH. Le premier joueur sous la loupe sera assurément Chris Cloutier.

Après avoir forcé Mathieu Laverdure à danser, il a complètement sonné son adversaire avec une solide gauche. Le seul problème, c'est que le combat était déjà arrêté depuis un bon moment alors que les juges de ligne s'étaient clairement interposés entre les deux belligérants.

Marc-André Huot pourrait aussi recevoir les foudres des dirigeants. Son puissant lancer de la gourde en direction d'un officiel n'est définitivement pas passé inaperçu et lui a valu une douche de fin de match prématurée.

Quant à Sylvain Deschâtelets, des 3L, il a été sanctionné pour avoir agressé Olivier Dallaire en troisième période et d'autres conséquences pourraient s'ajouter. Le capitaine a d'ailleurs couronné de façon inhabituelle une soirée de cinq points.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer