Ces ténors qui vacillent

La séquence de sept participations consécutives aux éliminatoires... (AFP)

Agrandir

La séquence de sept participations consécutives aux éliminatoires des Packers de Green Bay et du quart Aaron Rodgers semble en danger après les 11 premières semaines d'activités dans la NFL.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pendant que les Cowboys de Dallas et les Raiders d'Oakland bouleversent l'état des forces dans la NFL depuis le début de la saison, en s'incrustant parmi l'élite, quelques ténors habitués aux feux de la rampe connaissent un déclin inattendu, dont les Packers de Green Bay, les Panthers de la Caroline, les Cardinals de l'Arizona, les Bengals de Cincinnati et les Steelers de Pittsburgh.

Parmi ces clubs décevants, le ralentissement des Panthers est assurément étonnant compte tenu de leur fabuleux parcours de l'an dernier qui s'est terminé avec une défaite au Super Bowl après un calendrier régulier de 15 victoires et une défaite. Il est vrai que Cam Newton n'est plus aussi dominant qu'en 2015 mais c'est surtout la défensive qui a perdu des plumes cette saison, anormalement située en milieu de peloton du circuit Goodell.

Heureusement pour les Panthers, comme la plupart des équipes sur cette liste, les jeux ne sont pas encore faits au sommet de la section et ils peuvent toujours rêver aux éliminatoires. Il faudra toutefois espérer un petit répit des Falcons d'Atlanta, car il apparaît pratiquement impossible d'atteindre une place de meilleur deuxième avec un dossier de 4-6.

Une séquence en danger

Si la palme du plus difficile lendemain de veille appartient la troupe de Ron Rivera, celle du plus énigmatique rendement doit revenir aux Packers de Green Bay. Véritables métronomes, les protégés de Mike McCarthy connaissent d'inexplicables ennuis cette saison, au troisième rang de la section Nord dans la conférence Nationale.

La situation est à ce point critique dans le Wisconsin que les Packers sont en voie de rater les éliminatoires pour la première fois en huit saisons. Green Bay détient actuellement la plus longue séquence de participations au tournoi de fin de saison avec sept années d'affilée, à égalité avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Habitués à l'excellence, le mécontentement commence à se faire sentir chez les partisans aux têtes fromagées. Plusieurs réclament que des têtes roulent. À travers l'actuelle série de quatre revers certains ont été particulièrement rudes sur le moral, dont ceux aux dépens des Colts d'Indianapolis et des Titans du Tennessee. 

Cependant, le président de l'équipe, Mark Murphy, a prévenu les amateurs qu'il n'avait pas l'intention de tout chambarder.

«À l'instar des amateurs, je suis déçu. La saison ne s'est pas déroulée comme je l'aurais souhaité, mais il reste encore beaucoup de football à jouer. Et par dessus-tout, il faut aussi regarder le parcours de Ted Thompson (directeur général) et Mike McCarthy (entraîneur-chef) et leurs réalisations du passé», a-t-il déclaré sur les ondes d'une radio de Milwaukee.

Le président des Packers n'a pas tort. Après tout, Aaron Rodgers n'a raté qu'une fois les éliminatoires depuis son arrivée à Green Bay - une fiche de 6-10 compilée à sa première saison en 2008. En contrepartie, il compte deux titres de joueur par excellence du circuit, un Super Bowl au cours duquel il a été nommé joueur par excellence. Et il n'a que 32 ans.

Par contre, il faudra assurément fixer la défense qui a accordé 153 points (38 en moyenne) lors des quatre derniers matchs.

Trop vieux, les Cards?

Ailleurs dans le circuit Goodell, les Cardinals de l'Arizona semblent ressentir les effets de l'âge cette saison. Après avoir chauffé les Seahawks au cours des dernières campagnes, les meneurs Carson Palmer et Larry Fitzgerald auraient-ils frappé un mur en 2016?

Meilleure offensive du plateau en 2015, la bande à Bruce Arians a bien de la difficulté à atteindre la zone payante cette saison. Heureusement, la défensive tient le coup avec brio, mais il va bientôt se faire tard pour les représentants de l'Arizona avec une fiche de 4-5-1.

Enfin, difficile de passer sous le silence les pénibles débuts de saison dans la section Nord de l'Américaine. Les Steelers (6-5) peinent flirter avec la barre de ,500 tandis que les Bengals de Cincinnati (3-6-1) semblent encore sonnés de leur cruel revers de l'hiver dernier en éliminatoires contre Pittsburgh. Contre toute attente, les Ravens s'invitent au plus fort d'une lutte qui s'annonce corsée jusqu'au bout.

En tenant compte de ces 11 semaines d'activités inquiétantes pour ces ténors, assistons-nous au début d'une passation des pouvoirs à travers la NFL ou est-ce simplement un léger soubresaut qui reviendra à la normale d'ici la fin du calendrier régulier?

Les Chief affronteront les Broncos dimanche.... (AP) - image 4.0

Agrandir

Les Chief affronteront les Broncos dimanche.

AP

Les affrontements à surveiller - 12e semaine d'activités

Bengals (3-6-1) c. Ravens (5-5)

S'ils souhaitent participer aux éliminatoires, les Bengals n'ont plus vraiment le choix. Ça prend des victoires.

L'occasion apparaît idéale ce week-end avec une visite à Baltimore face aux Ravens, meneurs de la section. Par contre, une défaite de plus et les Tigrés pourront pratiquement faire une croix sur leur quête du trophée Lombardi en février prochain.

Un beau gâchis, compte tenu des succès des dernières campagnes. Un échec cette saison pourrait peut-être enfin sonner la fin de Marvin Lewis à la tête des Bengals...

Dimanche 13 h, au M&T Bank Stadium de Baltimore

Panthers (4-6) c. Raiders (8-2)

Contre toute attente, les Raiders luttent pour la tête de la conférence Américaine avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Les deux formations sont nez à nez après 11 semaines et les Raiders ne peuvent commettre de faux-pas s'ils espèrent un laisser-passer au premier tour éliminatoire.

À l'opposé, les Panthers tentent de s'accrocher à leur espoir éliminatoire et la marge d'erreur est de plus en plus mince compte tenu de la saison des Falcons d'Atlanta ainsi que l'excellent rendement des équipes de la division Est dans la conférence Nationale.

Dimanche 16 h 25, au Oakland Coliseum

Chiefs (7-3) c. Broncos (7-3)

Les Raiders ont l'avance dans l'Ouest de l'Américaine, mais la lutte demeure soutenue avec les Chiefs et les Broncos qui soufflent dans le cou.

Leur duel du week-end pourrait bien être le plus enlevant à travers le circuit Goodell pour cette 12e semaine. La NFL ne se plaindra certainement pas que ce duel soit présenté à heure de grande écoute.

Le vainqueur pourra maintenir la pression tandis que le perdant devra se méfier de ne pas perdre trop de terrain dans la course aux éliminatoires.

Dimanche 20 h 30, au Sports Authority Field de Denver

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer