Bergeron continue d'espérer

Marc-André Bergeron... (Lions de Zurich)

Agrandir

Marc-André Bergeron

Lions de Zurich

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc-André Bergeron l'avoue, voir Andrei Markov continuer de s'imposer comme l'un des piliers de la défensive du Canadien, même à 37 ans, lui donne espoir. L'espoir que le téléphone sonne avec au bout du fil une offre qu'il ne pourrait refuser.

Il y a environ un mois, Bergeron confiait au Nouvelliste étudier quelques possibilités pour son avenir dans le hockey. Les Blue Jackets de Columbus venaient à peine de le renvoyer à la maison après un séjour de deux semaines à leur camp d'entraînement que le défenseur de 36 ans recevait des offres pour poursuivre sa carrière.

Parmi celles-ci figurait la proposition des Blue Jackets de faire un détour par Cleveland, dans la Ligue américaine de hockey. Suggestion que Bergeron a poliment refusé. Il a depuis exploré d'autres opportunités, mais aucune ne le satisferait entièrement.

«J'ai encore la passion du hockey et je me garde en forme, même si c'est un peu moins évident durant l'automne! Ceci-dit, les offres présentées sur la table ne conviennent pas avec ma réalité familiale.»

«Je serais prêt à accepter de refaire mes classes dans la Ligue américaine, mais pas pour une durée de quatre ou cinq mois. Moi, je vise la LNH à court terme. Sinon, la solution pourrait se trouver en Europe.»

L'ancien des Lions de Zurich estime aussi que le fameux coup de fil pourrait venir de l'Europe. «Lors du lock-out de 2004, j'avais quitté pour la Suède au mois de janvier. Quand je jouais à Zurich, il n'était pas rare de voir des joueurs internationaux arriver à la mi-saison. C'est peut-être ce qui va se produire dans mon cas.»

Chose certaine, on ne le verra pas avec le Blizzard de Trois-Rivières dans un proche avenir, à moins d'un revirement de situation. En fait, Bergeron n'a jamais pratiqué avec l'équipe de la Ligue nord-américaine de hockey depuis que les rumeurs à son sujet ont commencé à circuler par le biais du Nouvelliste, au début du mois.

«Je préfère regarder toutes mes options pour l'Europe et la Ligue américaine avant de penser à ça. Je suis allé voir des matchs du Blizzard, le calibre est excellent, mais je ne veux pas courir le risque de me blesser, au cas où le téléphone sonnerait...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer